Zone de secours DINAPHI

La zone de secours Dinaphi (pour Dinant / Philippeville) est l'une des 34 zones de secours de Belgique et l'une des 3 zones de la province de Namur.

La zone de secours Dinaphi couvre les 22 communes suivantes: Anhée, Beauraing, Bièvre, Ciney, Dinant, Gedinne, Hamois, Hastière, Havelange, Houyet, Onhaye, Rochefort, Somme-Leuze, Vresse-sur-Semois, Yvoir, Cerfontaine, Couvin, Doische, Florennes, Philippeville, Viroinval et Walcourt.

Rue Lieutenant Tholomé 2
5570 BARONVILLE
084 21 99 90

Délégués S.L.F.P. zone DINAPHI

Contact responsables du secteur :

firefighter@slfp-g2.eu

Dimitri Petit

petit.dimitri@skynet.be

Olivier JACQUES

olivier.jacques@zsdinaphi.be

Vandenberk Peter

Dirigeant responsable

peter.vandenberk2@gmail.com

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

firefighter@slfp-g2.eu




NEWS

CCPPT du 29 août 2022

Beaucoup trop de questions restent sans réponses. Les syndicats ont relevé plus de 21 demandes depuis janvier 2022, d'autres datent de plus de deux ans. Les deux représentations syndicales donnent 15 jours à la zone pour y répondre. A défaut, en front commun, ils déposeront un avis de grève.

Il n'est plus possible de travailler dans de telles conditions. Elles donnent des exemples concrets : coques anti-bruit à mettre dans un camion, lumière dans l'élévateur, calcul Ciney, ligne du temps des travaux dans chaque caserne, notes de service sur le port de la ceinture, alcoolémie, système de placement pour les recrutements et promotions, gardes informatiques, conteneurs à Florennes, note de service pour la désinfection du casque feu forêt, travaux Cerfontaine, travaux Rochefort etc..

Le Commandant : la logistique est dégarnie suite à l'accident de travail du Directeur qui est toujours absent.

Le SLFP : actuellement, il ne faut plus compter sur le directeur logistique, il est malheureusement en accident de travail mais il a remis sa demande de pension pour le 1er mars 2023. La zone doit prévoir son remplacement.

La logistique est en sous-effectif, les personnes qui arrivent remplacent des personnes parties. Le personnel existant, depuis le changement d'horaire, a un rôle beaucoup plus opérationnel ce qui donne encore plus de retard dans les dossiers.

Le Commandant : avec le changement d'horaire, il y a deux fois plus de personnes. Il y a plusieurs personnes de 6h00 à 14h06 et de 12h00 à 20h06. Pendant midi, le contingent est renforcé de façon à pouvoir conduire les véhicules pour l'entretien ou dans d'autres postes sans pour cela dégarnir les autres services.

Le Commandant rappelle que le plan du personnel a été avalisé par les délégations syndicales.

Le SLFP n'est pas d'accord avec ce raisonnement, les agents sont présents et peuvent aider la logistique mais en dehors de cela, les pompiers doivent continuer leurs tâches quotidiennes.

Le Commandant : un appel à candidature pour un directeur ayant un master a été lancé, il n'y a pas eu de candidature. Il faut redescendre vers un bachelier.

Une note de service sur la procédure de désinfection des casques va être rédigée, le CP a déjà envoyé ses recommandations à ce sujet.

Pour l'ensemble du Comité, il est indispensable que le Directeur logistique ait un back-up, en dehors de la situation actuelle, toute personne peut être absente de courte ou de longue durée, il faut qu'une deuxième personne soit également attitrée à ce poste.

Un agent, qui s'occupe de l'électricité dans toutes les casernes a commencé les travaux à Rochefort. Etant donné que le matériel est déjà commandé, c'est lui qui terminera les travaux. Par la suite, un électricien sera mandaté.

Tous les schémas électriques seront réalisés très prochainement.

Le CP : les documents de conformité ont déjà été transmis au CCB mais force est de constater qu'aucune caserne n'est conforme. Le point le plus important est le schéma électrique. Avec le COVID, tout était à l'arrêt, les dossiers sont repris en mains depuis début de l'année. Lorsque les schémas seront réalisés, il faudra budgétiser les travaux en fonction des rapports et des priorités.

