NEWS


Cher.es Affilié.es,

A la suite de notre manifestation du 27 janvier 2023, nous avons rencontré Madame la Ministre de l'Intérieur. Nous avons abordé la problématique des fins de carrière, de la pension, des agressions, du financement des zones de secours et du manque de personnel.

Le SLFP a également mis sur la table les nominations de Colonel sans brevet et sans examens ainsi que la création d'un nouvel organe pompier, au sein du SPF Intérieur, composé d'agents détachés des réseaux (ASBL) de Commandant de zone.

Les réponses de la Ministre ont démontré tout son désintérêt pour les cadres opérationnels. Seul les ASBL des commandants de zone et leur « commissionnement » au grade de colonel a de l'importance à ses yeux.

Un membre du personnel, qui n'est pas délégué syndical, nous accompagnait.

La Ministre a fait preuve d'un manque de maîtrises de ses dossiers. Jugez-en vous-même en lisant ce compte-rendu :

 Agressions.

La Ministre dit prendre le problème au sérieux. Avec l'accord des autres représentants du personnel, elle va équiper les pompiers de Bodycam (Il s'agit d'une petite caméra que, notamment les policiers, portent sur leur corps et qui enregistre les interactions avec le public).

Sur le site Web de la police, il est indiqué que la bodycam doit est porté de manière visible. Le citoyen doit être conscient à tout moment qu'il peut être filmé par la police. Chaque enregistrement doit être précédé d'un avertissement verbal. Ça va être simple pour ........

Une caméra corporelle enregistre à la fois le son et l'image. Nous aurons donc en permanence un mouchard sur nous !

Voyez-vous un ambulancier ou une ambulancière, qui entre dans l'intimité de personne, équipé d'une Bodycam, pratiquer un massage cardiaque dans une toilette ou une salle de bain ?

Voyez-vous un pompier/une pompière dans un incendie, équipé d'une Bodycam ?

Croyez-vous qu'une Bodycam identifiera un agresseur qui vous lance un pavé......

LIRE PLUS ? Nos affiliés reçoivent des informations par courriel. Devenez membre du SLFP !!

Elle a publié également un circulaire ministériel qui comprend quelques fautes en matière de compétences des acteurs cités !

Quid des pompières et ambulancières ? La féminisation des noms de métiers est une politique linguistique visant à faire évoluer les substantifs désignant des métiers vers des formes féminisées de façon à rendre plus visible le rôle des femmes dans la vie publique et professionnelle. Même l'académie française s'est résolu à la féminisation des noms de métiers.

Quel conseiller en prévention ? Il existe des conseillers en prévention ....

LIRE PLUS ? Nos affiliés reçoivent des informations par courriel. Devenez membre du SLFP !!

Personne de confiance ? Il s'agit de violence de tiers, pas du personnel de l'entreprise !!!

La personne de confiance interne peut initier le dialogue en cas de conflits entre collaborateurs ou entre un collaborateur et un cadre. Encore une fois, il s'agit de violence de tiers et pas en interne !

  • Refinancement de la sécurité civile et manque de personnel.

Le gouvernement prévoit une injection financière structurelle de €42.000.000 pour la période 2020-2024 ainsi qu'une indexation de €18.000.000 pour l'année 2023 pour les zones de secours et le SIAMU.

Rappelons le prix d'une auto-échelle : 750.000,00 €, d'une ambulance 200.000€: ou encore d'une autopompe : 550.000,00 €

Par contre, les dépenses inutiles consacrées à un organe « pompiers » au sein du SPF Intérieur, organe qui ne sert qu'à endormir les pompiers en se faisant « copain-copain » avec les commandants de zones pour faire taire la profession ne sont pas critiqués par la Ministre.

Le Ministre a dit que les zones reçoivent de l'argent ......

LIRE PLUS ? Nos affiliés reçoivent des informations par courriel. Devenez membre du SLFP !!

Aménagement de carrière et pension.

Les agents opérationnels travailleront jusqu'à 67 ans et il n'y aura pas d'obligation ....

LIRE PLUS ? Nos affiliés reçoivent des informations par courriel. Devenez membre du SLFP !!

Le membre du personnel qui accompagnait le SLFP, ......

LIRE PLUS ? Nos affiliés reçoivent des informations par courriel. Devenez membre du SLFP !!

Le SLFP avait raison de déposé un préavis de grève.

Le SLFP remercie les agents pour leur mobilisation.

Le SLFP maintient son préavis de grève.

Le SLFP prépare d'autres actions et appelle à un front commun ainsi qu'à une forte mobilisation du personnel..

Beste leden,

Naar aanleiding van de betoging van 27 januari 2023 hadden we een ontmoeting met Mevrouw de Minister van Binnenlandse Zaken. We hebben de problematiek rond eindeloopbaan, pensioen, agressies, financiering van de hulpverleningszones en personeelstekort besproken.

Het VSOA legde ook volgende punten op tafel: de bevorderingen tot Kolonel zonder examen en zonder brevet evenals de oprichting binnen de FOD Binnenlandse Zaken van een nieuw orgaan "brandweer" dat is samengesteld uit gedetacheerde beambten uit de netwerken (VZW's) van zonecommandanten.

De antwoorden van de Minister bewezen hoe onverschillig ze staat tegenover de operationele kaders. In haar ogen zijn enkel de VZW's van zonecommandanten en hun "bevordering" tot de graad van kolonel van belang.

We werden begeleid door een personeelslid dat geen vakbondsafgevaardigde is.

De Minister liet blijken dat ze haar dossiers niet onder de knie heeft. Bij het lezen van dit verslag kun je daar voor jezelf een idee over vormen:

Agressies.

De Minister zegt dat ze het probleem ernstig neemt. Met het akkoord van de andere personeelsvertegenwoordigers zal ze de brandweermensen met een Bodycam uitrusten (Dit is een kleine camera die onder andere door de politiemensen op hun lichaam wordt gedragen en waarmee de interacties met het publiek worden opgenomen).Op de website van de politie wordt vermeld dat de bodycam zichtbaar moet gedragen worden. De burger moet er op elk moment van bewust zijn dat hij door de politie kan gefilmd worden. Aan elke opname moet een mondelinge waarschuwing voorafgaan. Voor debrandweermensen-ambulanciers zal dat heel handig zijn! Vooraleer men dergelijk project bespreekt, moet men de werkvoorwaarden van die operationele beambten kennen!

 !https://www.politie.be/5342/nl/vragen/bodycam/bodycam-veelgestelde-vragen

Een bodycam neemt klank en beeld op. We zullen dus voortdurend een verrader op ons hebben !

Zie je een ambulancier in de intimiteit van een mens een hartmassage in een toilet of een badkamer uitvoeren terwijl hij met een bodycam is uitgerust?

Zie je een met een bodycam uitgeruste brandweermens een brand blussen?Denk je dat iemand die van ver en 's nachts met stenen ................

En veel meer ..... Lees onze nieuwsbrieven. Onze ledden ontvangen ze per e-mail. Word lid van het VSOA !

Ze publiceerde ook een ministerieel rondschrijven waarin enkele fouten inzake de bevoegdheden van de genoemde partijen staan!Quid met brandweervrouwen/pompiersters en ambulancevrouwen/ambulanciersters? De vervrouwelijking van de beroepsnamen is een taalkundig beleid waarbij de substantieven voor beroepen vervrouwelijkt worden om meer zichtbaarheid te geven aan de rol van de vrouwen in het openbaar en beroepsleven.

Welke preventieadviseur? Daar zijn preventieadviseurs ....

En veel meer ..... Lees onze nieuwsbrieven. Onze ledden ontvangen ze per e-mail. Word lid van het VSOA !


Vertrouwenspersoon? Het gaat om geweld door derden, niet door het personeel van het bedrijf!!!
.....

En veel meer ..... Lees onze nieuwsbrieven. Onze ledden ontvangen ze per e-mail. Word lid van het VSOA !

De interne vertrouwenspersoon kan de dialoog aanleggen in geval van conflicten tussen medewerkers of tussen een medewerker en een kaderlid.

Nogmaals: Het gaat om geweld door derden, niet intern!

2. Herfinanciering van de civiele veiligheid en personeelstekort.De regering voorziet een structurele financiële injectie van €42.000.000 voor de periode 2020-2024 evenals een indexering van €18.000.000 voor het jaar 2023, voor de hulpverleningszones en de DBDMH.

Laat ons de prijs van een ladderwagen even herhalen: 750.000,00 €; van een ambulance: 200.000 €; of nog van een tankautospuit: 550.000,00 €.

Daarentegen worden de onnodige uitgaven voor een orgaan "brandweer" binnen de FOD Binnenlandse Zaken (dat enkel dient om de brandweermensen te sussen door "vriendjes te maken" met de zonecommandanten om het beroep te doen zwijgen) niet bekritiseerd door de Minister.

De Minister zegt dat de zones geld krijgen om te ....

En veel meer ..... Lees onze nieuwsbrieven. Onze ledden ontvangen ze per e-mail. Word lid van het VSOA !

Restauratiekosten, autoleasing, financiering van VZW's (182.000€) en andere misbruiken mogen dus gebeuren met het geld dat bestemd is om de wekvoorwaarden van de beambten te verbeteren! Dat is goed bestuur op zijn Belgisch!

Dotaties aan andere diensten .....

En veel meer ..... Lees onze nieuwsbrieven. Onze ledden ontvangen ze per e-mail. Word lid van het VSOA !

Kortom, de Minister verdedigt het dossier van de hulpverleningszones niet zoals het hoort en ze zetelt niet eens in de Kern als Vice-eersteminister terwijl de vorige Ministers van Binnenlandse Zaken allemaal Vice-eersteminister waren !

......

En veel meer ..... Lees onze nieuwsbrieven. Onze ledden ontvangen ze per e-mail. Word lid van het VSOA !

· Eindeloopbaanvoorziening en pensioen.De operationele beambten zullen tot hun 67 jaar werken en daar zal geen verplichting zijn om ......

En veel meer ..... Lees onze nieuwsbrieven. Onze ledden ontvangen ze per e-mail. Word lid van het VSOA !

Het VSOA had gelijk met het indienen van een stakingsaanzegging.

Het VSOA bedankt de beambten voor hun mobilisering.

Het VSOA handhaaft zijn stakingsaanzegging.

Het VSOA plant andere acties en roept op tot een gemeenschappelijk front evenals tot een sterkte mobilisering van het personeel. 


https://www.bruzz.be/videoreeks/vrijdag-27-januari-2023/video-bruzz-24-over-de-manifestatie-van-de-brandweer

Herbekijk BRUZZ 24 over de manifestatie in Brussel tegen het groeiende geweld ten opzichte van de brandweer. Vakbonden eisen een "lik-op-stukbeleid van federaal minister voor Binnenlandse Zaken, Annelies Verlinden".


Toujours les premiers à défendre la sécurité civile!! Nous ne jouons pas dans les couloirs avec là Ministre! 

Des membres du personnel ont été aux côtés du SLFP lors de leur rencontre avec la Ministre. Ils peuvent témoigner de son désintérêt total envers les pompiers/Pompières !.

Le SLFP a écouté le personnel et déposé un préavis de grève comme demandé.  Il a organisé, seul, ce mouvement. Grand bravo aux agents de la 31, 32, 33, 34 et 35 du SIAMU, aux agents de la zone II de Liège, aux agents de la zone Wallonie Picarde, aux agents de la zone HEMECO, aux agents de la zone Hainaut-Est, aux agents de la zone DG, etc...pour leur importante mobilisation. Plus de 80 réquisition de personnel ce 28 janvier rien que pour le SIAMU. Une première dans l'histoire des pompiers/pompières de la Région de Bruxelles-Capitale.

Manifestation des pompiers : le syndicat SLFP prépare de nouvelles actions

Le SLFP est le seul syndicat à avoir déposé un préavis de grève début janvier pour le SIAMU de Bruxelles et l'ensemble des zones de secours.


Quelques centaines de pompiers et de membres des services de secours de toute la Belgique se sont réunies vendredi à Arts-Loi, dans le centre de Bruxelles, pour dénoncer leurs conditions de travail et d'admission à la pension (67 ans en 2030). Ils appellent les autorités politiques à "prendre leurs responsabilités" face à la hausse des agressions et au manque de personnel alors que le nombre d'interventions augmente.


Ils déposeront symboliquement leurs équipements de travail avant de se diriger vers différents ministères. La manifestation entraîne des perturbations dans la circulation à Bruxelles.


Le syndicat SLFP avait appelé à la manifestation afin de dénoncer les difficultés des services de secours et un manque général de financement. Ils réclament des sanctions plus sévères pour les agressions des secouristes et un refinancement important des zones de secours ainsi que du SIAMU (Service d'incendie et d'aide médicale urgente) de la Région de Bruxelles-Capitale. Des arrêts de travail sont prévus dans certaines casernes et la Fédération royale des corps des sapeurs-pompiers de Belgique a également rejoint le mouvement de grève.


Une délégation du SLFP doit rencontrer la ministre de l'Intérieur à 15h30. Les manifestants veulent attirer l'attention sur la hausse des agressions sur le terrain, comme celles survenues lors du dernier réveillon du Nouvel An, et le manque de personnel face à la "hausse vertigineuse" des interventions.


"La principale cause du manque de personnel est le manque de financement des zones de secours et le manque de volonté politique de reconnaître le travail des agents à sa juste valeur", explique Eric Labourdette, délégué permanent SLFP. Le gouvernement fédéral a prévu une injection financière structurelle de 42 millions d'euros pour la période 2020-2024 ainsi qu'une indexation de 18 millions en 2023 pour les zones de secours et le SIAMU, mais le syndicat juge ces montants insuffisants.


"La sécurité civile est l'éternelle oubliée des instances politiques lors des discussions relatives au budget de l'Etat", déplore le SLFP. Les agents se plaignent également du manque d'aménagement de fin de carrière et des conditions d'admission à la pension (67 ans en 2030). Ils demandent des mesures de reconnaissance de la pénibilité du métier et la réintroduction des tantièmes préférentiels pour le calcul des pensions. L'organisation syndicale attend des représentants de toutes les zones de secours de Belgique lors de la manifestation et prévoit donc des arrêts de travail dans les casernes. "Des directions procèdent déjà à des réquisitions et demandent aux agents volontaires de remplacer les professionnels", précise Eric Labourdette. 

Statu quo

Le SLFP a décidé de maintenir le préavis de grève dans les zones de secours et prépare de nouvelles actions après une première manifestation des pompiers ce vendredi à Bruxelles. L'organisation syndicale se dit satisfaite des avancées enregistrées lors de sa rencontre avec les autorités bruxelloises mais déplore le statu quo avec la ministre de l'Intérieur au sujet du manque de personnel et du départ à la retraite.


Après la manifestation, une délégation syndicale a eu une rencontre positive avec le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort et le secrétaire d'Etat Pascal Smet. Les autorités bruxelloises se sont engagées sur le maintien des recrutements et du congé préalable à la pension, la mise en place d'une campagne de sensibilisation concernant les agressions et la poursuite de la politique d'investissement pour la rénovation des casernes. "Nous sommes agréablement surpris", se réjouit le délégué permanent syndical Eric Labourdette. "Mais il faut maintenant que ces bonnes annonces se concrétisent."


Le syndicat partage par contre sa déception et sa colère après une réunion avec la ministre fédérale de l'Intérieur Annelies Verlinden. Aucune avancée n'a été enregistrée concernant leurs principales revendications. "On nous propose des bodycams face aux agressions mais ça ne sert à rien, nous ne sommes pas des policiers", s'énerve Eric Labourdette. "Et on reste avec nos problèmes de fin de carrière et de manque de personnel. La ministre rejette la faute sur les zones de secours."


Agressions à répétition, manque de financement et conditions de pension inacceptables sont les raisons de la colère des secours à Bruxelles. Eric Labourdette, représentant SLPF pour la zone de Bruxelles, était l'invité du 12h30.

Si la manifestation est prévue pour demain, il est encore difficile à ce jour de connaître le nombre de personnes qui seront présentes. Eric Labourdette confie cependant que : "plusieurs agents ont déjà déclaré qu'ils ne se rendraient pas au travail et qu'ils ne rejoindraient pas leur caserne." D'autres organisations vont venir prêter main forte pour assurer un service de secours demain, mais celui-ci sera forcément impacté par la grêve.

Alors que le syndicat de police et des pompiers SLPF espérait une discussion avec la ministre de l'Intérieur, Eric s'exaspère : "la ministre nous a évité au lieu de nous éviter. Elle a convoqué deux organisations syndicales qui n'ont pas déposé de préavis de grève et la seule qui l'a fait n'a pas été convoquée. Cela montre bien son incompétence."

Selon Eric, celle-ci a proposé dans une circulaire d'équiper les pompiers d'une body cam, ce qui fait rire le représentant syndical : "je me vois bien rentrer dans un incendie avec une body cam, je suis curieux du résultat."

Relation brisée entre secouriste et population

"Il y a un lien qui s'est cassé avec la population effectivement, et encore plus avec les différents confinements. On nous confond avec les pouvoirs qui ont mis en place les mesures restrictives. Ainsi, il est important de redorer l'image par des compagnes de sensibilisation auprès du public" confie Eric Labourdette.

■ Interview d'Eric Labourdette, représentant SLPF pour la zone de Bruxelles, réalisée par Murielle Berck et Jim Moskovics dans le 12h30


https://bx1.be/categories/news/200-pompiers-se-sont-reunis-a-arts-loi-ce-vendredi-pour-denoncer-leurs-conditions-de-travail/


200 pompiers se sont réunis à Arts-Loi ce vendredi, pour dénoncer leurs conditions de travail


Ils appellent les autorités politiques à "prendre leurs responsabilités" face à la hausse des agressions et au manque de personnel alors que le nombre d'interventions augmente.


Dès 9h, environ 200 pompiers venus de tout le pays se sont rassemblés au carrefour entre la rue de la Loi et le boulevard du Régent. A l'appel du SLFP, seul syndicat présent, les manifestants ont bloqué plusieurs axes routiers importants jusqu'en début d'après-midi, notamment les tunnels Madou et Arts-Loi dans les deux directions.
Au même moment, le cabinet du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort est encerclé. Les pompiers ont exprimé leur colère et demandent notamment des mesures de reconnaissance de la pénibilité du métier et des aménagements pour la fin de carrière.

"Selon plusieurs études, un pompier professionnel perd sept ans d'espérance de vie à cause des difficultés du métier", illustre Pierre, pompier depuis 23 ans. "Je suis prêt à travailler jusqu'au bout. Je me prépare physiquement pour ça parce que mon métier est ma passion, mais il faut rester réaliste. Ce n'est pas faisable."
Les pompiers et les membres des zones de secours témoignent également d'une hausse des agressions sur le terrain, comme celles survenues lors du dernier réveillon du Nouvel An, et du manque de personnel face à la "hausse vertigineuse" des interventions.


"Les conditions de travail se dégradent. On a de plus en plus de sorties en ambulance mais le personnel diminue", confirme Jacques, pompier à Schaerbeek depuis environ dix ans. "Ce n'est pas possible de travailler jusqu'à l'âge de la retraite à cause de la charge physique: parfois l'alarme sonne quand on est dans notre lit à 2h du matin et quelques minutes plus tard on est en intervention, peut-être pour tirer des tuyaux jusqu'au sommet d'un immeuble. Pour pouvoir aider les gens dans de bonnes conditions, on doit aussi travailler dans de bonnes conditions."


Ces revendications sont portées depuis des années mais ne sont pas entendues, déplore le syndicat SLFP. "Aujourd'hui il s'agit d'une première action pour nous montrer, dire qu'on existe même si on nous oublie", prévient le délégué permanent Eric Labourdette. "Nous mènerons des actions tous les jours jusqu'au mois de mars."


Une rencontre avec la ministre fédérale de l'Intérieur Annelies Verlinden est d'ailleurs prévue dans l'après-midi. Selon le syndicat SLFP qui a déposé un préavis de grève début janvier, des arrêts de travail ont été enregistrés dans plusieurs casernes du pays. Des mesures ont été prises pour assurer le bon fonctionnement des zones de secours.