Le SLFP : depuis 1 an et demi, on parle de chiffrer le pécule de vacances des pompiers de Ciney qui n'ont pas porté plainte. Le personnel doit pouvoir bénéficier de ce montant, à chaque CCB, il est dit que ce n'est pas la priorité.

La DA : le bureau de la RH a d'autres contraintes et d'autres échéances plus prioritaires.

Le SLFP : si les pompiers portent plaintes comme les autres, la zone n'est pas gagnante, cela va coûter à la zone. Il manque du personnel au service de la RH, les agents administratifs, qui font du très bon travail, sont totalement dépassés, ils ne travaillent que dans l'urgence. Le SLFP ne connaît pas de société qui gère 600 personnes avec deux personnes aux ressources humaines, c'est impossible.

Le Commandant : un juriste va être engagé, le recrutement suit son cours. D'autres recrutements sont en cours, il faut du temps. Il demande néanmoins, que le calcul du pécule de vacances devienne une priorité. Pour la Directrice administrative, d'autres calculs liés au jugement sont bien plus prioritaires, elle voit avec la RH.

Avis motivé du S.L.F.P : Le SLFP n'approuve pas le PV pour les raisons suivantes :

Les organisations syndicales ont relevé plus de 21 demandes depuis janvier 2022, d'autres datent de plus de deux ans.

Le SLFP demande le recrutement, en urgence, d'un responsable du service « logistique » de même que la mise en conformité des installations électriques de l'ensemble des postes de la zone.

Pour ce qui est de la problématique du pécule de vacances des pompiers de Ciney, ni le SLFP, ni les agents qui ont subi un préjudice par la faute des autorités ne sont responsable du manque de personne dans un service. Le SLFP donne jusqu'à la fin de l'année à l'autorité pour régler ce problème.

  • Problèmes d'alcool au sein de la zone

Le Dr prend la parole : elle souhaite ajouter à la phrase en page 7 « Le médecin du travail, sur base d'une consultation et à l'initiative de l'employeur, peut effectuer un test spécifique (prise de sang) » via le médecin traitant. Elle rappelle le fonctionnement : lorsque l'employeur constate un dysfonctionnement au sujet d'un travailleur où on laisse supposer une consommation abusive d'alcool ou d'autres substances, il doit revenir vers le SEPPT qui reçoit le travailleur. Le problème est abordé. L'agent est mis inapte temporairement ou en congé de maladie en attendant les résultats demandés au médecin traitant. S'il y a lieu, le travailleur est suivi jusqu'à un sevrage total où il pourra reprendre le travail.

Comment prévenir la médecine interne ?

- Un délégué syndical pourrait proposer au travailleur de demander un examen spontané.

- Lors d'un dysfonctionnement lors d'une intervention, à l'initiative de l'employeur

- Le Conseiller en prévention peut conscientiser le travailleur

Le Commandant trouve dommage que dans ce cas bien précis, même si le travailleur a été entendu et il a avoué avoir des problèmes d'addiction, que la médecine du travail le rencontre et le rende apte au travail.

Le Dr la consommation d'alcool peut être chronique ou aigüe. Certains se mettent disponibles parce qu'ils savent qu'il manque de personnel. Le médecin traitant donne aussi son avis, il n'est pas facile, quelquefois il y a un double langage de la part du travailleur.

Le Commandant n'est pas d'accord, un pompier qui a bu, ne fusse qu'un verre, ne doit pas se mettre disponible, il se met en danger mais aussi ses collègues et les citoyens.

La DA : il serait utile d'ajouter dans le règlement de travail un chapitre sur l'aide et l'accompagnement en matière d'addiction et sur ce que doit faire l'employeur lorsqu'il constate des déviances (sans parler de sanctions)

Le Président : si le travailleur se présente ivre au travail, il doit y avoir sanction. On ne peut pas laisser passer sous silence, il faut prendre garde à la santé du travailleur mais aussi à la sécurité.

La DA : les sanctions sont déjà prévues.