Les pompiers expriment leur ras-le-bol à Bruxelles 


Plus de 200 pompiers et membres des services de secours de toute la Belgique se sont réunis vendredi à Arts-Loi, dans le centre de Bruxelles, pour dénoncer leurs conditions de travail et d'admission à la pension (67 ans en 2030). Ils appellent les autorités politiques à "prendre leurs responsabilités" face à la hausse des agressions et au manque de personnel alors que le nombre d'interventions augmente.A l'appel du SLFP, seul syndicat présent, les manifestants se sont rassemblés dès 9h au carrefour entre la rue de la Loi et le boulevard du Régent, au son de pétards et de sifflets. Ils ont bloqué plusieurs axes routiers de la zone jusqu'en début d'après-midi, notammen t les tunnels Madou et Arts-Loi dans les deux directions. 

Les pompiers se sont également rendus devant le cabinet du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort afin d'exprimer leur colère.Ils demandent notamment des mesures de reconnaissance de la pénibilité du métier et des aménagements pour la fin de carrière. 

"Selon plusieurs études, un pompier professionnel perd sept ans d'espérance de vie à cause des difficultés du métier", illustre Pierre, pompier depuis 23 ans. "Je suis prêt à travailler jusqu'au bout. Je me prépare physiquement pour ça parce que mon métier est ma passion, mais il faut rester réaliste. Ce n'est pas faisable."Les pompiers et les membres des zones de secours témoignent également d'une hausse des agressions sur le terrain, comme celles survenues lors du dernier réveillon du Nouvel An, et du manque de personnel face à la "hausse vertigineuse" des interventions."Les conditions de travail se dégradent. On a de plus en plus de sorties en ambulance mais le personnel diminue", confirme Jacques, pompier à Schaerbeek depuis environ dix ans. 

"Ce n'est pas possible de travailler jusqu'à l'âge de la retraite à cause de la charge physique: parfois l'alarme sonne quand on est dans notre lit à 2h du matin et quelques minutes plus tard on est en intervention, peut-être pour tirer des tuyaux jusqu'au sommet d'un immeuble. Pour pouvoir aider les gens dans de bonnes conditions, on doit aussi travailler dans de bonnes conditions.

"Ces revendications sont portées depuis des années mais ne sont pas entendues, déplore le syndicat SLFP. "Aujourd'hui il s'agit d'une première action pour nous montrer, dire qu'on existe même si on nous oublie", prévient le délégué permanent Eric Labourdette. 

"Nous mènerons des actions tous les jours jusqu'au mois de mars.

"Une délégation de manifestants doit rencontrer le ministre-président bruxellois et la ministre fédérale de l'Intérieur Annelies Verlinden vendredi.Selon le syndicat SLFP qui a déposé un préavis de grève début janvier, des arrêts de travail ont été enregistrés dans plusieurs casernes du pays mais des mesures ont été prises pour assurer le fonctionnement des zones de secours.

Manifestatie hulpverleners - Betogers blijven zone rond Kunst-Wet bezetten


De hulpverleners die deelnemen aan de actie van vakbond VSOA blijven de zone rond Kunst-Wet in Brussel bezetten. Ze blijven zo voor verkeershinder zorgen. Met de actie kaart de liberale vakbond de problemen van de hulpdiensten en een algemeen gebrek aan financiering aan.De actie van de hulpverleners begon vrijdag om 9 uur op het kruispunt Kunst-Wet. Daar verzamelden een 250-tal ambulanciers en brandweerlui om de verkeersas te blokkeren. Eerst deden ze dat op het kruispunt zelf, waardoor de Wetstraat vastliep. Nadien stelden ze zich op aan de tunnelmonden, waardoor het verkeer daar ook werd afgesneden. 

Rond 10.15uur trokken ze na een korte wandeling naar het kabinet van Brussels minister-president Rudi Vervoort. 

Daar werden ze tegen gehouden door de politie om verder door de stad te trek ken. Sindsdien verplaatsen de betogende hulpverleners zich afwisselend tussen Kunst-Wet en de Regentlaan. Daar houden ze auto's tegen en vragen ze aan de bestuurders die ze doorlaten om te toeteren. Op een gegeven moment gingen hulpverleners lukraak in het midden van de weg staan op de Brusselse Kleine Ring tussen de auto's. De betoging zou rond 12 uur op haar einde lopen, maar de brandweermannen en ambulanciers lijken nog niet te vertrekken. Intussen is een delegatie van vakbond VSOA ontvangen op het kabinet van minister van Binnenlandse Zaken Annelies Verlinden (CD&V) en is het wachten op de uitkomst van dat overleg.



Alicante, le 27 janvier 2023

Cher.es collègues,

Le SLFP demande à ses affiliés de participer aux actions organisées en front commun par les deux autres organisations syndicales (à chaque date du mois de février et jusqu'au 07 mars inclus)

La devise de la Belgique a été choisie après la révolution de 1830 et l'indépendance du pays : « L'union fait la force »

Le SLFP rappelle qu'un drapeau en berne est maintenu, à mi-hauteur de son mât, dans des circonstances particulières tel qu'un deuil national ou une tragédie, suite à la décision d'un État.

https://www.police.be/.../drapeau-en-berne-quelle...

Drapeau en berne :

Protocole : Un drapeau en berne est attaché à mi-mât. Mettre les drapeaux en berne est un signe de deuil, une période de tristesse et de respect quand le Roi, la Reine, un ancien Roi ou une ancienne Reine est mort(e). Il arrive aussi que le gouvernement déclare un deuil national (lors d'une grande catastrophe par exemple). Dans ce cas, le drapeau est également mis en berne.

https://www.monarchie.be/fr/pour-les-enfants/symboles

Y-a-t-il un deuil national ?

Le SLFP déconseille aux responsables de postes d'obéir à cette consigne.

Nous demandons le respect, nous devons avoir du respect !

Beste collega's,

Het VSOA vraagt haar leden deel te nemen aan de acties die in gemeenschappelijk front door de twee andere vakbonden worden georganiseerd (op elke datum van februari en tot en met 7 maart)

De nationale wapenspreuk van België werd gekozen na de revolutie in 1830 bij de onafhankelijkheid van het land. « Eendracht maakt macht ».

Het VSOA herinnert:

« De vlag halfstok hangen »

Protocol: Een vlag wordt soms halverwege de stok opgehangen, dat heet dan 'de vlag halfstok hangen' en is een teken van rouw, een periode van verdriet en respect, wanneer de Koning, de Koningin, een vroegere Koning of een vroegere Koningin is gestorven. Het gebeurt ook dat de regering nationale rouw afkondigt, bijvoorbeeld bij een grote ramp. Ook dan wordt de vlag halfstok gehangen.

https://www.monarchie.be/nl/voor-kinderen/symbolen

Is er een nationale rouw? Het VSOA adviseert postverantwoordelijkedeze instructie niet op te volgen.

We eisen respect, we moeten respect hebben!


Le SLFP organise une manifestation des agents des zones de secours et du SIAMU ce 27 janvier.

Trop longtemps oubliés de nos différents pouvoir, trop occupés sur le front d'une pandémie, d'inondations meurtrières, de périodes de canicules et d'autres phénomènes dû aux changements climatiques, les agents et leurs représentants avaient d'autres priorités. Le temps de se faire entendre est venu !

Les Trois points essentiels de notre colère sont détaillés ci-dessous :

  1. Agressions envers les secouristes :

Selon les statistiques 2020 des zones de secours belges le nombre d'agressions physiques, agressions verbales ou jets d'objets envers les secouristes à presque doublé en 5 ans. A noter qu'il manque les données de 4 zones de secours et que l'ensemble des faits de violence à l'encontre des secouristes ne sont pas enregistrés de manière systématique et pourraient donc être incomplets.

2015: 110- 2016 : 131- 2017 : 150- 2018 : 170- 2019 : 187- 2020 : 202

Des agressions de plus en plus fréquentes, mais surtout de plus en plus graves, En effet, au-delà de l'aspect purement quantitatif, les sapeurs-pompiers sont confrontés à des formes de violence de plus en plus extrêmes. Il n'est plus aujourd'hui uniquement question d'outrages ou d'agressions, mais de véritables guet-apens : jets de pierre, de cocktails Molotov ou de parpaings, attaques et destruction de véhicules et de centres de secours.

En France, le ministère de l'intérieur a déposé un plan de prévention et de lutte contre les agressions visant les pompiers en août 2020, ce document de 5 pages s'articule autour de 3 axes majeur : une coordination opérationnelle interservices, des actions relatives au personnel ( renforcement du lien avec la population, formation, soutien émotionnel), amélioration et avancées techniques en vue de protéger le sapeur-pompiers.

Et en Belgique ?

En 2021, une campagne a été lancée visant à encourager les pompiers victimes d'agressions à les signaler et à apprendre comment réagir face aux agressions.

ET APRES ? Qu'en est -il des sanctions ? Des campagnes de sensibilisation auprès de la population ? Des études sur le sujet ? Rien n'a été proposé et nous sommes témoins d'une situation unique dans l'histoire du pays, les autorités politiques n'ont plus d'objectifs, elles sont dans l'inaction généralisée !

  1. Refinancement des zones de secours et du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale, augmentation de la charge de travail et campagne de recrutement.

Le nombre d'agents opérationnels en service ne suit pas la courbe de l'augmentation des interventions des zones de secours.

Notre pays ne compte que +/- 6.500 agents opérationnels professionnels et +/- 12.000 agents volontaires. Le nombre d'agents volontaires est en constante diminution.

Avant sa réforme, la protection civile comptait 1.207 agents (Professionnels et volontaires) contre seulement 457 agents après la réforme de la cette réforme et la fermeture de 4 casernes sur 6 ! Une diminution de 750 agents opérationnels d'un service de secours alors que nous connaissons une importante hausse de la charge de travail.

Il y a eu une augmentation de 25.021 interventions non AMU alors que l'année 2020 fût plus « calme » à cause des confinements.

Il faut encore rajouter à l'augmentation de la charge de travail des interventions « rouge » (pompiers) la hausse, inévitable, des interventions en aide médicale urgente de chaque zones de secours (Plusieurs dizaines de milliers d'interventions). Pour exemple : Une augmentation de 11.000 interventions ambulances, rien qu'à Bruxelles, en 1 an !

Il est donc important de procéder à des recrutements.

Le manque de personnel, l'absence de recrutement et la hausse des interventions : ce cocktail explosif fait courir un danger grave à la population, les pompiers/pompières exercent leur métier sous une pression de plus en plus grande.

  1. Pensions, non reconnaissance de la pénibilité du métier et aménagements de fin de carrière.

L'expression « les soldats du feu » n'a plus la même signification. La profession évolue avec la diversification des missions et la multiplication des risques liés à l'évolution constante de la société.

Malgré, que le métier de sapeurs-pompiers/ères figure sur la liste des métiers pénibles établie par le précédent gouvernement, les agents opérationnels et les dispatchers ne bénéficient d'aucun avantages, ni pour le calcul de l'âge de la pension ni pour un éventuel avantage pécunier lors de la pension.

Cela signifie que les sapeurs-pompiers/ères prennent des risques de plus en plus grands sur les en interventions, sont confrontés à un manque d'effectif et à des agressions de plus en plus violentes mais doivent aussi doivent travailler plus longtemps et n'ont plus droit à aucune mesures avantageuses. L'âge de leur pension sera de 66 ans en 2025 et 67 ans en 2030 !

Quel message les autorités politiques envoient elles aux sapeurs- pompier/ères ambulancier/ères du pays qui exercent leur métier au péril de leur vie en ne reconnaissant pas, dans les faits, le caractère pénible du métier ?

Le fait qu'il existe encore des "métiers pénibles" doit nous faire réfléchir en tant que société. Comment faire en sorte que ces métiers restent réalisables du point de vue de leur contenu et des conditions de travail ? Cette responsabilité doit être partagée par les travailleurs (les syndicats), les employeurs (et leurs fédérations) ainsi que par les autorités.

En d'autres termes, nous ne pouvons pas, en tant que société, accepter que des personnes exercent un "métier pénible" qui n'est supportable que pour un nombre limité d'années sans que les employeurs, avec le consentement des syndicats, ne contrebalancent pas cette pénibilité par l'octroi d'une pension avant l'âge légal avec certaines compensations financières.

Het VSOA organiseert een betoging van agenten van hulpverlingszones en DBDMH op 27 januari.

Sinds lang vergeten door onze verschillende overheden , daar we te druk bezig waren met een pandemie, dodelijke overstromingen, hittegolven en andere klimaatveranderingen, kenden de agenten en hun vertegenwoordigers andere prioriteiten. De tijd om gehoord te worden is intussen weer aangebroken.

De drie belangrijkste punten van onze totale verontwaardiging bestaan uit :

  1. Agressies tegen de hulpverleners:

Volgens de statistieken 2020 van de Belgische hulpverleningszones is het aantal fysieke agressies, verbale agressies of gooien met voorwerpen tegen de hulpverleners op 5 jaar bijna verdubbeld. Wel dient opgemerkt dat de gegevens van 4 hulpverleningszones ontbreken en dat niet alle gewelddaden tegen de hulpverleners systematisch worden geregistreerd en dan ook onvolledig zouden kunnen zijn.

2015: 110- 2016 : 131- 2017 : 150- 2018 : 170- 2019 : 187- 2020 : 202

De agressies zijn steeds frequenter, maar vooral steeds ernstiger. Buiten het zuiver kwantitatief aspect moeten de brandweermensen immers het hoofd bieden aan steeds extremere vormen van geweld. Vandaag is er niet meer alleen sprake van belediging of agressie, maar van echte valstrikken: gooien met stenen, molotovcocktails of bakstenen, aanvallen op en vernieling van voertuigen en hulpverleningscentra.

In Frankrijk heeft de minister van binnenlandse zaken een plan voor preventie en bestrijding van agressies tegen brandweerlieden in augustus 2020 neergezet. Dat document bestaat uit 5 pagina's die 3 voornaamste hoofdstukken bevatten: een operationele coördinatie tussen de verschillende diensten, acties met betrekking op het personeel (versterking van de band met de bevolking, opleiding, emotionele steun), verbetering en technische vooruitgang om de brandweermensen te beschermen.

En in België?

In 2021 werd een campagne op touw gezet om de brandweerlieden die het slachtoffer zijn van agressies aan te sporen om die aan te geven en leren omgaan met agressies.

EN DAARNA? Hoe staat het met de sancties? Sensibiliseringscampagnes bij de bevolking? Studies over dat onderwerp? Daar werd niets voorgesteld en we zijn de getuigen van een unieke situatie in de geschiedenis van het land. De politieke overheden hebben geen doelstellingen meer, ze verblijven in een veralgemeende inactiviteit!

· Herfinanciering van de hulpverleningszones en van de DBDMH van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest, verhoging van de werklast en aanwervingscampagne.

Het aantal operationele beambten in dienst volgt de curve van de stijging in de interventies binnen de hulpverleningszones niet.

Ons land telt slechts +/- 6.500 operationele beroepsbeambten en +/- 12.000 vrijwillige beambten. Het aantal vrijwillige beambten daalt voortdurend.

Vóór de hervorming telde de civiele bescherming 1.207 beambten (Professionelen en vrijwilligers) tegen maar 457 beambten na de hervorming en de sluiting van 4 kazernes op 6! Een vermindering met 750 operationele beambten van een hulpverleningsdienst terwijl we een zware verhoging van de werklast kennen.

Totaal niet-DMH-interventies in 2015: 226.530 interventies.

Daar was een stijging met 25.021 niet-DMH-interventies terwijl het jaar 2020 "rustiger" was omwille van de lockdown.

Daar moet nog de stijging in de werklast van de "rode" interventies (brandweer), de onvermijdelijke stijging in de interventies voor dringende medische hulp binnen elke hulpverleningszone (Meerdere tienduizenden interventies) aan toegevoegd worden.

Het personeelstekort, het uitblijven van aanwervingen en de toenemende interventies: met die explosieve cocktail wordt de bevolking aan een ernstig gevaar blootgesteld, de brandweerlieden voeren hun beroep uit onder een steeds hogere druk.

· Pensioenen, niet-erkenning van de penibiliteit van het beroep en eindeloopbaanvoorziening.

De uitdrukking " vuursoldaten" heeft niet meer dezelfde betekenis. Het beroep evolueert met de diversificatie van de opdrachten en de vermenigvuldiging van de met de voortdurende evolutie van de samenleving gelinkte risico's. Tegenwoordig worden de brandweermensen blootgesteld aan steeds geweldigere fenomenen en ongeziene gevaren.

Alhoewel het beroep van de brandweermensen op de door de vorige regering aangelegde lijst van zware beroepen staat, genieten de operationele beambten en de dispatchers van geen enkel voordeel, noch voor de berekening van de pensioenleeftijd noch voor een mogelijk geldelijk voordeel bij de pensionering.

Dat betekent dat de brandweerlui steeds grotere risico's nemen tijdens hun interventies, het hoofd moeten bieden aan een bemanningstekort en aan agressies die steeds geweldiger worden maar ook langer moeten werken en geen recht meer hebben op voordelige maatregelen.

De persoon die zijn leven riskeert om dat van zijn medeburgers te redden verdient een minimum aan erkenning vanwege de Staat, die de risico's van dat beroep in geen geval mag banaliseren. Men wordt brandweerman/-vrouw om zich in dienst van de anderen te stellen ondanks de steeds meer gediversifieerde risico's. We trekken aan de alarmbel: de inactiviteit en het niet in rekening nemen van de nieuwe risico's en het niet erkennen van de penibiliteit van het beroep brengen onvermijdelijk een verlies van de zin voor het beroep van de brandweerman/-vrouw en dus het verdwijnen van de "roeping" met zich mee, met dramatische en niet te voorspellen gevolgen voor de veiligheid van het land.

Het feit dat er nog "zware beroepen" bestaan, moet ons als samenleving doen nadenken. Hoe kunnen we maken dat die beroepen uitvoerbaar blijven vanuit het oogpunt van hun inhoud en de arbeidsvoorwaarden? Die verantwoordelijkheid moet door de werknemers (de vakbonden), de werkgevers (en hun federaties) evenals door de overheden gedragen worden.

Met andere woorden, als samenleving kunnen we niet aanvaarden dat mensen een "zwaar beroep" uitoefenen, dat enkel voor een beperkt aantal jaren houdbaar is, zonder dat de werkgevers, met instemming van de vakbonden, die penibiliteit compenseren met de toekenning van een pensioen vóór de wettelijke pensioenleeftijd met bepaalde financiële compensaties.



Pompiers trop de pression? 

Agressions, manque de personnel et conditions de pensions ! 

https://www.facebook.com/watch/live/?ref=watch_permalink&v=1161182464374976

L'heure n'est plus à 1 minute de silence! L'heure des actions est venue.Ils veillent chaque jour à notre sécurité et sauvent des vies, pourtant ils sont de plus en souvent la cible de violences: aujourd'hui les pompiers et les services de secours disent stop ! Eric Labourdette, délégué permanent SLFP Zones de Secours nous en parle. 

https://www.ln24.be/2023-01-25/zones-de-secours-les-pompiers-disent-stop-aux-violences?fbclid=IwAR3X_Lyk3vl9SZJOIX8_NsBCOPz9aD9GCna9VltX1NymazWWUZMRrPtsUE4



Seulement question de violence, il n'y a donc pas d'autres problèmes ?

Het gaat alleen over geweld, dus er zijn geen andere problemen?

Une délégation des syndicats CGSP et CSC a été reçue au cabinet de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) mercredi après-midi. Ils y ont eu une discussion constructive sur le futur plan d'action pour lutter contre la violence à l'égard des pompiers.

Au cours de la discussion, les délégués syndicaux ont eux-mêmes mis sur la table quelques actions supplémentaires suite à la circulaire du ministre Verlinden de la semaine dernière. Par exemple, ils veulent faire encore plus d'efforts pour enregistrer les incidents et aimeraient travailler avec une application. L'anonymat des personnes doit être garanti et il est proposé de mettre en place un service social pour les pompiers. Enfin, des appels ont été lancés pour améliorer l'encadrement des victimes, notamment lorsqu'elles ne peuvent plus exercer leurs fonctions après l'agression.

"Ce n'est pas le 'cœur de métier' du terrain que de contrer la violence, mais c'est de fournir une assistance. Nous devons travailler sur ce point. Je pense que le ministre l'a compris", a déclaré la CSC.

La ministre Verlinden aurait indiqué dans la circulaire qu'elle demanderait des informations aux zones avant le 28 février. Les syndicats CGSP et CSC ont demandé un suivi et attendent une nouvelle invitation en mars pour travailler sur un plan d'action.

"Il faut que cela devienne concret maintenant. La violence est beaucoup plus large et existe aussi dans d'autres lieux, comme les hôpitaux ou les CPAS. C'est pourquoi nous avons demandé que la campagne soit également plus large et qu'elle sensibilise le public", la CGSP.

Een delegatie van de vakbonden ACOD en ACV is woensdagmiddag op het kabinet van minister van Binnenlandse Zaken Annelies Verlinden (CD&V) ontvangen. Ze hadden er een constructief gesprek over het toekomstige actieplan om geweld tegen brandweerlui aan te pakken.

De vakbonsafgevaardigden hebben tijdens het overleg zelf nog enkele bijkomende acties op tafel gelegd na de omzendbrief van minister Verlinden vorige week. Zo willen ze nog meer inzetten op de registratie van incidenten en willen ze graag met een applicatie werken. De anonimiteit van de personen moet verzekerd worden en er is het voorstel om een sociale dienst op te richten voor de brandweer. Tot slot is er gevraagd om de omkadering voor de slachtoffers te verbeteren, zeker wanneer ze na de agressie hun functie niet meer kunne n uitoefenen.

"Het is niet de 'core business' van het terrein om tegen geweld in te gaan, maar wel om hulp te verlenen. Daar moet werk van gemaakt worden. Ik denk dat de minister dat wel begrepen heeft", zegt ACV.

Minister Verlinden zou in de omzendbrief aangegeven hebben dat ze tegen 28 februari informatie zal inwinnen bij de zones. De vakbonden ACOD en ACV hebben een vervolgtraject gevraagd en verwachten in maart een nieuwe uitnodiging om werk te maken van een actieplan.

"Het moet nu concreet gemaakt worden. Geweld zit veel ruimer en is er ook op andere plaatsen, zoals ziekenhuizen of OCMW's. Daarom hebben we gevraagd om de campagne ook ruimer te voeren en de mensen te sensibiliseren", verklaart ACOD.


Het VSOA herhaalt dat de voornaamste problemen waarmee de beambten van de hulpverleningszones te kampen hebben de toenemende agressies, het personeelstekort, de torenhoge stijging in het aantal interventies, het uitblijven van een eindeloopbaanvoorziening en de toegangsvoorwaarden tot het pensioen (67 jaar in 2030) zijn.

De voornaamste oorzaak voor het personeelstekort is het gebrek aan financiering van de hulpverleningszones. Het VSOA wil bewijzen dat de civiele veiligheid maar steeds wordt vergeten door onze politieke instanties bij de besprekingen rond de begroting van de Staat.

Mevrouw de Minister van Defensie heeft geknokt om middelen voor Defensie te verkrijgen, het was tijd en ze heeft middelen bekomen, in tegenstelling tot haar collega van Binnenlandse Zaken!

Er wordt voorzien in een verhoging van het budget van Defensie met 11 miljard tegen 2030. Op die datum zal het budget 6,9 miljard bedragen, tegen 4,2 miljard vandaag.

Voor wat de politie betreft, investeert de federale regering 310 miljoen euro extra in de geïntegreerde politie in de loop van deze legislatuur. Het budget stijgt dan ook van 50 miljoen euro in 2021, naar 70 miljoen euro in 2022, 90 miljoen euro in 2023 en 100 miljoen euro in 2024 !

Het totaal aan investeringen zal in 2024 455,6 miljoen euro bedragen en zal dan ook de 212,5 miljoen euro aan voorziene lineaire besparingen overstijgen. De netto injectie in de politie zal dus tegen 2024 243,3 miljoen euro bedragen.

En de hulpverleningszones? Peanuts! Wij zijn de pineuten!

De regering voorziet in een structurele financiële injectie van 42.000.000 € (4 jaar voor 34 zones) voor de periode 2020-2024 evenals een indexering van 18.000.000 € (voor 34 zones) voor het jaar 2023 voor de hulpverleningszones en de DBDMH. De indexering voor 2023 dekt niet eens de verschillende indexeringen van de wedden!

Bij wijze van informatie: een ladderwagen kost +/- 500.000 €.

De drie grote werven van Mevrouw de Minister van Binnenlandse Zaken voor de hulpverleningszones waren:

  1. De poging om de shiften van 24U00 af te schaffen.
  2. De bevordering van Kapiteins (2 in Vlaanderen) en Majoors, zonecommandanten, tot de graad van Kolonel, zonder examen en zonder brevet.
  3. De oprichting van een orgaan "Brandweer" samengesteld uit 4 of 5 Officieren, gedetacheerd (wedde terugbetaald door de FOD Binnenlandse Zaken) uit een VZW van zonecommandanten, en 1 officier gedetacheerd uit de DBDMH.

Blijkbaar koopt Mevrouw de Minister het hoofd (De zonecommandanten) met het uitdelen van "cadeaus" om de benen af te hakken (De representatieve personeelsorganisaties).

Het VSOA herhaalt de toespraak bij de nieuwjaarswensen 2023 van de voorzitter van een partij die deel uitmaakt van Vivaldi: "We moeten absoluut voorbeeldig zijn in al onze gedragingen. Men moet onverbiddelijk zijn voor wat betreft het naleven van de normen en de ethische principes. Omdat wanneer men de zwakkeren verdedigt, zoals wij dat doen, wanneer men degenen die zouden vergeten zijn verdedigt, heeft men de plicht, nog meer dan anderen, om onberispelijk te zijn. We leven ook in een samenleving die terecht niet meer enige inbreuk tegen de openbare moraal kan dulden".

Is dat een nieuw principe van de openbare moraal, van de ethische normen en principes, dat beambten met de hoogste wedden, mandaatpremies, voordelen in natura, naar een hogere graad te "bevorderen", met een loonschaal en de premie voor operationaliteit en onregelmatige prestaties, tot de hogere graad, zonder enig examen of evaluatie te moeten afleggen?

Is dat een nieuw principe van de openbare moraal, van de ethische normen en principes, dat de met hitte gelinkte risico's, de met rook gelinkte risico's, de lichamelijke risico's, de risico's uit de fysieke hoedanigheden van de betrokken plaatsen, de psychosociale risico's, de biologische risico's, de chemische risico's, de ergonomische risico's, het nachtwerk en het toenemende geweld van derden tegen de operationele beambten en de ambulanciers niet-brandweermannen van de hulpverleningszones hulpverleners worden vergeten?

De beambten van de hulpverleningszones en de DBDMH worden voor eeuwig door deze Regering vergeten!

Le SLFP rappelle que les principaux problèmes rencontrés par agents des zones de secours sont les augmentations d'agressions, le manque de personnel, la hausse vertigineuse du nombre interventions, le manque d'aménagement de fin de carrière et les conditions d'admission à la pension (67 ans en 2030).

La principale cause du manque de personnel est le manque de financement des zones de secours. Le SLFP veut prouver que la sécurité civile est l'éternel oublié de nos instances politique lors des discussions relatives au budget de l'Etat.

Madame la Ministre de la défense s'est battue pour obtenir des moyens pour la défense, il était temps et elle a obtenu des moyens au contraire de sa collègue de l'Intérieur !

Une augmentation du budget de la défense d'environ 11 milliards d'ici 2030 est prévue. A cette date, le budget pèsera 6,9 milliards, contre 4,2 milliards aujourd'hui.

En ce qui concerne la police, le gouvernement fédéral investit 310 millions d'euros supplémentaires dans la police intégrée au cours de cette législature. La trajectoire budgétaire passe de 50 millions d'euros en 2021, à 70 millions d'euros en 2022, 90 millions d'euros en 2023 et 100 millions d'euros en 2024 !

Le total des investissements s'élèvera en 2024 à 455,6 millions d'euros et dépassera donc les 212,5 millions d'euros d'économie linéaires prévus. L'injection nette dans la police s'élèvera donc, à l'horizon 2024 à 243,3 millions.

Et les zones de secours ? Des peanuts ! Des cacahouètes ! Des miettes que l'on jette aux pigeons (que nous sommes) !

Le gouvernement prévoit une injection financière structurelle de 42.000.000€ (4 ans pour 34 zones) pour la période 2020-2024 ainsi qu'une indexation de €18.000.000 (pour 34 zones) pour l'année 2023 pour les zones de secours et le SIAMU. L'indexation pour 2023 ne couvre même pas les différentes indexations des salaires ! Pour information, une auto échelle coûte +/- 500.000€.

Les trois grands travaux de Madame la Ministre de l'Intérieur, pour les zones de secours, ont été :

  1. La tentative de supprimer la possibilité d'effectuer des shifts de 24H00.
  2. Le commissionnement de Capitaines (2 en Flandre) et de Majors, commandant de zone, au grade de Colonel, sans examen et sans brevet.
  3. La création d'un organe « Pompiers » composés de 4 ou 5 Officiers, détachés (salaires remboursés par le SPF Intérieur), d'une des ASBL de Commandants de zone et 1 officier détaché du SIAMU.

Visiblement, Madame la Ministre, achète la tête (Les commandants de zone) en offrant « des cadeaux » pour couper les jambes (Les organisations représentatives du personnel).

Le SLFP rappelle le discours d'un Président de parti, faisant partie de la Vivaldi, lors des vœux pour 2023 : « Nous devons, être absolument exemplaires dans l'ensemble de nos comportements. Il faut être intraitable en ce qui concerne le respect des normes et des principes éthiques. Parce que quand on défend les plus fragiles, comme nous le faisons, quand on défend celles et ceux qui sans nous seraient oubliés, on a le devoir, plus encore que tous les autres, d'être irréprochables. Nous nous vivons aussi dans une société qui ne tolère plus, et à juste titre, aucune infraction au principe de la morale publique ».

Est-ce un nouveau principe de la morale publique, des normes et des principes éthiques, de « commissionner » des agents ayant les plus gros salaires, des primes de mandat, des avantages en nature, à un grade supérieur, avec une échelle de traitement et la prime d'opérationnalité et de prestations irrégulières au grade supérieur, sans devoir présenter aucun examen ou évaluation ?

Est-ce un nouveau principe de la morale publique, des normes et des principes éthiques, que d'oublier les risques associés à la chaleur, les risques associés aux fumées, les risques physiques, les risques qui émanent des caractéristiques physiques des lieux concernés, les risques psychosociaux, les risques biologiques, les risques chimiques, les risques ergonomiques, le travail de nuit et l' augmentation de la violence de tiers à l'encontre qu'encourent les agents opérationnels et les ambulanciers-non pompiers des zones de secours ?

Les agents des zones de secours et du SIAMU sont les éternels oubliés de ce Gouvernement !


Cher.es collègues,

Suite à l'envoi de notre préavis de grève au Premier Ministre et à la Ministre de l'Intérieur, le SLFP doit vous informer que le Premier Ministre refuse de nous rencontrer afin d'écouter nos revendications.

La Ministre de l'Intérieur est disposée à accueillir une délégation du SLFP, mais, elle ne rentrera à Bruxelles que la veille du 27 janvier. Si le SLFP désire être écouté, se sera avec les collaborateurs de Madame la Ministre en qui nous n'avons plus aucune confiance ! Rendez-vous le 27 janvier à 09H00 à Arts-Loi.

C'est maintenant ou jamais !

Nos autorités démontrent le peu d'intérêts qu'ils ont envers notre métier et se moquent de nos conditions de travail.

Il y a une organisation syndicale qui a conseillé à ses délégués et membres de ne pas se joindre du tout au mouvement organisé par le SLFP le 27 janvier, alors que cette même organisation syndicale ne nous a même pas contactés pour éventuellement agir en front syndical le 07 mars quand elle organisera des actions. Cette information nous a été transmise par des délégués de cette organisation qui ne sont pas en accord avec la position de leur hiérarchie qui prend des décisions alors qu'ils/elles ne sont pas du métier. Ces délégué.es en ont marre !

Le SLFP regrette cette attitude tout en appelant ses membres à soutenir leur mouvement le 7 mars car nous organiserons d'autres actions et ne retirerons pas notre préavis de grève. Alors, est-ce de la solidarité ? Qu'importe, l'union fait la force, mais, n'oublions pas que la désunion, fait la faiblesse.

Le SLFP rappelle ses principales revendications :

Un refinancement important de la sécurité civile.

Stop aux agressions envers les secouristes.
Augmentation importante de la charge de travail et manque de personnel.

Aménagement de fin de carrière et pensions. Le SLFP zones de secours demande l'adoption par le Gouvernement fédéral de mesures pour faire face au recul de l'âge légal de la pension et de l'allongement des carrières pour les agents opérationnels des zones des secours ainsi que la mise en place de mesures de reconnaissance de la pénibilité du métier et la réintroduction de nos tantièmes préférentiels pour le calcul de nos pensions.

Qui n'est pas d'accord avec de telles revendications ?

Beste collega's,

Na het versturen van onze stakingsaanzegging aan de eerste minister en de minister van Binnenlandse Que, moet VSOA u meedelen dat de premier van België weigert ons te ontmoeten om naar onze eisen te luisteren.

De minister van Binnenlandse Zaken is bereid een delegatie van het VSOA te ontvangen, maar zij zal pas de 27 januari's' avonds laat naar Brussel terugkeren. Met andere woorden we zullen het nogmaals moeten stellen met de medewerkers van de minister in wie we al lang geen vertrouwen meer hebben! Afspraak in de Wetstraat op 27 januari om 09U00.

Het is nu of nooit!

De autoriteiten tonen nogmaals hoe weinig belangstelling zij hebben voor ons beroep en hoe weinig zij geven om onze arbeidsomstandigheden.

Er is nu zelfs een vakbondsorganisatie die adviseerde aan haar afgevaardigden en leden om geenszins aan te sluiten bij de door het VSOA op 27 januari georganiseerde beweging, terwijl deze zelfde vakbondsorganisatie niet eens contact met ons opnam om eventueel in algemeen vakbondsfront op te treden. VSOA betreurt deze houding ondanks de oproep aan onze leden om op 7 maart hun beweging te steunen daar we verdere acties zullen organiseren en onze staking niet zullen intrekken. Deze informatie werd ons verstrekt door afgevaardigden van de betrokken vakbond zelf, ook zij zijn het niet langer eens zijn met de positie van hun syndicale hiërarchie. Het betreft hier beslissingen genomen boven hun hoofd zonder enige vorm van samenspraak en dit zelfs tijdens hun afwezigheid. Bij gevolg hebben sommige afgevaardigden het nu ook gehad ! "

Is dit dan solidariteit?

Het VSOA herinnert aan haar belangrijkste eisen:

Een belangrijke herfinanciering van de civiele veiligheid.

Stop agressies tegen de hulpverleners.

Belangrijke verzwaring van de werklasten personeelstekort.

Eindeloopbaanvoorziening en Pensioenen. Het VSOA-Hulpverleningszones vraagt dat de federale regering maatregelen treft om het hoofd te bieden aan de verschuiving van de wettelijke pensioenleeftijd en de verlenging van de loopbanen voor de operationele beambten in de hulpverleningszones en dat maatregelen tot erkenning van de zwaarte werk van het beroep worden ingevoerd en dat de onze voorkeurstantièmes voor de berekening van ons pensioen worden heringevoerd.

Wie is het uiteindelijk niet eens met dergelijke eisen? 


Chers affiliés,

Le SLFP apprend que les 2 autres organisations syndicales prévoient des actions le 07 mars.

Le SLFP est bien entendu tout à fait prêt à les soutenir en les rejoignant lors de leurs actions. Il est dommage que l'inverse n'ai pas lieu, mais, nous respectons leurs décisions.

Qu'importe, l'union fait la force, mais, n'oublions pas que la désunion, fait la faiblesse.

Le SLFP rappelle ses principales revendications.

  • Agressions envers les secouristes: le SLFP zones de secours demande la mise en place de sanctions plus rapides et plus sévères.

A ce propos et curieusement, madame la Ministre à envoyer une circulaire relative aux agressions datée du 20 janvier !!!

Le SLFP vous informe rapidement.

  • Augmentation importante de la charge de travail : le SLFP zones de secours demande un refinancement important des zones de secours et du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale afin de mettre en place une politique de recrutement permanente et de renforcer les effectifs de garde au sein de toutes les zones et du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale.
  • Aménagement de fin de carrière : Le SLFP zones de secours demande l'adoption par le Gouvernement fédéral de mesures pour faire face au recul de l'âge légal de la pension et de l'allongement des carrières pour les agents opérationnels des zones des secours ainsi que la mise en place de mesures de reconnaissance de la pénibilité du métier.
  • Pensions : Le SLFP zones de secours demande la réintroduction de nos tantièmes préférentiels pour le calcul de nos pensions.

Quel sont les représentants du personnel qui ne peuvent pas être d'accord avec ces revendications ?

Lors du dernier préavis de grève et assemblée générale du SLFP au SIAMU de Bruxelles, une autre organisation syndicale nous avait, rapidement, rejoint. Aujourd'hui, cette même organisation syndicale déconseille à ses délégués et affiliés de rejoindre le mouvement du 27 janvier.

Les responsables de cette organisation se sont donc pas d'accord avec nos légitimes revendications ? Ce qui, bien sûr, est leur droit le plus strict.

Geachte leden,

VSOA heeft vernomen dat de andere twee vakbonden acties plannen op 7 maart.

VSOA is uiteraard bereid hen te steunen door zich bij hun acties aan te sluiten. Het is jammer dat het omgekeerde niet gebeurde maar wij respecteren de beslissingen van vakbondscollega's inzake.

Wij hebben niet vergeten dat eendracht macht maakt.

VSOA herhaald haar belangrijkste eisen :

  • Agressies tegen de hulpverleners: het VSOA-Hulpverleningszones vraagt dat zwaardere sneller uitgesproken sancties worden ingevoerd.

In dit verband stuurde de minister vreemd genoeg plots een omzendbrief betreffende de agressie van 20 januari!

  • Belangrijke verzwaring van de werklast: het VSOA-Hulpverleningszones vraagt om een belangrijke herfinanciering van de hulpverleningszones en van de DBDMH van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest om een permanente-rekruteringsbeleid op te zetten en het wachtpersoneel te versterken binnen alle zones en de DBDMH van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest.
  • Eindeloopbaanvoorziening: het VSOA-Hulpverleningszones vraagt dat de federale regering maatregelen treft om het hoofd te bieden aan de verschuiving van de wettelijke pensioenleeftijd en de verlenging van de loopbanen voor de operationele beambten in de hulpverleningszones en dat maatregelen tot erkenning van de penibiliteit van het beroep worden ingevoerd.
  • Pensioenen : het VSOA-Hulpverleningszones vraagt dat de onze voorkeurstantièmes voor de berekening van ons pensioen worden heringevoerd.

Welke personeelsvertegenwoordigers kunnen niet instemmen met deze eisen?

Tijdens de laatste stakingsoproep en algemene vergadering van het VSOA bij de DBDMH sloot een andere vakbondsorganisatie zich echter wel snel bij ons aan.

Vandaag raadt diezelfde vakbondsorganisatie haar afgevaardigden en leden in verdekte termen af om zich op 27 januari bij onze beweging aan te sluiten.

Dus de leiding van deze organisatie is het niet langer eens met onze legitieme eisen? Wat uiteraard hun volste recht is


Het VSOA heeft een stakingsoproep ingediend. De aangetekende brief is op 4 januari naar de premier en de minister van Binnenlandse Zaken gestuurd.

Het niet-uitvoeren van het opgelegde werk is het centraal element van een staking. Het betreft dus een tijdelijke stopzetting van het werk.

Het recht om geen enkel werk te presteren wegens staking wordt erkend door het Hof van Cassatie (Hof van Cassatie (Nederlandstalige afdeling, 3e Kamer), 21.12.1981, R.W., 1981 (82), p. 2525-2550).

VSOA- leden die hun bijdrage betalen hebben recht op een vergoeding. De vergoeding bedraagt 40 euro voor een dagdienst van 8 uur, wij moeten dit bedrag vermenigvuldigen maal 3 (120€) in geval van 24H00 shifts . Deze vermenigvuldig is enkel van toepassing voor agenten in 24 h dienst.

De betoging van 27 januari zal een belangrijke en symbolische gebeurtenis moeten zijn. We rekenen op een talrijke opkomst om onze eisen te versterken. Een doedelzakspeler zal ons begeleiden.

We zullen door de Premier en de Minister van Binnenlandse Zaken ontvangen worden om onze eisen uiteen te zetten. Daarom vragen we dat volgende regels worden nagevolgd:

GEEN:

• Alcoholverbruik op de openbare weg in werkkledij;

• Mutsen met mondmasker;

• Helmen;

• Dienstvoertuigen.

Vergeet niet: Je vertegenwoordigt een dienst. Een voorbeeldige houding aannemen betekent respect voor jezelf en ter zelfde tijd respect afdwingen van degenen die je zien.

We dulden geen enkele gewelddaad, noch tegen de politie, noch onder betogers, noch tegen de voorbijgangers!

Le SLFP à déposer un préavis de grève. Le recommandé a été envoyé au Premier Ministre et à Madame la Ministre de l'Intérieur le 04 janvier.

Le droit de ne prester aucun travail pour cause de grève est reconnu par la Cour de Cassation (Cour de Cassation (section néerlandophone, 3ème Chambre), 21.12.1981, R.W., 1981 (82), p. 2525-2550).

Le droit de grève, qui est lié à la liberté d'association, est un droit fondamental dont le principe même ne peut être contesté.

Les membres SLFP, en ordre de cotisation, ont droit à une indemnité. L'indemnité est de 40 euros pour une prestation journalière de 8 heures, nous devons multiplier ce montant par 3 (120€) en cas de garde de 24H00 (Seulement pour les gardes de 24H00).

La manifestation du 27 janvier sera un évènement qui doit être marquant et symbolique, nous comptons sur votre présence en nombre afin de renforcer nos revendications. Un joueur de cornemuse nous accompagnera.

Nous serons reçus par des autorités afin d'exposer nos revendications, raison pour laquelle nous vous demandons de respecter les règles suivantes :

Pas de :

Consommation d'alcool sur la voie publique en tenue de travail ;

Cagoules ;

Casques ;

Véhicule de service.

N'oubliez pas : Vous représentez un service. Observer une tenue exemplaire, c'est se respecter soi-même et dans le même temps, forcer le respect de ceux qui vous voient.

Nous ne tolérerons aucun acte de violence, ni envers la police, ni entre manifestants, ni envers les passants !


Grève : Quels sont nos droits ? Le SLFP vous informe correctement.

A l'issue d'une évolution récente de sa jurisprudence, la Cour européenne des droits de l'homme reconnaît que l'article 11 de la convention protège bien le droit de grève. Selon la Cour, « la grève, qui permet à un syndicat de faire entendre sa voix, constitue un aspect important pour les membres d'un syndicat dans la protection de leurs intérêts ».

En fonction de ce qui précède, le droit de grève existe bien.

Comme c'est toujours le cas en matière de droits fondamentaux, les restrictions prévues par la loi doivent être justifiée par un but légitime, et respecter le principe de proportionnalité.

Conclusion :

Le droit de grève, qui est lié à la liberté d'association, est un droit fondamental dont le principe même ne peut être contesté.

Ai-je droit à une indemnité pour la journée où j'ai fait grève :

Les membres SLFP, en ordre de cotisation, ont droit à une indemnité. L'indemnité est de 40 euros pour une prestation journalière de 8 heures, nous devons multiplier ce montant par 3 (120€) en cas de garde de 24H00 (Seulement pour les gardes de 24H00).

Réquisition :

La procédure de réquisition a été insérée par la loi du 19 août 1948 relative aux prestations d'intérêt public en temps de paix. La procédure visée par la loi du 19 août 1948 consiste à déterminer les travailleurs qui, malgré leur intention de faire grève, devront se rendre au travail afin d'effectuer les prestations considérées comme « essentielles ».

L'article 181 de la loi du 15 mai 2007 prévoit que le Ministre de l'Intérieur, le commandant de zone et le bourgmestre peuvent chacun procéder à des réquisitions dans le cadre de la réalisation de leurs missions de sécurité civile. Le texte précise néanmoins qu'une telle réquisition ne peut avoir lieu qu'à défaut de moyen à disposition de l'autorité requérante ou de services publics disponibles. En d'autres termes, la réquisition est un instrument « de dernier recours ».

Manifestation :

Selon le règlement général de police (article 42), toute manifestation ou cortège, de quelque nature que ce soit, sur l'espace public, est subordonné à l'autorisation du bourgmestre.

Le SLFP a effectué la demande pour la manifestation du 27 janvier 2023.

Il est interdit de porter des équipements de protection individuelle pour manifester car les EPI ne peuvent être utilisés que pour l'objectif auquel ils sont destinés (Art. IX.2-16 du CODEX).

Eric LABOURDETTE Peter VANDENBERK Bart NOYENS

Dirigeant responsable Dirigeant responsable Dirigeant responsable

Staking: Wat zijn onze rechten en plichten. Het VSOA zal je correct informeren.

In een recente ontwikkeling en door jurisprudentie heeft het Europees Hof voor de rechten van de mens erkend dat artikel 11 van het Verdrag het stakingsrecht beschermt.

Volgens het Hof is het doormidden van "het stakingsrecht" dat een vakbond in staat word stelt zijn stem te laten horen, dit is uiteraard voor de leden van een vakbond een belangrijk aspect van de bescherming van hun belangen".

Op grond van het bovenstaande bestaat, het stakingsrecht wel degelijk als zijnde een recht.

Zoals steeds het geval is op het gebied van de grondrechten, moeten de beperkingen waarin de wet voorziet, gerechtvaardigd zijn door een legitiem doel en moeten zij het evenredigheidsbeginsel eerbiedigen.

Conclusie:

Het stakingsrecht, dat gekoppeld is aan de vrijheid van vereniging, is een grondrecht waarvan het beginsel zelf niet kan worden betwist.

Heb ik recht op een vergoeding voor de dag dat ik staakte?

VSOA- leden die hun bijdrage betalen hebben recht op een vergoeding. De vergoeding bedraagt 40 euro voor een dagdienst van 8 uur, wij moeten dit bedrag vermenigvuldigen maal 3 (120€) in geval van 24H00 shifts .

(Deze vermenigvuldig is enkel can toepassing voor agenten in 24 h dienst.)

Opvordering :

De vorderingsprocedure werd ingevoerd bij de wet van 19 augustus 1948 betreffende de openbare diensten in vredestijd. De in de wet van 19 augustus 1948 bedoelde procedure bestaat erin vast te stellen welke werknemers, ondanks hun voornemen om te staken, moeten gaan werken om de zogenaamde als "essentieel" beschouwde diensten te verrichten.

Artikel 181 van de wet van 15 mei 2007 bepaalt dat de minister van Binnenlandse Zaken, de zonecommandant en de burgemeester elk vorderingen kunnen uitvoeren in het kader van de uitvoering van hun opdrachten inzake civiele veiligheid. In de tekst staat echter ook dat een dergelijke vordering alleen kan plaatsvinden als de verzoekende autoriteit geen andere middelen tot haar beschikking heeft of als er geen andere openbare diensten beschikbaar zijn. Kortom, vordering is een instrument van "laatste redmiddel".

Demonstratie :

Volgens het algemeen politiereglement (artikel 42) is voor elke demonstratie of optocht van welke aard dan ook in het openbare toestemming van de burgemeester vereist.

VSOA heeft uiteraard een verzoek ingediend voor de demonstratie op 27 januari 2023.

Het is verboden persoonlijke beschermingsmiddelen te dragen tijdens vakbondsacties , aangezien persoonlijke beschermingsmiddelen alleen mogen worden gebruikt voor het doel waarvoor zij bestemd zijn (art. IX.2-16 van de CODEX).


Beaucoup de membres du personnel se pose la question : Pourquoi pas un front commun le 27 janvier ?

Voici le courrier reçu, par le SLFP, ce jeudi 12 janvier :

« La position que nous adoptons au niveau national pour le préavis de grève du 27/1/23 est très claire : nous ne déposons pas de préavis de grève, ni en Flandre, ni en Wallonie, ni à Bruxelles.

Une réunion est prévue au niveau national CSC Services Publics avec la CGSP pour le 27/1 avec le ministre de l'intérieur sur l'agression et d'autres questions ».

Hallo,

Veel personeelsleden vragen zich af: Waarom geen gemeenschappelijk front op 27 januari?

Hier is de brief die, het VSOA, op donderdag 12 januari heeft ontvangen:

" Het standpunt dat we op nationaal niveau innemen voor de stakingsaanzegging op 27/1/23 is heel duidelijk wij dienen geen stakingsaanzegging in noch in Vlaanderen, Wallonië en Brussel.

Er is op nationaal niveau ACV Openbare Diensten met ACOD een ontmoeting gepland voor 27/1 met de minister van Binnenlandse zaken over agressie en andere dossiers".


Qu'est-ce qu'une grève ? Selon la jurisprudence de la cour de cassation, la grève est la cessation collective et volontaire du travail. Le droit de ne prester aucun travail pour cause de grève est reconnu par la Cour de Cassation (Cour de Cassation (section néerlandophone, 3ème Chambre), 21.12.1981, R.W., 1981 (82), p. 2525-2550).

Tout travailleur a le droit de faire grève, même s'il n'est pas syndiqué!

Selon la doctrine, ils s'en suit que les actions collectives qui prennent une autre forme (exécution défectueuse du travail, grève du zèle, ...), ne relèvent pas du droit de grève tel que défini par la cour de Cassation.

Il s'agit d'une « grève perlée » La jurisprudence propose une définition claire de la grève perlée. La grève perlée consiste en une exécution du travail au ralenti ou dans des conditions volontairement défectueuses.

La grève perlée n'entraînant pas une cessation totale du travail (condition essentielle de la grève), travailleurs effectuant ce type de mouvement sont donc passibles de sanctions disciplinaires.

Wat is een staking ? Volgens de rechtspraak van het Hof van cassatie is de staking een collectieve en vrijwillige werkonderbreking. Het recht om geen enkel werk te presteren wegens staking wordt erkend door het Hof van Cassatie (Hof van Cassatie (Nederlandstalige afdeling, 3e Kamer), 21.12.1981, R.W., 1981 (82), p. 2525-2550).

Elke werknemer heeft het recht om te staken, zelfs als hij geen lid is van een vakbond !

Volgens de rechtsleer vallen de collectieve acties die een andere vorm aannemen (gebrekkige uitvoering van het werk, stiptheidsactie...) bijgevolg niet onder het recht tot staken zoals bepaald door het Hof van Cassatie.

Het gaat om langzaamaanactie : het onpraktisch langzaam werken door personeel om zo aandacht te vragen voor verbetering van werkomstandigheden of beloning.

Aangezien "langzaam-aan-actie" geen totale werkonderbreking inhouden(een essentiële voorwaarde voor een staking), stellen werknemers die dit soort bewegingen uitvoeren zich dus bloot aan disciplinaire sancties.


Nu is het genoeg! Geen dank, enkel minachting! Het is nu of nooit!

 Ben je het beu om het mikpunt van agressie te zijn ?
 Ben je het beu om onderbemand te moeten functioneren ?
 Heb je er genoeg van om taxi te moeten spelen met je ziekenwagen ?
 Wil je betere pensioenvoorwaarden?Vanaf 11 januari zijn alle beambten in de hulpverleningszones gedekt door een stakingsaanzegging.

Wat is een staking ? Volgens de rechtspraak van het Hof van cassatie is de staking een collectieve en vrijwillige werkonderbreking.  Volgens de rechtsleer vallen de collectieve acties die een andere vorm aannemen (gebrekkige uitvoering van het werk, stiptheidsactie...) bijgevolg niet onder het recht tot staken zoals bepaald door het Hof van Cassatie. Het gaat om langzaamaanactie : het onpraktisch langzaam werken door personeel om zo aandacht te vragen voor verbetering van werkomstandigheden of beloning.

Doel van de betoging van 27 januari:

De betoging van 27 januari zal een belangrijke en symbolische gebeurtenis moeten zijn. We rekenen op een talrijke opkomst om onze eisen te versterken. Een doedelzakspeler zal ons begeleiden.

We zullen door de Premier en de Minister van Binnenlandse Zaken ontvangen worden om onze eisen uiteen te zetten. Daarom vragen we dat volgende regels worden nagevolgd:

GEEN:

• Alcoholverbruik op de openbare weg in werkkledij;
• Mutsen met mondmasker;
• Helmen;
• Dienstvoertuigen.

Vergeet niet: Je vertegenwoordigt een dienst. Een voorbeeldige houding aannemen betekent respect voor jezelf en ter zelfde tijd respect afdwingen van degenen die je zien.

De werkkledij mag naar huis meegenomen worden als het geen gevaar voor de gezondheid oplevert (proper). VSOA-kazuifels zullen ook tot je beschikking gesteld worden.

We dulden geen enkele gewelddaad, noch tegen de politie, noch onder betogers, noch tegen de voorbijgangers !

De actie van 27 januari zal niet de enige actie zijn !

Het recht om geen enkel werk te presteren wegens staking wordt erkend door het Hof van Cassatie (Hof van Cassatie (Nederlandstalige afdeling, 3e Kamer), 21.12.1981, R.W., 1981 (82), p. 2525-2550).

De leden van het VSOA die in orde zijn met hun lidgeld, hebben recht op een vergoeding. Die vergoeding bedraagt 40 euro voor een dagelijkse prestatie van 8 uur. Dat bedrag wordt met 3 vermenigvuldig (120€) bij een wacht van 24U00 (Enkel voor de wachten van 24U00).

Trop c'est trop ! Aucun merci que du mépris ! C'est maintenant ou jamais! 

 Vous en avez marre des agressions ? 

 Vous en avez marre d'être en manque de personnel ? 

 Vous en avez marre de jouer au taxi avec votre ambulance ?

 Vous voulez des conditions de pension plus favorables ? 

A partir du 11 janvier, un préavis de grève couvre l'ensemble des agents des zones de secours.

Qu'est-ce qu'une grève ? Selon la jurisprudence de la cour de cassation, la grève est la cessation collective et volontaire du travail.

Selon la doctrine, ils s'en suit que les actions collectives qui prennent une autre forme (exécution défectueuse du travail, grève du zèle, ...), ne relèvent pas du droit de grève tel que défini par la cour de Cassation. Il s'agit d'une « grève perlée » La jurisprudence propose une définition claire de la grève perlée. La grève perlée consiste en une ex

Objectif de la manifestation du 27 janvier :

La manifestation du 27 janvier sera un évènement qui doit être marquant et symbolique, nous comptons sur votre présence en nombre afin de renforcer nos revendications. Un joueur de cornemuse nous accompagnera.

Nous serons reçus par le 1er ministre et la ministre de l'intérieur afin d'exposer nos revendications, raison pour laquelle nous vous demandons de respecter les règles suivantes :

Pas de :

Consommation d'alcool sur la voie publique en tenue de travail ;

Cagoules ;

Casques ;

Véhicule de service.

N'oubliez pas : Vous représentez un service. Observer une tenue exemplaire, c'est se respecter soi-même et dans le même temps, forcer le respect de ceux qui vous voient.

Le vêtement de travail peut être emportés à domicile s'il ne représente pas un danger pour la santé (propre). Des chasubles SLFP seront également mis à votre disposition.

Nous ne tolérerons aucun acte de violence, ni envers la police, ni entre manifestants, ni envers les passants !

Au contraire, nous les soutiendrons également dans leurs revendications. Les forces de sécurité doivent être unies afin de faire comprendre au Gouvernement que nous méritons plus de respect et de reconnaissance de leurs part.

Le droit de ne prester aucun travail pour cause de grève est reconnu par la Cour de Cassation (Cour de Cassation (section néerlandophone, 3ème Chambre), 21.12.1981, R.W., 1981 (82), p. 2525-2550).

Les membres SLFP, en ordre de cotisation, ont droit à une indemnité. L'indemnité est de 40 euros pour une prestation journalière de 8 heures, nous devons multiplier ce montant par 3 (120€) en cas de garde de 24H00 (Seulement pour les gardes de 24H00).

Revendications:

  • Agressions envers les secouristes: le SLFP zones de secours demande la mise en place de sanctions plus rapides et plus sévères.
  • Augmentation importante de la charge de travail et recrutements : le SLFP zones de secours demande un refinancement important des zones de secours et du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale afin de mettre en place une politique de recrutement permanente et de renforcer les effectifs de garde au sein de toutes les zones et du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale.
  • Aménagement de fin de carrière et pensions : Le SLFP zones de secours demande l'adoption par le Gouvernement fédéral de mesures pour faire face au recul de l'âge légal de la pension et de l'allongement des carrières pour les agents opérationnels des zones des secours ainsi que la mise en place de mesures de reconnaissance de la pénibilité du métier.  Le SLFP zones de secours demande la réintroduction de nos tantièmes préférentiels pour le calcul de nos pensions.
  • Reconnaissance du travail : Le SLFP zones de secours reproche un manque de reconnaissance du travail accompli par les agents lors de la pandémie, des inondations et des vagues de chaleur successives de la part de nos autorités politique.


NATIONALE MANIFESTATIE

Wetstraat op 27 januari om 9.00 u

  • De nationale stakingsaanzegging is aangetekend naar de Premier en de Minister van Binnenlandse Zaken verstuurd. De stakingsaanzegging zal op 11 januari ingaan.
  1. De aanvraag tot toelating betoging voor 27 januari is ingediend.

Afspraak: Kruispunt Kunst-Wet op 27 januari om 09U00.

  1. De eis voor de erkenning van de penibiliteit van het beroep zal het bestaan van onze shiften van 24U00 niet in het gedrang brengen.

Het VSOA herhaalt dat naar aanleiding van de tussenkomst van onze advocaten in het dossier over de shiften van 24U00 in de zone Hainaut-Centre de wettelijkheid van de shiften van 24U00 door een verordening van de Rechtbank van eerste aanleg van Henegouwen werd bevestigd.

De Rechtbank oordeelde het volgende:

Ø De wet van 19 april 2014 laat het aanleggen van wachten van 24 uur toe en, in tegenstelling tot wat de Minister beweerde, hoeft deze duurtijd niet gerechtvaardigd te worden door een operationele noodzaak. Het wachtstelsel van 24 uur is dus volkomen wettelijk.

Ø Het kwam niet aan de Minister toe om de wet te interpreteren op straffe van miskenning van de scheiding der machten.

Ø De Minister deed een onjuiste toepassing van de richtlijn 2003/88/CE, waarbij afwijkingen van de maximale arbeidstijd voor de activiteiten van de brandweerlieden uitdrukkelijk worden toegelaten.

Ø Het opzetten van het 24/72-stelsel is geen aanzienlijke achteruitgang, zoals door de Minister werd beweerd.

  1. De actie van 27 januari zal niet de enige actie blijven!

Het betreft een actie om de aandacht van onze Ministers te trekken en het bekomen van een afspraak met de Premier en de Minister van Binnenlandse Zaken om onze terechte eisen toe te lichten.

  • Agressies tegen de hulpverleners: het VSOA-Hulpverleningszones vraagt dat zwaardere sneller uitgesproken sancties worden ingevoerd.
  • Belangrijke verzwaring van de werklast: het VSOA-Hulpverleningszones vraagt om een belangrijke herfinanciering van de hulpverleningszones en van de DBDMH van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest om een permanente-rekruteringsbeleid op te zetten en het wachtpersoneel te versterken binnen alle zones en de DBDMH van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest.
  • Eindeloopbaanvoorziening: het VSOA-Hulpverleningszones vraagt dat de federale regering maatregelen treft om het hoofd te bieden aan de verschuiving van de wettelijke pensioenleeftijd en de verlenging van de loopbanen voor de operationele beambten in de hulpverleningszones en dat maatregelen tot erkenning van de penibiliteit van het beroep worden ingevoerd.
  • Pensioenen : het VSOA-Hulpverleningszones vraagt dat de onze voorkeurstantièmes voor de berekening van ons pensioen worden heringevoerd.
  • Erkenning van het geleverde werk: Het VSOA-Hulpverleningszones verwijt het uitblijven vanwege onze politieke autoriteiten van erkenning voor het werk dat door de beambten werd uitgevoerd tijdens de pandemie, de overstromingen en de opeenvolgende hittegolven.
  1. Op 27 januari, op de Wetstraat, zullen we symbolisch brandweerkledij (tee-shirts, broek, vest, enz.) die niet meer wordt gebruikt (gescheurd, verouderd model, enz.) neerleggen.

De bedoeling is dat we zo talrijk mogelijk zijn om de toegang tot de Wetstraat af te blokken Dit is een befaamde vakantieplek (Vakantie, rustoord) van onze Ministers!

Het VSOA-Hulpverleningszones herhaalt dat de benaming staking wordt gegeven aan een collectieve beweging die in het algemeen wordt bedoeld om de werkgever te dwingen tot onderhandelen over de werkvoorwaarden en de verloning.

Het niet-uitvoeren van het opgelegde werk is het centraal element van een staking. Het betreft dus een tijdelijke stopzetting van het werk.

Het recht om geen enkel werk te presteren wegens staking wordt erkend door het Hof van Cassatie (Hof van Cassatie (Nederlandstalige afdeling, 3e Kamer), 21.12.1981, R.W., 1981 (82), p. 2525-2550).

De leden van het VSOA die in orde zijn met hun lidgeld, hebben recht op een vergoeding. Die vergoeding bedraagt 40 euro voor een dagelijkse prestatie van 8 uur. Dat bedrag wordt met 3 vermenigvuldig (120€) bij een wacht van 24U00 (Enkel voor de wachten van 24U00).

Manifestation nationale

Rue de la Loi 27 janvier à 09H00.

  1. Le préavis de grève national a été envoyé, par envoi recommandé, au Premier Ministre et à la Ministre de l'Intérieur. Le préavis de grève prendra cours le 11 janvier.

Ce préavis de grève couvre les actions des agents dans toutes les zones et au SIAMU.

  1. La demande d'autorisation de manifestation pour le 27 janvier a été effectuée.

Lieu de rendez-vous : Carrefour Arts-Loi le 27 janvier à 09H00.

  1. Le revendication de la reconnaissance de la pénibilité du métier ne mettra pas en danger l'existence de nos shifts de 24H00.

Le SLFP rappelle que suite, à l'intervention de nos avocats dans le dossier des shifts de 24H00 de la zone Hainaut-Centre, une ordonnance du Tribunal de première instance du Hainaut a confirmé la légalité des shifts de 24 heures.

La Tribunal a considéré que :

Ø La loi du 19 avril 2014 autorise la fixation de garde de 24 heures et contrairement à ce que prétendait la Ministre, il n'existe aucune nécessité de justifier cette durée par un besoin opérationnel. Le régime de garde de 24 heures est donc parfaitement légal.

Ø Il n'appartenait pas à la Ministre d'interpréter la loi sous peine de méconnaitre la séparation des pouvoirs.

Ø La Ministre a fait une application erronée de la directive 2003/88/CE dès lors qu'elle autorise expressément les dérogations à la durée maximale de travail pour les activités de sapeurs-pompiers.

Ø L'adoption du régime 24/72 ne constitue pas une régression significative, comme le prétendait la Ministre.

  1. L'action du 27 janvier ne sera pas la seule et unique action !

Il s'agit d'une action pour attirer l'attention de nos Ministres et obtenir un rendez-vous avec le 1er Ministre et la Ministre de l'Intérieur afin d'expliquer nos légitimes revendications.

  • Agressions envers les secouristes: le SLFP zones de secours demande la mise en place de sanctions plus rapides et plus sévères.
  • Augmentation importante de la charge de travail : le SLFP zones de secours demande un refinancement important des zones de secours et du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale afin de mettre en place une politique de recrutement permanente et de renforcer les effectifs de garde au sein de toutes les zones et du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale.
  • Aménagement de fin de carrière : Le SLFP zones de secours demande l'adoption par le Gouvernement fédéral de mesures pour faire face au recul de l'âge légal de la pension et de l'allongement des carrières pour les agents opérationnels des zones des secours ainsi que la mise en place de mesures de reconnaissance de la pénibilité du métier.
  • Pensions : Le SLFP zones de secours demande la réintroduction de nos tantièmes préférentiels pour le calcul de nos pensions.
  • Reconnaissance du travail : Le SLFP zones de secours reproche un manque de reconnaissance du travail accompli par les agents lors de la pandémie, des inondations et des vagues de chaleur successives de la part de nos autorités politique.
  1. Le 27 janvier, rue de la Loi, nous déposerons symboliquement des tenues (tee-shirts, pantalon, veste, etc...) de pompiers qui ne sont plus utilisés (déchirés, ancien modèle, etc..).

Il s'agira d'être le plus nombreux possible et de bloquer les accès de la rue de la Loi, célèbre endroit de villégiature (Vacances, séjour de repos) de nos Ministres !

Le SLFP zones de secours rappelle que la grève est la dénomination donnée à un mouvement collectif destiné en général à contraindre l'employeur à la négociation des conditions de travail et de rémunération.

La non-exécution du travail imposé constitue l'élément central d'une grève. Il s'agit donc d'un arrêt temporaire du travail.

Le droit de ne prester aucun travail pour cause de grève est reconnu par la Cour de Cassation (Cour de Cassation (section néerlandophone, 3ème Chambre), 21.12.1981, R.W., 1981 (82), p. 2525-2550).

Les membres SLFP, en ordre de cotisation, ont droit à une indemnité. L'indemnité est de 40 euros pour une prestation journalière de 8 heures, nous devons multiplier ce montant par 3 (120€) en cas de garde de 24H00 (Seulement pour les gardes de 24H00).


Manifestation nationale des agents opérationnels des zones de secours et du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale le 27 janvier.

Lieu de rendez-vous : Carrefour Arts-Loi à 1000 Bruxelles, le 27 janvier à 09H00.

Revendications :

Suite à l'augmentation des agressions envers les secouristes, le SLFP zones de secours demande la mise en place de sanctions plus rapides et plus sévères.

Suite à l'augmentation importante de la charge de travail des agents opérationnels des zones de secours et du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale, le SLFP zones de secours demande un refinancement important des zones de secours et du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale afin de mettre en place une politique de recrutement permanente et de renforcer les effectifs.

Le SLFP zones de secours demande l'adoption par le Gouvernement fédéral de mesures pour faire face au recul de l'âge légal de la pension et de l'allongement des carrières pour les agents opérationnels des zones des secours ainsi que la mise en place de mesures de reconnaissance de la pénibilité du métier.

Le SLFP zones de secours reproche un manque de reconnaissance du travail accompli par les agents lors de la pandémie, des inondations et des vagues de chaleur successives de la part de nos autorités politique.

Preuve du dédain de Madame la Ministre de l'Intérieur envers les agents de terrain, elle a commissionné, en date du 1er janvier, des dizaines de colonels, sans aucune conditions pour cette « promotion ». 

 Il s'agit d'une gifle à la figure des agents opérationnels qui se voient refuser toutes les demandes de gratification suite à leurs dévouements.

La demande de réintroduction des grades intermédiaires pour le personnel du cadre moyen a été simplement refusé par la Ministre alors qu'elle octroie un grade supérieur de colonel à des capitaines et des majors.

Les demandes de réintroduction de nos tantièmes préférentiels pour le calcul de nos pensions sont refusées.

Les demandes de reconnaissance de la pénibilité du métier sont refusées.

La demande de réévaluation et d'extension des barèmes de rémunération des pompiers a été refusée.

Toutes les demandes en faveur du personnel sont purement et simplement refusée !Les pompiers du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale se dirigerons vers le Boulevard du Régent, 21-23 à 1000 Bruxelles afin d'exiger une meilleure protection lors de leurs interventions mais également un financement du SIAMU permettant d'augmenter le personnel de garde afin de faire face à l'augmentation du nombre d'interventions. 

Le SLFP zones de secours rappelle la hausse spectaculaire du nombre d'interventions en aide médicale urgente en 1 an : 11.000 interventions supplémentaire avec le même nombre d'ambulance et de personnel de garde.La situation est intenable pour les agents !

Nous exigeons plus de personnel de garde.

Monsieur le Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale est responsable de la sécurité sur la voie publique et est l'employeur des agents du SIAMU de la Région de Bruxelles-Capitale.

Le SLFP zones de secours exige qu'ils prennent ses responsabilités en matière de sécurité de son personnel et en matière de sécurité de la population.

Nationale betoging van de operationele beambten van de hulpverleningszones en de DBDMH van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest op 27 januari.

Afspraak: Kruispunt Kunst-Wet in 1000 Brussel, op 27 januari om 09U00.

Eisen: Naar aanleiding van de stijgende agressies tegen de hulpverleners vraagt het VSOA-Hulpverleningszones dat zwaardere sneller uitgesproken sancties worden ingevoerd. Naar aanleiding van de belangrijke verzwaring van de werklast van de operationele beambten in de hulpverleningszones en de DBDMH van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest vraagt het VSOA-Hulpverleningszones om een belangrijke herfinanciering van de hulpverleningszones en van de DBDMH van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest om een permanente-rekruteringsbeleid op te zetten en de personeelsbezetting te versterken.

 Het VSOA-Hulpverleningszones vraagt dat de federale regering maatregelen treft om het hoofd te bieden aan de verschuiving van de wettelijke pensioenleeftijd en de verlenging van de loopbanen voor de operationele beambten in de hulpverleningszones en dat maatregelen tot erkenning van de penibiliteit van het beroep worden ingevoerd. 

Het VSOA-Hulpverleningszones verwijt het uitblijven vanwege onze politieke autoriteiten van erkenning voor het werk dat door de beambten werd uitgevoerd tijdens de pandemie, de overstromingen en de opeenvolgende hittegolven. Bewijs voor de minachting van Mevrouw de Minister van Binnenlandse Zaken tegenover de beambten op het terrein: op 1 januari benoemde ze tientallen kolonels zonder enige voorwaarde voor die "promotie". 

 Dat is een klap in het gezicht van de operationele beambten die al hun verzoeken tot gratificatie voor hun toewijding zien afwijzen. 

 • De vraag tot herinvoering van de tussenliggende graden voor het personeel van het middenkader werd gewoonweg door de Minister afgewezen terwijl ze een hogere graad van kolonel toekent aan kapiteins en majoors. 

• De vragen tot herinvoering van onze voorkeurstantièmes voor de berekening van ons pensioen worden afgewezen.

• De vragen tot erkenning van de penibiliteit van het beroep worden afgewezen. 

• De vraag tot opwaardering en uitbreiding van de loonschalen van de brandweermensen is afgewezen. 

Al de vragen te gunste van het personeel worden gewoonweg afgewezen!De brandweermensen van de DBDMH van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest zullen naar de Regentlaan 21-23 in 1000 Brussel gaan om een betere bescherming tijdens hun interventies te eisen. Maar ze zullen ook vragen om een financiering van de DBDMH waarbij de mogelijkheid wordt geboden om het personeel in graad te doen stijgen om het hoofd te kunnen bieden aan de stijging in het aantal interventies. 

Het VSOA-Hulpverleningszones herhaalt de spectaculaire stijging in het aantal interventies in dringende medische hulpverlening op 1 jaar: 11.000 bijkomende interventies met hetzelfde aantal ambulances en wachtpersoneel. 

De situatie is onhoudbaar voor de beambten! We eisen meer wachtpersoneel. 

De heer Minister-President van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest is verantwoordelijk voor de veiligheid op de openbare weg en is de werkgever van de beambten van de DBDMH van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest.Het VSOA-Hulpverleningszones eist dat hij zijn verantwoordelijkheid opneemt inzake de veiligheid van zijn personeel en inzake de veiligheid van de bevolking.


Trop c'est trop ! Aucun merci que du mépris !

Rendez-vous rue de la Loi le 27 janvier à 09H00 afin de déposer, symboliquement, nos vêtements de travail chez la Ministre de l'Intérieur.

Pendant plus de deux ans, nous nous sommes concentrés sur nos missions suite à la pandémie, il est temps maintenant de se faire entendre à l'instar de nos collègues de la police.

Manque d'investissement, manque de personnel, augmentation de la charge de travail, augmentation des agressions, absence de réelles mesures de fin de carrière, le tout dans l'indifférence totale de nos (ir)responsables politique.

Dans la nuit du 31 décembre, à certains endroits, les pompiers/pompières ont dû abandonner leur matériel notamment lorsqu'après une tentative de réanimation infructueuse, les ambulanciers ont été visés par des feux d'artifice et ont dû se retirer en abandonnant sur place leur matériel.

Le SLFP demande également un refinancement de la sécurité civile. Plusieurs zones de secours ont annoncé soit un arrêt des recrutements soit une diminution importante des recrutements pour les années à venir faute de budgets ! Les secours seront sévèrement impactés par le manque de moyen financiers et la charge de travail sera écrasante pour les agents en place !

Le nombre d'interventions augmentent d'année en année mais pas notre personnel qui lui diminuera !

  • Le SLFP zones de secours demande un refinancement de la sécurité civile à hauteur des financements accordés à d'autres secteurs.
  • Le SLFP zones de secours demande que la sécurité personnelle des secouristes soit mieux assurée.

Si la Ministre de l'intérieur (mère Noël) a trouvé des budgets pour nommer des dizaines de colonels, elle doit être capable de trouver des budgets pour renforcer la capacité opérationnelle des zones de secours et améliorer les conditions de travail de ceux qui sont vraiment en première ligne.

Soyons nombreux le 27 janvier pour les premières actions, il en va de nos conditions de travail et de notre sécurité !


Nu is het genoeg! Geen dank, enkel minachting!

Afspraak in de Wetstraat op 27 januari om 09U00om, symbolisch, onze werkkledij bij de Minister van Binnenlandse Zaken neer te leggen.

Gedurende twee jaar hebben we ons gefocust op onze opdrachten naar aanleiding van de pandemie. Het is nu tijd dat we ons laten horen zoals onze collega's van de politie.

Gebrek aan investeringen, personeelstekort, verzwaring van de werklast, stijgende agressies, uitblijven van echte eindeloopbaanmaatregelen, dit alles in totale onverschilligheid vanwege onze politieke (on)verantwoordelijken.

Tijdens de nacht van 31 december moesten de brandweerlui op sommige plaatsen hun materieel achterlaten. Onder andere na een onsuccesvolle reanimatiepoging werden de ambulanciers met vuurwerk bekogeld en moesten ze zich terugtrekken en hun materieel ter plaatse achterlaten.

Het VSOA vraagt ook om een herfinanciering van de civiele veiligheid. Meerdere hulpverleningszones kondigden aan dat ze in de komende jaren de rekruteringen zouden stopzetten of dat ze de rekruteringen sterk zouden verminderen, bij gebrek aan budgetten! De hulpverlening zal hierdoor zwaar aangetast worden wegens gebrek aan financiële middelen en omwille van de overmatige werklast voor de aanwezige beambten!

Het aantal interventies neemt van jaar tot jaar toe. Maar niet ons personeel, dat zal verminderen!

  • Het VSOA - Hulpverleningszones vraagt om een herfinanciering van de civiele veiligheid ter hoogte van de aan andere sectoren toegekende financieringen.
  • Het VSOA - Hulpverleningszones vraagt dat de persoonlijke veiligheid van de hulpverleners beter wordt verzekerd.

Als de Minister van Binnenlandse Zaken (Kerstmoeder) budgetten heeft gevonden om tientallen kolonels te benoemen, dan moet ze ook bekwaam zijn om budgetten te vinden om de operationele capaciteit van de hulpverleningszones te versterken en de arbeidsvoorwaarden van degenen die werkelijk in eerste lijn staan, te verbeteren.

Laat ons in grote getallen aanwezig zijn op 27 januari voor de eerste acties, het gaat om onze werkvoorwaarden en onze veiligheid!

"Auparavant, en tant que pompier, vous aviez peur de mourir dans un incendie, aujourd'hui, nous devons craindre un pavé ou une fusée contre notre tête." Eric Labourdette, pompier et ambulancier à Bruxelles depuis 35 ans, n'hésite pas : "ses collègues" sont en danger sur le terrain jour après jour, la violence contre les secouristes n'a fait qu'augmenter surtout après la pandémie de corona. "Pour ces personnes violentes, nous symbolisons le gouvernement qui impose des règles, mais tout ce que nous faisons, c'est sauver des vies humaines."

"Vroeger had je als pompier schrik om te sterven in een brand, vandaag moeten we vrezen voor een kassei of een vuurpijl tegen ons hoofd." Eric Labourdette, al 35 jaar pompier en ambulancier in Brussel, windt er geen doekjes om: "zijn mensen" lopen dag in dag uit gevaar op het terrein en dat geweld tegenover hulpverleners is na de coronapandemie alleen maar toegenomen. "Voor die geweldenaars staan wij symbool voor de overheid die regels oplegt, maar het enige wat wij doen is mensenlevens redden."


Mevrouw de Minister van Binnenlandse Zaken,

Dames en heren, voorzitters van de zones,

Dames en heren, zonecommandanten,

De sector hulpverleningszones van de FGGA van het VSOA heeft een stakingsaanzegging ingediend voor alle hulpverleningszones vanaf 09 november.

Het VSOA roept alle hulpverleningszones en de DBDMH op om deel te nemen aan de verschillende acties die gepland zijn tijdens de nationale staking van 09 november.

Het niet-verrichten van de bedongen arbeid maakt het kernstuk uit van een werkstaking.

Voor medewerkers die naar hun werkplek gaan, het VSOA herinnert eraan dat de algemene opdrachten van de operationele diensten van de civiele veiligheid zijn :


1° de redding van en de bijstand aan personen in bedreigende omstandigheden en de bescherming van hun goederen;
2° de dringende geneeskundige hulpverlening zoals bepaald in artikel 1 van de wet van 8 juli 1964 betreffende de dringende geneeskundige hulpverlening;
3° de bestrijding van brand en ontploffing en hun gevolgen;
4° de bestrijding van vervuiling en van het vrijkomen van gevaarlijke stoffen met inbegrip van radioactieve stoffen en ioniserende straling;
5° de logistieke ondersteuning.

Maken integraal deel uit van de opdrachten, de proactie, de preventie, de preparatie, de uitvoering en de evaluatie.

Worden begrepen onder :

1° proactie : alle maatregelen om de risico's te inventariseren en te analyseren;
2° preventie : alle maatregelen om het zich voordoen van de risico's te beperken of de gevolgen van het zich voordoen te minimaliseren;
3° preparatie : alle maatregelen om te garanderen dat de dienst klaar is om het hoofd te bieden aan een reëel incident;
4° uitvoering : alle maatregelen die genomen worden wanneer er zich daadwerkelijk een incident voordoet;
5° evaluatie : alle maatregelen om de proactie, preventie, preparatie en uitvoering te verbeteren via lessen getrokken uit het incident.

Een stakende werknemer is niet verplicht zijn personeelsdienst in kennis te stellen van zijn voornemen om te staken.

In de openbare diensten gaat het niet om een minimumbezetting, maar om een regeling die het opeisen van stakende werknemers mogelijk maakt

De minister of zijn afgevaardigde kan, bij interventies in het kader van de algemene opdrachten van de operationele diensten van de civiele veiligheid, in afwezigheid van beschikbare openbare diensten en bij gebrek aan voldoende middelen, de personen en zaken die hij nodig acht, opvorderen.

Dezelfde bevoegdheid wordt verleend aan de burgemeester, alsook aan de zonecommandant en, bij delegatie van deze laatste, aan de officieren tijdens interventies van deze diensten in het kader van hun opdrachten.

Kunnen enkel het voorwerp uitmaken van een opvordering :

1° Elke meerderjarige natuurlijke persoon die zich op het Belgisch grondgebied bevindt, behoudens andersluidende internationale overeenkomst betreffende de personen met een buitenlandse nationaliteit;
2° Elke rechtspersoon van wie de maatschappelijke zetel of de exploitatiezetel is gevestigd op het Belgisch grondgebied, behoudens andersluidende internationale overeenkomst betreffende de buitenlandse rechtspersonen.

Het opvorderingsbevel :

1° wordt schriftelijk geformuleerd;
2° wordt ondertekend door de verzoekende overheid;
3° vermeldt op zijn minst :
a) de omstandigheden die de opvordering rechtvaardigen;
b) de aard, de hoeveelheid en de duur van de opgelegde prestaties;
c) de voorwaarden waaronder de prestaties moeten worden uitgevoerd.
In geval van uiterste hoogdringendheid, kan het opvorderingsbevel mondeling geformuleerd worden.
In dit geval bevestigt de verzoekende overheid het bevel zo snel mogelijk schriftelijk in overeenstemming, met motivering van de hoogdringendheid.

Het opvorderingsbevel wordt rechtstreeks betekend met bericht van ontvangst door de verzoekende overheid :


1° aan de natuurlijke persoon in geval van individuele opvordering;
2° aan de persoon die verantwoordelijk is voor de organisatie in geval van collectieve opvordering;
3° aan de persoon die het effectieve genot heeft van het goed in geval van de opvordering van goederen.

Een sociaal klimaat in de publieke sector kenmerkt zich door oplossinggerichtheid, wederzijds respect en vertrouwen en steunt in de eerste plaats op een kwaliteitsvolle sociale dialoog. Deze dialoog verloopt, met naleving van het toepasselijke syndicale statuut, op basis van duidelijke afspraken tussen de gesprekspartners, over de rechten en de plichten van iedereen. Enkel op die manier kan een duurzame en stabiele sociale vrede verzekerd worden en kunnen mogelijke conflicten op een verantwoorde manier worden vermeden, aangepakt en opgelost.

Protocolakkoord van 26 maart 2010 over de wederzijdse engagementen van de overheden en vakorganisaties in de publieke sector betreffende de versterking van de sociale dialoog en de conflictbeheersing in de publieke sector.

De vakorganisaties in de publieke sector en de overheden onderschrijven volgende wederzijdse engagementen:

In verband met de procedures van de sociale dialoog in de publieke sector:

De overheden en de representatieve vakorganisaties bevestigen hun bedoeling de kwesties die het personeel aanbelangen, op te lossen op basis van overleg, zodat dit kan leiden tot afdoende oplossingen wat moet bijdragen tot sociale vrede.

In dat licht engageren de overheden zich ertoe de problemen die de representatieve vakorganisaties signaleren en de initiatieven die ze aanbrengen, binnen de 30 dagen te bespreken in het bevoegde onderhandelingscomité.

Modaliteiten conflict beheersing:

De representatieve vakorganisaties verbinden zich ertoe een gebeurlijke stakingsaanzegging tenminste drie werkdagen voorafgaand aan de start van de actie, ondertekend door een vakbondssecretaris, per aangetekende brief of tegen ontvangstbewijs neer te leggen bij de betrokken overheid.

In dat geval zal de overheid zo spoedig mogelijk overleg organiseren met de representatieve vakorganisaties.

Ingeval van conflict kunnen de betrokken overheid en de representatieve vakorganisaties overeenkomen, per gezamenlijk akkoord, een specifiek sociaal bemiddelaar in te schakelen. Bij die gelegenheid kunnen zij eveneens overeen komen de aangekondigde stakingsaanzegging te verlengen.

Welk is de reactie van de minister van Binnenlandse Zaken? Geen enkele reactie.

De problemen van de hulpverleningszones zijn duidelijk niet de prioriteiten van de minister!

Onze essentiële eisen eigen aan onze sector hebben betrekking op:

  • Een herfinanciering van de hulpverleningszones ter hoogte van de herfinanciering waarvan andere openbare diensten hebben genoten. (310 miljoen euro bijkomend in de geïntegreerde politie in de loop van deze legislatuur. Het totaal aan investeringen zal in 2024 455,6 miljoen euro bedragen. In de loop van de acht komende jaren heeft de federale regering de bedoeling om bijkomend 14 miljard euro in defensie te investeren).

De herfinanciering van de hulpverleningszones moet toelaten om operationele beambten aan te werven om het hoofd te bieden aan het steeds stijgende aantal interventies, om ons interventiematerieel en onze beschermingsuitrustingen te moderniseren maar ook om een gratis verzekering hospitalisatie, medische,

verplegings- en tandheelkundige zorgen aan het personeel van de hulpverleningszones aan te bieden zoals voorzien in het koninklijk besluit tot regeling van de rechtspositie van het personeel van de politiediensten (RPPol).

Ø De erkenning van de penibiliteit van het beroep van operationele beambten in een hulpverleningszone.

Ø De herinvoering van onze voorkeurstantièmes voor de berekening van het pensioen van de operationele beambten. De wettelijke pensioenleeftijd stijgt maar er is niets in het zicht inzake compensatie voor degenen die een zwaar, penibel of onhygiënisch beroep uitoefenen. Een tantième van 1/50 die in 2016 een omzetting naar 1,20 kende, wordt gereduceerd tot slechts 1,05 in 2022. 

Madame la Ministre de l'Intérieur,

Messieurs et Mesdames les président.es de zones,

Messieurs et Mesdames les Commandants de zones,

Le secteur zones de secours du SLFP groupe AFRC a déposé un préavis de grève pour toutes les zones de secours à partir du 09 novembre. 

La non-exécution du travail imposé constitue l'élément central d'une grève. Il s'agit donc d'un arrêt temporaire du travail sans pour autant que les travailleurs visés aient l'intention de démissionner. Pour les agents qui se rendent au travail, le SLFP rappelle que les missions générales des services opérationnels de la sécurité civile sont : 

 1° le sauvetage de personnes et l'assistance aux personnes dans des circonstances dangereuses et la protection de leurs biens;

 2° l'aide médicale urgente telle que définie à l'article 1er de la loi du 8 juillet 1964 relative à l'aide médicale urgente; 

 3° la lutte contre l'incendie et l'explosion et leurs conséquences; 

 4° la lutte contre la pollution et contre la libération de substances dangereuses en ce compris les substances radioactives et les rayons ionisants; 

 5° l'appui logistique. Font intégralement partie des missions: la prévision, la prévention, la préparation, l'exécution et l'évaluation. 

 On entend par : 

 1° prévision : toutes les mesures pour inventorier et analyser les risques; 

 2° prévention : toutes les mesures visant à limiter l'apparition d'un risque ou à minimiser les conséquences de la concrétisation de celui-ci; 

 3° préparation : toutes les mesures pour assurer que le service est prêt à faire face à un incident réel; 

 4° exécution : toutes les mesures qui sont prises quand l'incident se produit réellement; 

 5° évaluation : toutes les mesures pour améliorer la prévision, la prévention, la préparation et l'exécution en tirant des conclusions de l'incident.

Un agent gréviste n'est pas obligé d'informer son administration de son intention de faire grève. Dans le service public, on ne parle pas de service minimum, mais d'un régime permettant la réquisition des travailleurs grévistes. Le ministre ou son délégué peut, lors des interventions effectuées dans le cadre des missions générales des services opérationnels de la sécurité civile , en l'absence de services publics disponibles et à défaut de moyens suffisants, procéder à la réquisition des personnes et des choses qu'il juge nécessaire. 

 Le même pouvoir est reconnu au bourgmestre ainsi qu'au commandant de zone et, par délégation de ce dernier, aux officiers lors d'interventions de ces services dans le cadre de leurs missions.

Peuvent seules faire l'objet d'une réquisition : 

 1° Toute personne physique majeure se trouvant sur le territoire belge, sauf convention internationale contraire en ce qui concerne les personnes de nationalité étrangère; 

 2° Toute personne morale dont le siège social ou d'exploitation est établi sur le territoire belge, sauf convention internationale contraire en ce qui concerne les personnes morales étrangères. L'ordre de réquisition : 1° est formulé par écrit; 2° est signé par l'autorité requérante; 

 3° mentionne au minimum : 

 a) les circonstances justifiant la réquisition; 

 b) la nature, la quantité et la durée des prestations imposées; 

 c) les conditions dans lesquelles les prestations doivent être exécutées.L'ordre de réquisition est notifié avec accusé de réception par l'autorité requérante directement : 

 1° à la personne physique en cas de réquisition individuelle; 

 2° à la personne responsable de l'organisation en cas de réquisition collective; 

 3° à la personne ayant la jouissance effective du bien en cas de réquisition de biens.

Nos revendications essentielles et particulières à notre secteur portent sur :

• Un refinancement des zones de secours et du SIAMU à hauteur du refinancement dont d'autres services publics ont bénéficiés. (310 millions d'euros supplémentaires dans la police intégrée au cours de cette législature. Le total des investissements s'élèvera en 2024 à 455,6 millions d'euros. Au cours des huit prochaines années, le gouvernement fédéral entend investir 14 milliards d'euros supplémentaires dans la défense)

Le refinancement des zones de secours doit permettre d'engager des agents opérationnels pour faire face à l'augmentation constante du nombre d'interventions et au manque de personnel, de moderniser notre matériel d'interventions et nos équipements de protections mais également d'offrir une assurance hospitalisation, de même que les soins médicaux, infirmiers et dentaires gratuits au personnel des zones de secours comme prévus dans l'arrêté royal portant la position juridique du personnel des services de police (PJPol).

• La reconnaissance de la pénibilité de la profession d'agents opérationnels d'une zone de secours.

• La réintroduction de nos tantièmes préférentiels pour le calcul de la pension des agents opérationnels. L'âge légal de la pension augmente mais rien n'est en vue en matière de compensation pour ceux qui exercent un métier lourd, pénible et insalubre.

Un tantième de 1/50 qui en 2016 connaissait une conversion de 1,20 a été réduit seulement à 1,05 en 2022. Un climat social dans le secteur public se caractérise par la recherche de solutions, le respect mutuel et la confiance et est en premier lieu fondé sur un dialogue social de qualité. Une paix sociale durable et stable ne pourra être assurée et les conflits potentiels évités, abordés et résolus que de cette façon.

La Ministre ne respecte pas le dialogue social de qualité.

Le SLFP rappelle le protocole d'accord du 26 mars 2010 relatif aux engagements réciproques des autorités et des syndicats du secteur public concernant le renforcement du dialogue social et la gestion des conflits dans le secteur public.

Concernant les procédures du dialogue social dans le secteur public, les syndicats du secteur public et les autorités souscrivent aux engagements réciproques suivants :Les autorités et les organisations syndicales représentatives confirment leur intention de régler les questions qui concernent le personnel sur la base de la concertation, afin de dégager des solutions efficaces qui contribuent à un climat de paix sociale. A ce propos, les autorités s'engagent à discuter au comité de négociation compétent des problèmes soulevés et des initiatives lancées par les organisations syndicales représentatives et ce dans un délai de 30 jours.

Modalités de la gestion des conflits:

Les organisations syndicales représentatives s'engagent à déposer par lettre recommandée ou contre accusé de réception, un éventuel préavis de grève, signé par un secrétaire syndical, au moins trois jours ouvrables avant le début de l'action, auprès de l'autorité concernée.

Le cas échéant, l'autorité organisera une concertation avec les organisations syndicales représentatives dans les plus brefs délais.

En cas de conflit, l'autorité concernée et les organisations syndicales représentatives peuvent convenir, de commun accord, de faire appel à un conciliateur social spécifique. A cette occasion, ils peuvent décider aussi de prolonger le préavis de grève.

Rien n'a été respecté par la Ministre. Les problèmes des zones de secours ne sont visiblement pas les priorités de la Ministre !


Communiqué de presse : Grève nationale du 09 novembre ! 

Le SLFP zones de secours fera appel aux agents des zones de secours afin qu'ils/elles rejoignent le mouvement de grève nationale du 09 novembre 2022. 

Les citoyens sont étranglés par la hausse des prix, les pompiers/pompières et les zones de secours aussi!  L'augmentation des interventions, les changements d'origine climatique, l'indexation des salaires et la crise énergétique affectent, également, durement les finances des services de secours. 

Mais comment économiser sur des services d'urgence sans mettre en danger la population ou la qualité des secours ?

 L'actuel Gouvernement fédéral va investir 310 millions d'euros supplémentaires dans la police intégrée au cours de cette législature. Le total des investissements s'élèvera en 2024 à 455,6 millions d'euros et dépassera donc les 212,5 millions d'euros d'économie linéaires prévus. L'injection nette dans la police s'élèvera donc, à l'horizon 2024 à 243,3 millions. Il était temps !

Le parquet d'Anvers a été renforcé de 21 employés, dont des procureurs. Le budget 2023 prévoit le recrutement de 3 procureurs supplémentaires. Il a aussi été décidé d'engager des magistrats de l'exécution pénale supplémentaires auprès des parquets : 6 procureurs généraux suppléants supplémentaires, 12 experts et 6 assistants. 70 millions d'euros ont été budgétisés pour permettre le recrutement de 108 douaniers supplémentaires. Il était temps !

Au cours des huit prochaines années, le gouvernement fédéral entend investir 14 milliards d'euros supplémentaires dans la défense. Le nombre de militaires augmentera ainsi de 4.000 unités, alors que du nouveau matériel plus polyvalent sera acquis. Il était temps !

Et pour la sécurité civile ? RIEN !

Les dotations fédérales pour les zones de secours ont été fixées en 2014. Ces dotations n'ont jamais été indexées alors que l'inflation est galopante. Selon les notifications du budget pluriannuel du présent gouvernement fédéral, une injection financière de 10.000.000€ était prévue au profit des zones de secours en 2022 mais suite à une mesure d'économie sur tous les crédits de l'Etat fédéral, l'augmentation réelle des dotations sera de 8.312.000 euros, ce qui représente ± 245.000 € par zone de secours (même pas le prix d'une autopompe). 

Pourquoi une économie sur les secours alors qu'ils sont confrontés à des nouveaux défis auxquels ils ne sont pas préparés et que ceux-ci nécessiteront de nouveaux investissements en matériel et en personnel ? Dans le contexte actuel d'évolutions technologiques, de réchauffement climatique et d'une guerre à nos frontières, osez diminuer les dotations de la sécurité civile est une pure folie !!

Les effectifs de la protection civile, avant la réforme, étaient de 513 agents professionnels et 694 agents volontaires répartis dans 6 casernes. Les effectifs au 1er janvier 2020 étaient de 261 agents professionnels (- 390 agents) et 196 agents volontaires (- 497 agents). Au total, depuis la réforme lancée sous le précédent Gouvernement, il y a eu une diminution de 887 agents à la protection civile ! Au 1er janvier 2020, il y avait 10.906 pompiers volontaires et 6.407 professionnels. Le nombre de volontaires est en constante diminution. Une caserne de la zone Hainaut-Est (Fleurus) a dû fermer faute d'agents volontaires en suffisance. 

Nous constatons une diminution du personnel et une diminution des investissements dans la sécurité civile alors que les investissements du fédéral en matériel et en infrastructures sont en augmentation pour les 3 autres fonctions régaliennes (tâches que l'État ne doit pas ou ne peut pas déléguer à des sociétés privées).

 Un état fragile est généralement considéré comme étant celui dans lequel « les instances étatiques n'ont pas la capacité et/ou la volonté politique d'assumer les fonctions essentielles relevant de ses compétences », ou encore comme l'État « incapable de satisfaire les attentes de sa population ». 

 Il s'agit donc de structures faibles du fait de l'incapacité, ou du refus, de l'État d'assurer ses fonctions de base et d'assumer ses obligations et responsabilités afin de garantir la sécurité de la population et de fournir les services requis à sa population. Sommes-nous un état fragile ?

Sans un financement conséquent dans la sécurité civile (zones de secours), il faudra faire des choix malheureux et dangereux. Soit ne plus recruter du personnel, soit ne plus acheter du matériel moderne ou encore, comme par le passé, ne plus entretenir les casernes ! 

Au SLFP, l'accent est mis absolument sur la « concertation ». 

Place d'abord à la concertation syndicale, ce n'est qu'ensuite que viennent éventuellement les barricades.

Le temps des barricades est venu !

La Ministre de l'Intérieur fait la sourde d'oreilles face à nos légitimes demandes. 

Seul son projet de nommer des capitaines et majors au grade de colonel, sans comparaisons des titres et mérites, sans avoir réussi un examen de promotion et sans respecter les procédures de désignation à une fonction supérieure semble important à ses yeux alors que nous frôlons la catastrophe !Après deux ans de pandémie, des inondations meurtrières sans précédent, des périodes de canicules accompagnés de nombreux feux d'espace naturel (Forêts, broussailles, etc....), les problèmes que rencontre la sécurité civile demandent un peu plus d'attention !!

« Gouverner, c'est prévoir. Ne rien prévoir, ce n'est pas gouverner, c'est courir à sa perte ».

Persbericht: Nationale staking op 9 november!

Het VSOA-hulpverleningszones zal de beambten uit de hulpverleningszones oproepen opdat ze bij de nationale staking van 09 november 2022 zouden aansluiten. De burgers verstikken onder de prijsstijging, ook de brandweermensen en de hulpverleningszones!

Door de stijging in het aantal interventies, de klimaatverandering, de indexering van de lonen en de energiecrisis worden de financies van de hulpverleningsdiensten zwaar aangetast. Maar hoe kan men besparen op urgentiediensten zonder de bevolking of de kwaliteit van de hulpverlening in gevaar te brengen? Deze Federale Regering gaat in de loop van deze legislatuur 310 miljoen euro bijkomend investeren in de geïntegreerde politie. De totale investeringen zullen in 2024: 455,6 miljoen euro bedragen en zullen dus de voorziene lineaire besparingen met 212,5 miljoen euro overtreffen. De injectie in de politie zal dus tegen 2024 243,3 miljoen bedragen. Het was tijd!

Het parket van Antwerpen werd met 21 bedienden versterkt, waaronder procureurs. Het budget 2023 voorziet in de aanwerving van 3 bijkomende procureurs. Er werd ook beslist om bijkomende magistraten voor de strafuitvoeringen bij de parketten aan te werven: 6 bijkomende plaatsvervangende procureurs-generaal, 12 experts en 6 assistenten. 70 miljoen euro werden begroot om 108 bijkomende douaniers te kunnen aanwerven. Het was tijd!

In de loop van de acht komende jaren heeft de federale regering de bedoeling om 14 miljard euro bijkomend te investeren in defensie. Het aantal militairen zal zodoende met 4.000 eenheden stijgen, terwijl nieuw meer polyvalent materieel zal aangekocht worden. Het was tijd!

En voor de civiele veiligheid ? NIETS!

De federale dotaties voor de hulpverleningszones werden in 2014 vastgelegd. Die dotaties werden nooit geïndexeerd, terwijl de inflatie steeds maar stijgt. Volgens de notificaties van het meerjarenbudget van deze federale regering was een financiële injectie van 10.000.000€ voorzien ten gunste van de hulpverleningszones in 2022 maar naar aanleiding van een besparingsmaatregel op alle kredieten van de federale Staat zal de reële verhoging van de dotaties 8.312.000 euro bedragen, d.i. ± 245.000 € per hulpverleningszone (niet eens de prijs van een brandweerwagen). Waarom op de hulpverlening besparen terwijl ze het hoofd moet bieden aan nieuwe uitdagingen waarop ze niet voorbereid is, en ze nieuwe investeringen in materieel en personeel zal vereisen?

 In huidige context van technologische evoluties, klimaatopwarming en oorlog aan onze grenzen, is de dotaties durven verminderen pure waanzin!!Vóór de hervorming bedroeg het personeelsbestand van de civiele bescherming 513 professionele beambten en 694 vrijwillige beambten, in 6 kazernes verdeeld. Het personeelsbestand op 1 januari 2020 bedroeg 261 professionele beambten (- 390 beambten) en 196 vrijwillige beambten (- 497 beambten). Sinds de hervorming die door de vorige Regering werd opgestart, is er in totaal een vermindering met 887 beambten bij de civiele bescherming! 

Op 1 januari 2020 telden we 10.906 vrijwillige brandweermensen en 6.407 professionelen. Het aantal vrijwilligers is in constante vermindering. Een kazerne in de zone Hainaut-Est (Fleurus) heeft moeten sluiten bij gebrek aan voldoende vrijwillige beambten. We stellen een vermindering van het personeel en een vermindering van de investeringen vast in de civiele veiligheid terwijl de investeringen in materieel en infrastructuren aan de federale kant stijgen voor de 3 andere basisfuncties (taken die de Staat niet naar privébedrijven kan of mag delegeren). Een zwakke staat wordt algemeen beschouwd als een staat waarin "de staatsinstanties niet over de nodige bekwaamheid en/of de wil beschikken om de essentiële functies die onder hun bevoegdheid vallen, te vervullen", of als een staat "die onbekwaam is om aan de verwachtingen van zijn bevolking te voldoen". 

 Het gaat dus om zwakke structuren wegens onbekwaamheid, of weigering, van de Staat om zijn basisfuncties en verantwoordelijkheden op te nemen om de veiligheid van de bevolking te verzekeren en de nodige diensten aan zijn bevolking te verlenen. Zijn wij een zwakke staat?Zonder een zware investering in de civiele veiligheid (hulpverleningszones) zullen ongelukkige en gevaarlijke keuzes moeten gemaakt worden. Hetzij geen personeel meer aanwerven, hetzij geen modern materieel meer aanschaffen of nog, zoals in het verleden, de kazernes niet meer onderhouden! Bij het VSOA wordt het accent absoluut op "overleg" gelegd.

 Er wordt eerst ruimte gegeven voor vakbondsoverleg, de barricades komen eventueel pas daarna. De tijd voor de barricades is aangebroken!De Minister van Binnenlandse Zaken blijft doof voor onze terechte eisen. Alleen haar project om kapiteins en majoors tot de graad van kolonel te benoemen, zonder vergelijking van de titels en verdiensten, zonder geslaagd te zijn in een promotie-examen en zonder naleven van de procedures voor aanstelling in een hogere functie, lijkt in haar ogen belangrijk te zijn, terwijl we dichtbij een catastrofe staan!

Na twee jaar pandemie, ongeziene dodelijke overstromingen, hittegolven met talrijke branden in natuurgebieden (bossen, struiken, enz.) wordt wat meer aandacht gevraagd voor de problemen waarmee de civiele veiligheid te worstelen heeft!!

Verdient het personeel het niet?

"Regeren is vooruitzien. Niets vooruitzien is niet regeren, is ten onder gaan".

Mededeling:

Sommige "collega vakbonden verklaren dat VSOA de onderhandelingstafel heeft verlaten, wat betekent dat de agendapunten zijn opgeschort.

VSOA is nog nooit afwezig geweest in een onderhandelingscomité.

Wel is het zo dat VSOA de enige vakbond is die niet meedoet aan het spelletje die het ministerie van Binnenlandse Zaken ten nadele van onze grote brandweerfamilie organiseert.

VSOA is de vakbond die de meeste punten op de agenda van de onderhandelingscomités zet en deze opvolgt. Om dit na te gaan, hoeft u alleen maar te kijken naar de uitnodigingen voor de onderhandelingscomités. De andere twee vakbonden getuigen niet van veel initiatief.

Wij nemen echter niet deel aan werkgroepen, omdat wat in deze groepjes, die geen officiële onderhandelingsorganen zijn er vervolgens maar al te vaak elementen worden aanwend tegen de belangen van onze leden en dit tijdens de officiële onderhandelingen. Wij nemen geen politieke afspraakjes in het salonnetje van de overheden.

Een goed voorbeeld is de 24h dossier, terwijl alle andere vakbonden samen met het cabinet dit probeerden in de werkgroepen uit te hollen, nam VSOA de juridische weg, met het resultaat dat de minister dwongen terug te krabbelen. Einde van deze werkgroep!!!

Vergis u niet, dit is weerom een poging om VSOA in een kwaad daglicht te stellen! We zijn intussen gewend, maar wij moeten en zullen onze houding niet veranderen, evenmin als onze vertegenwoordigers die, in tegenstelling tot de andere delegaties, allemaal hulpverleners zijn! We weten waar we het over hebben tegen over een alles behalen kennis kabinet.

Twee vakbondsorganisaties zijn in één zone overeengekomen dat hun afgevaardigden automatisch 07.36 uur prestatie verterugkrijgen wanneer zij deelnemen aan een vakbondsvergadering die soms maar 45 minuten duurt! (En dit bovendien met premie) 07H36 wordt betaald. VSOA doet hieraan niet mee!

VSOA blijft integendeel correct en vraagt niets meer. ls dat onze afgevaardigden hun operationele premie niet verliezen wanneer ze deelnemen aan een vergadering tijdens hun werktijd en simpelweg de tijd recupereren die ze besteed hebben aan een vergaderingen buiten hun werktijd. Maar zelfs dit wordt geweigerd door de FOD Binnenlandse Zaken, althans voor VSOA afgevaardigden.

Als wij redelijk moeten blijven in onze eisen, rekeninghoudende de precaire financiële situatie van de federale en regionale overheden, moet dit billijk blijven in alle ontwerpen in het algemeen en dit voor alle echelons en niet alleen voor het basis- en middenkader.

Redelijkheid is geboden in verband met loonkosten in het algemeen en niet enkel en allen voor uitgaven aangaande het basis- en middenkader.

We moeten redelijk blijven in de uitgaven over beroepsgroepen heen, en niet alleen voor de uitgaven van de hulpdiensten, die al meer dan twee jaar geconfronteerd worden met een pandemie en rampen als gevolg van de klimaatverandering.

Waarom een kapitein of een majoor ambtshalve tot kolonel benoemen als hij of zij zonecommandant is? Het verschil in salaris en bonus is al vrij groot, bovendien vermeld het verslag aan de Koning reeds dat de functie boven de Graad staat. Wie is de meerwaarde van deze bijkomende loonlast? Wie profiteert nogmaals van deze extra loonuitgaven?

Communication:

Certains « collègues » disent que le SLFP a quitté la table des négociations au Ministère de l'Intérieur et que cela signifie que les points à l'ordre du jour ont été suspendus, ce qui est faux !!

Le SLFP n'a jamais été absent lors d'un comité de négociation.

Ce qui est vrai, c'est que le SLFP est la seule organisation syndicale à na pas participer aux petits jeux organisés au Ministère de l'Intérieur au détriment de notre grande famille de pompier.ères lors de groupes de travail non officiels.

Les organisations syndicales sont convoquées à ces groupes de travail sans aucune documentation ce qui est la preuve que l'autorité veut simplement testés nos réactions avant de porter des points, officiellement, en négociation.

Le SLFP est le syndicat qui met la plupart des points à l'ordre du jour des comités de négociations. Pour vérifier, il suffit de regarder les convocations pour les comités de concertations. Les deux autres organisations syndicales ne se battent pas beaucoup pour défendre nos points qui sont tous déposés dans l'intérêt des agents.

Nous ne participons pas à ces groupes de travail car ce qui se dit lors de ces groupes, qui ne sont pas des organes de négociation officiels, se retourne contre nous lors des négociations officielles.

Un bon exemple est la règle des 24 heures, alors que tous les autres partis ont tenté de l'abattre dans les groupes de travail, le SLFP a emprunté la voie juridique, avec des résultats qui ont obligé la ministre à revenir sur ses pas. Fin de ce groupe de travail !!!

Ne vous y trompez pas, il s'agit encore d'une tentative pour présenter le SLFP sous un mauvais côté ! Nous en avons l'habitude, mais, nous ne changerons pas d'attitude, ni de représentants du personnel, qui nous le rappelons, sont tous et toutes des agents des zones de secours à la différence des autres délégations ! Nous savons de quoi nous parlons !!!

Deux organisations syndicales ont donné leurs accords, dans une zone, pour que leurs délégués récupèrent, d'office, 07H36 lors de leur participation à une réunion qui dure, parfois, 45 minutes ! La prime d'opérationnalité de 07H36 et également payée. Le SLFP ne mange pas de ce pain-là !

Le SLFP reste correcte et demande simplement que nos délégués ne perdent pas la prime d'opérationnalité lors de leur participation à une réunion pendant leur temps de travail et récupèrent simplement le temps qu'ils ont passée en réunion en dehors de leur temps de travail. Mais même cela est refusé par le SPF Intérieur, en tout cas, pour les délégués du SLFP.

Si nous devons rester raisonnables dans nos revendications compte tenu de la situation financière précaire du fédéral et des Régions, nous devons le rester pour toutes les matières, tous les cadres et pas seulement pour le cadre de base et moyen.

Il faut rester raisonnable pour toutes les dépenses et pas seulement pour celles du cadre de base et du cadre moyen.

Il faut rester raisonnable dans les dépenses et pas seulement que pour les dépenses des services de secours, qui depuis plus de deux ans, font face à une pandémie et à des catastrophes dues aux changements climatiques.

Pourquoi nommer un capitaine ou un major, d'office colonel s'il exerce la fonction de Commandant de zone ? La différence de salaire et de prime est assez importante surtout, que le rapport au Roi, mentionne bien que la fonction l'emporte sur le grade. A qui cette disposition fait plaisir ?   


BRUXELLES NEWS
Les news internationales: Numéro 59 le 26 août 2022

Quand régnera un peu plus de sécurité dans les différents quartier nord de Bruxelles ?

Dans le cadre des nouvelles compétences du Ministre-président, suite à la sixième réforme de l'Etat, figure le maintien de l'ordre sur la voie publique.

Depuis 2018, le comité de quartier Alhambra dénonce la problématique de la présence continuelle de junkies qui consomment dans les espaces publics (voirie, métro, etc.), de la présence de prostituée, de la présence de SDF et de la nuisance nuisances en termes de déchets, bruits, incivilités, insécurité, etc.. Rien n'a changé que du contraire, la situation s'est aggravée car la zone semble avoir été désertée par les pouvoirs publics.

Régulièrement, les agents du Service d'incendie et d'aide médicale urgente de la Région de Bruxelles-Capitale, se rendent à la caserne, avenue de l'Héliport, la peur au ventre et les agressions commises sont de plus en plus nombreuses. Certains travaillent à des horaires variables, doivent quant à eux, affronter le quartier de nuit !

A l'heure où le politique s'applique à décourager les employés de venir travailler en voiture et fait la promotion active des mobilités alternatives, se rendre ou quitter la caserne de l'Héliport a toujours été un parcours parsemé de dangers et la situation ne fait que s'aggraver d'année en année.

Chaque jour, pour se rendre au travail et pour rentrer chez soi, les agents du SIAMU doivent faire face aux toxicomanes, (les seringues que l'on trouve sur la voie publique sont particulièrement dangereuses), aux groupes d'hommes agressifs client de prostitution (les femmes subissent donc un harcèlement sexuel constant en rue), aux mendiants, à des vols avec violence et à l'insalubrité tels que des déchets en tout genre, des excréments, de l'urine, des odeurs nauséabonde, des pipes et seringues, du sang, etc..

Le quartier est envahi de toxicomanes, mendiants, de groupes d'hommes avec des molosses (pitbull,..) qui n'hésitent pas à accoster les passant.e.s, que ce soit pour demander de l'argent ou pour faire des avances aux femmes (demande de tarifs).

Un urinoir public en bord de trottoir rend le trajet encore plus désagréable et peu rassurant. C'est bien simple, de la gare du nord à la station Yser c'est un quartier insalubre et agressif. Ce quartier est un univers hallucinant de déchéance humaine où semble régner l'impunité la plus totale.

Utiliser les transports en communs, emprunter le métro et même marcher de la caserne des pompiers de Bruxelles jusqu'à la station Yser ou la garde du nord est de plus en plus désagréable et dangereux. Une fois arrivé dans la station de métro, la situation n'est guère plus rassurante, loin de là ! Il est fréquent d'entendre des SDF se disputer lorsqu'on descend les escaliers, et de trouver des traces de sang frais dans les couloirs.

Les déchets, l'urine et les excréments humains jonchent le sol. Les toxicomanes fument du crack au vu de tous, sur un matelas qui est installé depuis des mois à côté des portiques.

Afin d'assumer ces nouvelles compétences, le Gouvernement de la Région de Bruxelles Capitale a décidé de mettre en place un nouvel organisme d'intérêt Public ( IP) dénommé : Safe.brussels. La création de Safe.brussels doit permettre l'organisation d'une gestion centralisée et transversale de la sécurité à Bruxelles de même que le développement d'une politique régionale en matière de sécurité.

Quelles sont les mesures proposées par Safe.brussels pour assurer la sécurité des agents du SIAMU et des citoyens dans ce quartier ?

Un des objectifs de Safe.brussels n'est-il pas de coordonner la prévention et la sécurité sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale et assister tous les acteurs concernés pour garantir au mieux la sécurité des Bruxellois et de toutes celles et ceux qui visitent la Région ?

Selon l'article 5 de la loi du 04 août 1996, l'employeur, donc la Région de Bruxelles-Capitale, doit prendre les mesures nécessaires afin de promouvoir le bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail. A cette fin, il applique les principes généraux de prévention tels qu'éviter les risques et combattre les risques à la source.

Le bien-être au travail est recherché par des mesures qui ont trait à la sécurité du travail, à la protection de la santé du travailleur au travail et aux aspects psychosociaux du travail.


Votre plateforme avantages SLFP-Voordelenplatform VSOA

Surveillez bien le site web www.slfp-avantages.be car nous le renouvelons régulièrement et vous pouvez participer à des concours.

Les entreprises vous offrent des réductions de différentes manières. Découvrez-les toutes et profitez pleinement de vos avantages :

  • achetez un coupon et faites votre shopping à prix réduit. Cumulable avec d'autres réductions ;
  • rendez-vous sur le webshop d'un commerçant ou d'un magasin et profitez directement des réductions en ligne ;
  • imprimez les bons de réduction ou montrez-les à l'écran de votre smartphone ;
  • présentez votre carte avantages SLFP (le verso de votre carte d'affiliation) ou affichez-la à l'écran de votre smartphone via le site web. Le commerçant peut alors scanner le code barre et vous accorder la réduction ;
  • achetez vos tickets pour les parcs d'attractions, cinémas, etc. à tarif réduit.

Hou dus zeker de website www.vsoa-voordelen.be goed in het oog want we zorgen regelmatig voor vernieuwing en je kan er deelnemen aan wedstrijden.

Bedrijven bieden je een korting op verschillende manieren. Ontdek ze allemaal en doe volop je voordeel:

je koopt een voucher en winkelt met korting. Dit is cumuleerbaar met eventuele andere kortingen.

je gaat naar de webshop van een handelaar of winkel en koopt daar met korting.

je print een kortingsbon af of toont die kortingsbon op het scherm van je smartphone.

je toont de VSOA-voordeelkaart op de achterkant van je lidkaart of op het scherm van je smartphone via de website. De handelaar scant de barcode en verleent de korting.

je koopt tickets aan een verminderd tarief voor een bezoek aan een pretpark, bioscoop, ...

HelloFresh | HelloFresh, encore une bonne chose de faite - Maintenant avec 85 € de réduction 🍽
Vous avez du mal à toujours préparer des repas équilibrés ? Avec HelloFresh, choisissez vos recettes et recevez les ingrédients à la maison.
Graçe a votre plateforme d'avantage vous profitez d'un total de 85 € de réduction sur vos 4 premières box.

- 85 € sur vos 4 premières box

HelloFresh | In no-time een verse maaltijd op tafel - nu met tot wel € 85 korting 🍽
Druk in de weer en toch goed eten? Ervaar het gemak van HelloFresh en bespaar tijd. Kies je favoriete recepten en producten via de app en kook eenvoudig een verse maaltijd. Dankzij je voordelenplatform krijg je nu tot wel €85 korting op je eerste 4 boxen.

- €85 op je eerste 4 boxen

Flora by Ethias | Vous cherchez une assurance pas chère et 100 % digitale ? Flora est là ! 🏡
L'appartement ? Check ! Le bail de (co)location ? Check ! Plus qu'à choisir l'assurance (co)locataire... Prenez dès maintenant votre assurance incendie (co)locataire chez Flora by Ethias et recevez un cashback de 20 € grâce au code promo.

- 20 € sur votre assurance (co)locataire

Flora by Ethias | Op zoek naar een voordelige en 100% digitale verzekering? Dan is Flora helemaal iets voor jou! 🏡
Appartement? Check! (Mede)huurcontract? Check! Dan rest je alleen nog een (mede)huurdersverzekering ... Goed nieuws! Kies nu jouw (mede)huurder brandverzekering met Flora by Ethias en ontvang een cashback van € 20 dankzij de kortingscode.

- €20 korting op je (mede)huurdersverzekering

Rentalcars.com | Op zoek naar een voordelige huurauto? 🚗
Een citytrip gepland? Een lange reis? Wil je mobiel blijven én erg voordelig een auto huren? Rentalcars werkt samen met meer dan 60.000 agentschappen in 160 landen. - 5% korting op je huurauto, is dat geen geweldige deal?

5% korting op je huurauto

Samsung | Un nouveau smartphone Galaxy Z Flip4/Fold4 à prix réduit et une valeur de reprise jusqu'à 200 €? 📱
Les smartphones pliables Galaxy Z Flip4 et Fold4 sont les ordinateurs de poche les plus puissants. Un appareil photo plus pro, un écran plus grand pour le Flip4, un mode multitâche pour le Fold4, il y en a pour tous les goûts !

Jusqu'à - 20 % sur votre Galaxy Z Fold4 ou Flip4

Samsung | Een nieuwe Galaxy Z Flip4 en Fold4 tegen een verlaagde prijs en tot €200 extra inruilwaarde? 📱De Galaxy Z Flip4 en Fold4 opvouwbare smartphones zijn de krachtigste handhelds. Een professionelere camera, een groter scherm voor de Flip4, multitasking voor de Fold4, er is voor elk wat wils!

Tot - 20% op je Galaxy Z Fold4 of Flip4 


«Good Move» inquiète un syndicat de pompier: «Les temps de trajet des véhicules de pompiers se sont allongés depuis la mise en pratique du plan»

Publié le vendredi 19 Août 2022 à 15h04

Par Sudinfo avec Belga 

https://www.sudinfo.be/id484128/article/2022-08-19/good-move-inquiete-un-syndicat-de-pompier-les-temps-de-trajet-des-vehicules-de

Éric Labourdette, président du syndicat SLFP pour les pompiers de Bruxelles, a appelé vendredi dans nos colonnes au report du plan de circulation « Good Move », entré en vigueur le 16 août en région bruxelloise. Il a affirmé être inquiet, car les temps de trajet des véhicules de pompiers se sont allongés depuis la mise en pratique du plan.

Éric Labourdette, président du syndicat SLFP pour les pompiers de Bruxelles appelle à reporter le plan de circulation « Good Move » mis en place à Bruxelles. Selon lui, cette situation pourrait être plus problématique encore après la fin de la période des vacances, lorsque le trafic reprendra, comme il l'expliquait ce matin dans Sudinfo La Capitale.

 «Avec «Good Move», on mettra deux à trois fois plus de temps à arriver»

Éric Labourdette, président du SLFP Pompiers, pousse un coup de gueule en raison du plan de circulation mis en place ce mardi. Et il a peur des conséquences.

« Ce plan vise à empêcher le trafic de transit dans le pentagone, en obligeant les automobilistes à rester sur la petite ceinture. Or, la petite ceinture est à l'arrêt en raison des travaux dans le tunnel Trône. C'est fait pour limiter la pollution, ce qui est une bonne chose, mais on obtient l'effet inverse puisque tout est embouteillé », a déclaré M. Labourdette. Le syndicaliste a notamment déclaré que mercredi, des véhicules des pompiers, de retour d'une intervention à Molenbeek-Saint-Jean, ont mis 40 minutes pour le trajet de deux kilomètres les séparant de la caserne, avenue de l'Héliport à Bruxelles.

« C'est du temps durant lequel nos véhicules sont indisponibles », a-t-il expliqué, disant s'inquiéter des conséquences d'un allongement des temps de trajet pour se rendre sur les lieux d'intervention. « Il faut se mettre à la place du chauffeur, qui conduit à vive allure, sirène hurlante, un camion de plusieurs tonnes avec cinq pompiers à l'arrière sous sa responsabilité et qui entend sur sa radio des informations sur l'incendie en cours. Se retrouver bloqué dans la circulation, cela génère un état de stress énorme », a affirmé M. Labourdette. « Chaque minute compte pour sauver une vie et il faut que les représentants politiques à Bruxelles le comprennent. »


Cocktails Molotov et pavés

Les agressions à l'encontre des pompiers sont parfois d'une extrême violence.

Les agressions à l'encontre des services de secours se sont multipliées ces der nières années. En septembre 2020, deux cocktails Molotov ont été jetés en direc tion d'une autopompe en intervention pour trois feux, dont un feu de containers, dans le quartier des Marolles.

Un cocktail Molotov a atterri à moins de 2 mètres d'un sous-officier responsable de l'intervention. En septembre, des containers ont à nouveau été incendiés avenue de Versailles (Bruxelles-Ville) afin d'attirer les pompiers dans un guet-apens. Le lieu de l'incendie a été minutieusement choisi afin de jeter des pavés sur les services de secours. En juin dernier, des pompiers ont été appelés rue de Mérode, à Forest, pour des feux de trottinettes électriques.

Arrivés sur place, ils ont reçu des jets de projectiles sur le véhicule et un pompier a reçu une pierre sur son casque.

Pour la SLPF pompiers, les incidents survenus à Jette la semaine dernière constituent la goutte d'eau qui fait déborder le vase. "Depuis la sixième réforme de l'État, le rôle du ministre-Président a été renforcé. Il exerce désormais les compétences relatives au maintien de l'ordre et à la prévention, compétences qui étaient actuellement attribuées au gouverneur, explique le permanent SLFP Eric Labourdette. "Le nouveau responsable du maintien de l'ordre se fait discret, très discret suite à ces nombreuses attaques envers des fonctionnaires bruxellois.

Peur de reconnaître que certains quartiers ne sont plus du tout sous le contrôle ? Qu'est-ce qui sera prévu la nuit de la Saint-Sylvestre à Bruxelles pour protéger les pompiers si 40 policiers sont nécessaires en plein mois de juillet pour éteindre 2 poubelles en feu ? Des blindés ?" Nous avons tenté de joindre le ministre-Président Rudi Vervoort (PS) pour recueillir une réaction, en vain.

Les services de secours doivent être escortés par un important dispositif policier dans certains quartiers. Témoignage.

Agressions physiques et verbales, menaces voire guets-apens. Les pompiers sont de plus en plus souvent la proie d'incidents lors de leurs interventions dans certains quartiers chauds en Belgique, et principalement à Bruxelles.

Il y a dix jours, les pompiers sont intervenus dans un quartier de Jette où ils ont été accueillis à coups de chariot de supermarché lancé depuis un étage d'un immeuble de loge[1]ment sociaux. Quelques jours plus tard, c'est un guet-apens qui a pu être déjoué grâce à un dispositif policier impressionnant.

"Dans la nuit de mercredi à jeudi, nous avons été appelés pour des poubelles en feu dans les bâtiments sociaux Jette, à proximité de la cité d'Esseghem", explique Thierry (prénom d'emprunt), pompier depuis 20 ans. "Vu les attaques dont nous avons été victimes lors des précédentes interventions, nous avons été informés d'un lieu de rendez-vous avec la police près du cimetière de Jette. L'intervention des pompiers a donc dû être retardée afin d'intervenir en toute sécurité.

Sur place, il y avait six voitures de police qui nous attendaient. On pensait alors qu'on était fin prêts à intervenir mais nous avons encore dû attendre des renforts, à savoir deux patrouilles simples, deux brigades canines et deux combis. Nous sommes ensuite partis ensemble, à 40, sur les lieux de l'incendie pour deux feux de poubelles..."


"On n'est pas équipé pour faire face à des feux de forêt"

Le SLFP dénonce le manque de moyens accordés aux pompiers pour lutter contre les futures catastrophes.

L a Belgique connaît des sécheresses depuis presque sept ans. "Nous espérions que le cycle s'était brisé avec les pluies torrentielles de 2021 mais ce n'est pas le cas. La sécheresse se réinstalle sur le territoire", alerte Quentin Leroy, attaché à la Direction du Milieu Forestier. Dans la région de Fagne Famenne, l'eau s'évapore très vite et les arbres montrent des signes de faiblesses. "Il faut être vigilant. Tous les éléments sont réunis pour avoir des départs de feu plus rapide que d'habitude", nous indique l'officier de coordination de la protection civile. Pour faire face à d'éventuels incendies, la sécurité civile dispose d'autopompes forestières et de citernes installées dans les zones de secours.

Elle peut compter sur l'appui de drones pour aider à réaliser les manœuvres tactiques. En cas de feux importants, l'appui aérien de la police fédérale peut intervenir avec son fameux "bambi bucket", une poche d'eau d'une capacité de mille litres transportés par hélicoptère. La police possède deux dispositifs de ce type.

Mais la Belgique ne dispose pas d'avions de lutte contre les incendies. "En cas de fortes flammes, les accords bilatéraux avec les pays frontaliers nous permettent d'avoir l'appui allemand ou les Canadairs français", poursuit la protection civile. Une situation jugée à risque par Eric Labourdette, permanent SLFP pompiers. "Tous les experts s'accordent à dire que les feux de champs, de broussailles et de forêts vont augmenter avec le changement climatique.

Malheureusement, on n'est pas équipé pour y faire face. On n'a que l'hélicoptère de la police fédérale. Encore une fois, on manque d'anticipation. Nos pompiers ne sont pas formés, on n'a pas le matériel et on n'a pas les moyens. Cela fait des années que l'on tire la sonnette d'alarme mais la ministre de l'Intérieur ne nous écoute pas. On va la tête droite dans le mur si on ne donne pas à la sécurité civile les moyens de faire face aux conséquences du changement climatique."

NANODEELTJES IN DE WERELD VAN DE HULPDIENSTEN

 LES NANOPARTICULES DANS LE MONDE DES SERVICES D'URGENCE 


Inondations: Des investissements dans les services de secours sont encore nécessaires

Le syndicat libre de la fonction publique (SLFP) dénonce une nouvelle fois vendredi, dans un communiqué, le manque d'investissements dans les services de secours et évoque "un sentiment de pipeau", au lendemain des commémorations des inondations de juillet 2021.

Selon le SLFP, les services de secours sont " complètement dépassés, sous-équipés ou sans équipement de protection adapté à ce genre de situations et font face à une désorganisation sans précédent ". Un an après les inondations, le syndicat se demande comment les secours peuvent rester efficaces " sans investissements dans ces services, sans vision à long terme, sans préparation pour faire face à des situations catastrophiques et inattendues ".

En 2018, le Centre de crise national (NCCN) a coordonné pour la Belgique une évaluation des risques à grande échelle portant sur la période 2018-2023. Les experts avaient pointé que les inondations constituaient un risque important dans notre pays. " Trois ans après, celles-ci ont fait 39 morts et plus de deux milliards d'euros de dégâts. Aucune mesure de prévention n'a donc été mise en place suite à ces analyses des risques ", estime le syndicat.

Le SLFP demande un meilleur financement des zones de secours, mais aussi du matériel adapté comme des gilets et des casques pour la nage, des combinaisons isothermiques, des cordes ou des bateaux suffisamment puissants pour lutter contre le courant. Il réclame également une meilleure formation afin de s'adapter aux conditions particulières rencontrées en eaux vives. " Les plongeurs de certaines zones de secours sont formés en France " car " en Belgique, rien n'est prévu sauf par des firmes privées ", déplore le syndicat.

Ce dernier concède toutefois que, depuis les inondations, certaines zones organisent plus d'exercices en eaux vives et de nouvelles techniques sont mises en place, tandis que leurs plongeurs en eaux vives bénéficient d'un équipement adapté. " D'autres zones, pourtant touchées à plusieurs reprises par des inondations, ne font rien ", regrette néanmoins le SLFP. 

https://www.moustique.be/actu/belgique/2022/07/15/inondations-des-investissements-dans-les-services-de-secours-sont-encore-necessaires-243271?fbclid=IwAR2rEymh4LE1eGJOWxMpmHsBREjkQcswmsGdVTwuXnKqYvWzufkP4Vlvjy8



https://bx1.be/categories/news/une-des-equipes-des-pompiers-de-bruxelles-victime-dun-caillassage-a-forest/

Une des équipes des pompiers de Bruxelles victime d'un caillassage à Forest.

Vidéo: https://bx1.be/categories/news/une-des-equipes-des-pompiers-de-bruxelles-victime-dun-caillassage-a-forest/

Il n'y a pas eu de blessé physique. Un soutien psychologique est toutefois prévu pour les pompiers pris pour cible. Une plainte va être déposée.

Une équipe de pompiers, envoyée avec une autopompe sur le lieu d'un incendie à Forest dans la nuit de lundi à mardi, a été la cible de jets de projectiles par un groupe de personnes rue de Mérode, indique Walter Derieuw, porte-parole des pompiers de Bruxelles.

"Il y a des impacts sur l'autopompe et une pierre a touché le casque d'un de nos pompiers". Il n'y a pas eu de blessé physique, précise le porte-parole. "Notre personnel s'est immédiatement mis en sécurité. Une plainte sera déposée et un suivi, un soutien sont prévus pour l'équipe qui a été prise pour cible".



Sécurité civile : financement des services d'incendie

Sur proposition de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden, le Conseil des ministres a approuvé un projet d'arrêté royal déterminant le ratio au 31 décembre 2007 entre les moyens des autorités communales et fédérales, ainsi que les postes des revenus et des dépenses qui entrent en ligne de compte pour calculer ce ratio.

La loi du 15 mai 2007 relative à la Sécurité civile dispose que, aussi longtemps que le ratio entre les moyens des autorités communales et fédérale prévus en application de cette loi n'est pas égal à un, les communes d'une zone ne devront pas, ensemble, contribuer davantage en termes réels que leur apport actuel.

Pour exécuter cette disposition, le projet d'arrêté royal vise dès lors à déterminer :

  • le ratio des dépenses des services d'incendie à charge des communes d'une part et de l'Etat fédéral d'autre part au 31 décembre 2007
  • les postes de revenus et de dépenses permettant de déterminer ce ratio au 31 décembre 2007 mais également pour le futur

Les principes devant permettre le calcul du ratio précité postérieurement à 2007 sont également fixés dans le projet d'arrêté royal, à savoir :

  • les communes ne devant pas contribuer plus que ce qu'elles ne contribuaient au 31 décembre 2007, le terme de la fraction correspondant aux dépenses des communes reste fixe, sous réserve de l'indexation des montants afin de tenir compte de l'évolution monétaire
  • le ratio sera calculé avant chaque élection fédérale

Le projet est transmis pour avis au Conseil d'Etat.

Projet d'arrêté royal déterminant le ratio au 31 décembre 2007 entre les moyens des autorités communales et fédérale, ainsi que les postes des revenus et des dépenses qui entrent en ligne de compte pour calculer ce ratio, en exécution de l'article 67, alinéa 2, de la loi du 15 mai 2007 relative à la sécurité civile

https://news.belgium.be/fr/securite-civile-financement-des-services-dincendie

Civiele veiligheid: financiering van de brandweerdiensten

De ministerraad keurt op voorstel van minister van Binnenlandse Zaken Annelies Verlinden een ontwerp van koninklijk besluit goed tot vaststelling van de verhouding op 31 december 2007 tussen de middelen van de gemeenten en de federale overheid, alsook de inkomsten- en uitgavenposten die in aanmerking worden genomen om deze verhouding te berekenen.

De wet van 15 mei 2007 betreffende de civiele veiligheid bepaalt dat zolang de verhouding tussen de middelen die voor de toepassing van deze wet worden voorzien door de gemeenten en federale overheid niet gelijk is aan één, de gemeenten van een zone, samen, in reële termen niet meer zullen bijdragen dan hun actuele bijdrage.

Om deze bepaling uit te voeren, bepaalt het ontwerp van koninklijk besluit bijgevolg:

  • de verhouding van de gemeentelijke uitgaven voor de brandweerdiensten enerzijds en de federale uitgaven anderzijds op 31 december 2007
  • de inkomsten- en uitgavenposten die het mogelijk maken deze verhouding te bepalen op 31 december 2007, maar ook voor de toekomst

De beginselen voor de berekening van de bovengenoemde ratio na 2007 zijn eveneens als volgt in het ontwerp van koninklijk besluit opgenomen:

  • de gemeenten mogen niet méér bijdragen dan ze op 31 december 2007 deden, het element van de breuk dat overeenkomt met de uitgaven van de gemeenten blijft vast, met dien verstande dat de bedragen worden geïndexeerd om rekening te houden met de monetaire evolutie
  • de verhouding zal vóór elke federale verkiezing worden berekend

Het ontwerp wordt ter advies voorgelegd aan de Raad van State.

Ontwerp van koninklijk besluit tot vaststelling van de verhouding op 31 december 2007 tussen de middelen van de gemeenten en de federale overheid, alsook de inkomsten- en uitgavenposten die in aanmerking worden genomen om deze verhouding te berekenen,

https://news.belgium.be/nl/civiele-veiligheid-financiering-van-de-brandweerdiensten


Nouvelles prescriptions en matière de sécurité incendie dans les bâtiments neufs

Sur proposition de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden, le Conseil des ministres a approuvé un projet d'arrêté royal comprenant diverses adaptations des prescriptions pour la sécurité incendie des nouveaux bâtiments à construire.

Le projet implique une modification des prescriptions en matière de sécurité incendie pour les chaufferies, les parkings, les ascenseurs et les façades.

Le projet vise à adapter l'arrêté royal du 7 juillet 1994 réglementant la sécurité incendie des nouveaux bâtiments à construire et des extensions des bâtiments déjà existants.

Le projet est transmis pour avis au Conseil d'État.

Projet d'arrêté royal modifiant l'arrêté royal van 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l'incendie et l'explosion auxquels les bâtiments nouveaux doivent satisfaire

Nieuwe voorschriften voor de brandveiligheid van nieuwbouw

De ministerraad keurt op voorstel van minister van Binnenlandse Zaken Annelies Verlinden een ontwerp van koninklijk besluit goed dat verschillende aanpassingen bevat aan de voorschriften voor de brandveiligheid van nieuw op te richten gebouwen.

Het ontwerp bevat een aanpassing van de voorschriften voor de brandveiligheid van stookplaatsen, parkeergebouwen, liften en gevels.

Het ontwerp past het koninklijk besluit van 7 juli 1994 aan, over de brandveiligheid van nieuw op te richten gebouwen en de uitbreidingen van de bestaande gebouwen.

Het ontwerp wordt ter advies voorgelegd aan de Raad van State.

Ontwerp van koninklijk besluit tot wijziging van het koninklijk besluit van 7 juli 1994 tot vaststelling van de basisnormen voor de preventie van brand en ontploffing waaraan de gebouwen moeten voldoen


Du pain sec pour le Premier ministre et les membres du gouvernement !

Le 19 mai, le SLFP, la CGSP et la CSC services publics, rendent visite au premier ministre Alexander De Croo, à la ministre de la Fonction publique et des entreprises publiques Petra De Sutter et aux ministres-présidents wallon et flamand Elio Di Rupo et Jan Jambon. Nous avons l'intention de leur offrir du pain sec en guise de petit déjeuner pour témoigner de notre mécontentement quant à l'absence d'efforts des gouvernements de notre pays pour les services publics et pour le pouvoir d'achat du personnel de ces services publics. Une journée d'action nationale suivra le 31 mai.

Les économies réalisées au niveau du nombre de membres du personnel et le manque d'appréciation pour leur travail des décennies durant, ont pour résultat que la charge de travail est devenue insoutenable pour les collaborateurs restants. Avec burn-out et absentéisme comme résultat. Il est grand temps d'investir dans du personnel supplémentaire et dans une politique de réintégration et de fin de carrière à visage humain. Les services publics ont besoin de moyens financiers supplémentaires pour pouvoir effectuer leurs tâches convenablement.

Il faut également mettre fin au démantèlement des pensions du secteur public. Entre-temps, le personnel du secteur public doit travailleur trois ans de plus avant de pouvoir partir à la retraite, le bonus pension a été supprimé et la bonification de diplôme est en voie de disparition. Une revalorisation des pensions du secteur public s'impose également, avec une pension, pour les contractuels, équivalente à celle de leurs collègues statutaires.

Une autre revendication concerne notre pouvoir d'achat, qui souffre de l'inflation galopante, essentiellement due à la flambée des prix énergétiques. Des mesures complémentaires sont par conséquent nécessaires pour soutenir le pouvoir d'achat. L'autorité doit également s'engager - comme dans le secteur privé - à conclure des accords salariaux tous les deux ans.

Pour couronner le tout, nous constatons lors de la concertation sociale, un manque de respect de la part de l'autorité, qui néglige nos points de vue et ne se montre pas disposée à conclure un accord. Il est pourtant important de pouvoir conclure des accords en des délais raisonnables et ces accords doivent être respectés effectivement. Notre droit de défendre et de représenter le personnel, est continuellement remis en question. Des délégués syndicaux sont même injustement traduits en justice - ce qui est inacceptable! Nous exigeons le droit d'exercer nos libertés syndicales.

Vakbondsfront trakteert Premier De Croo en regeringsleden op oud brood!

VSOA, ACOD en ACV openbare diensten brengen op 19 mei een bezoek aan premier Alexander De Croo, minister van ambtenarenzaken en overheidsbedrijven Petra De Sutter en de Vlaamse en Waalse minister-presidenten Jan Jambon en Elio Di Rupo. Bedoeling is om hen te trakteren op oud brood als ontbijt. Dit om onze onvrede te uiten over het gebrek aan inspanningen van de regeringen in dit land voor de openbare diensten en voor de koopkracht van het overheidspersoneel. Op 31 mei volgt er een nationale actiedag.

Door te besparen op het aantal personeelsleden en het decennialang gebrek aan waardering voor hun job is de werkdruk onder de overgebleven medewerkers onhoudbaar geworden. Met burn-out en ziekteverzuim tot gevolg. Hoog tijd om te investeren in extra personeel en in een menselijk re-integratie- en eindeloopbaanbeleid. Ook hebben de openbare diensten nood aan extra financiële middelen om hun taken naar behoren te kunnen uitvoeren.

Daarnaast moet de afbouw van de ambtenarenpensioenen stoppen. Intussen moet het overheidspersoneel drie jaar langer werken alvorens met pensioen te kunnen, is de pensioenbonus afgeschaft en de diplomabonificatie aan het verdwijnen. Een herwaardering van de overheidspensioenen dringt zich dan ook op, waarbij ook de contractuelen een pensioen krijgen gelijk aan dat van hun statutaire collega's.

Een andere eis betreft onze koopkracht. Die heeft zwaar te lijden onder de stijgende inflatie, vooral door de uit de pan rijzende energieprijzen. En dus zijn er bijkomende maatregelen nodig om de koopkracht te ondersteunen. De overheid moet zich ook engageren om - in navolging van de private sector - tweejaarlijkse loonakkoorden af te sluiten.

En last but not least ervaren wij op sociale overlegmomenten al te dikwijls een gebrek aan respect van de overheid, die onze standpunten negeert en zich ook niet echt bereid toont om tot een akkoord te komen. Nochtans is het belangrijk dat er binnen een redelijke termijn akkoorden kunnen worden afgesloten en dat die akkoorden ook worden gerespecteerd. Vakbondsafgevaardigden worden zelfs onterecht voor de rechtbank gedaagd - iets wat echt niet kan. Wij eisen het recht op om onze syndicale vrijheden uit te oefenen.


31 mai : journée d'action nationale dans les services publics

Des services publics forts sont essentiels. La crise du Covid et les inondations l'ont clairement démontré.

Mais ils doivent être soutenus par les ressources et le respect nécessaires. Et c'est là que le bât blesse.
Depuis des décennies, les fonctionnaires sont confrontés aux coupes budgétaires, aux réductions de personnel et à un manque de respect.

Le 31 mai, le front commun syndical SLFP, CGSP et FSCSP organise une journée d'action nationale dans les services publics.

Le front commun syndical revendique :

  • Une augmentation du pouvoir d'achat.
  • Plus d'investissements en personnel et en moyens.
  • Un renforcement des pensions.
  • Une amélioration du dialogue social et une garantie des libertés syndicales.

31 mei: nationale actiedag in de openbare diensten


Sterke overheidsdiensten zijn essentieel! Dat hebben de coronacrisis en de overstromingen duidelijk aangetoond. Maar daar moeten de nodige middelen en respect tegenover staan. En daar wringt het schoentje.
Al decennialang wordt het overheidspersoneel geconfronteerd met besparingen, personeelsinkrimpingen en onderwaardering.

Op 31 mei organiseert het gemeenschappelijk vakbondsfront VSOA, ACOD en FCSOD een nationale actiedag in de openbare diensten.
Het gemeenschappelijk vakbondsfront eist:

  • Een verhoging van de koopkracht.
  • Meer investeringen in personeel en middelen.
  • Een versterking van de pensioenen.
  • Een verbetering van de sociale dialoog en garantie van de syndicale vrijheden.

Meer informatie over de geplande acties volgt via onze sectoren.