Le Commandant : un dossier disciplinaire est ouvert.

Le SLFP : attention, la sanction doit être donnée pour tout grade confondu. Un dossier est tombé à l'eau alors que le travailleur a été reconnu sous l'influence d'alcool, il a déclassé un véhicule et n'a pas eu de sanction.

Le Commandant : pour cet accident, il n'y a pas eu de PV de police, pas de prise de sang. Le dossier était voué à l'échec dès le départ.

Le SLFP : un dossier des urgences a été présenté en CCB, il stipulait que l'agent était sous l'influence de l'alcool. Le Commandant demande que dès qu'un cas d'alcool est avéré, il soit appelé. Il a la possibilité de faire passer un test d'alcoolémie au pompier qui est sous l'influence d'alcool.

Avis motivé du SLFP : Le SLFP demande la procédure alcool de la zone DINAPHI.

3. REUNION DE COORDINATION SERVICE PREVENTION - MISE EN CONFORMITE DES CASERNES.

Le CP : dans la mise en conformité par rapport au plan d'action global, la conformité incendie est une grosse problématique au niveau des casernes. Un rapport de prévention a été établi pour chaque caserne (déjà transmis au CCB). Ceux-ci serviront de base pour la mise en conformité. Il est nécessaire d'établir des priorités.

Toutes les casernes présentent des problèmes de conformité incendie. Pour certaines, il manque que très peu (ex : un détecteur pour Ciney), pour d'autres c'est beaucoup plus complexe. Par ordre de priorité : - Rochefort : des travaux sont en cours et ce serait mieux de tout finaliser en même temps. Dans un premier temps demander les devis du compartimentage, pictogrammes, éclairage de sécurité - Dinant : son occupation est intense et les travaux sont nombreux - Beauraing : les travaux sont faits, des choses devaient être mises en place avant que les agents y soient. La caserne doit être conforme. Le schéma électrique est fait par un électricien, mais il n'est toujours pas parvenu. Les détecteurs ont été placés. La fosse est refermée. Il manque une porte coupe-feu au niveau de l'accès à la cage d'escaliers qui monte à la salle de repos. Les éclairages sont conformes. Les portes de compartimentage au niveau du garage et des vestiaires sont en ordre.

Le SLFP : la fermeture des deux portes principales se fait avec une clé. Quid, des gens qui sont enfermés dans le bâtiment ?

Le CP vérifie. Il faudra budgétiser tous les travaux en reprenant individuellement chaque rapport de prévention (voir avec la logistique).

Avis motivé du SLFP : Le SLFP constate qu'en plus des problème de conformité des installations électriques, toutes les casernes présentent des problèmes de conformité incendie !

Qu'il soit propriétaire ou non des bâtiments, l'employeur reste le seul responsable du bien-être au travail de ses travailleurs. Visiblement, les propriétaires des bâtiments occupés par le personnel de la zone, les communes, n'ont rien fait pour rendre ces lieux conforme à la législation. Ils ne doivent dès lors pas être étonnés de devoir mettre la main au portefeuille !

4. Mail DU SLFP du 17 AOÛT 2022

Le Commandant : ce mail demandait l'analyse des risques actualisé, ce qui a été fait avant la rédaction du plan du personnel. Le schéma d'organisation opérationnelle a également été avalisé par le Conseil d'octobre 2021. Le nombre d'interventions par poste a également été envoyé (voir plan annuel 2021).

Avis motivé du SLFP : Le SLFP constate que le conseil de zone du mois d'octobre a avalisé un SOO qui ne correspond pas à la législation en vigueur.

Le SLFP rappelle que le SOO doit mentionner le nombre d'agents de garde ou rappelable, par poste, de jour et de nuit, et par grade !

Le SLFP demande pour la troisième fois un SOO conforme à la législation.

5. PERSONNEL ADMINISTRATIF - 2 ème PILIER DE PENSION - INFORMATION

La DA : ce point est mis en information car il manque encore un document. Par la suite, il fera l'objet d'un point en comité de négociation. Suite à la résiliation du contrat par l'association Belfius-Ethias au 31/12/2021, l'UVCW a pris contact avec le cabinet de la Ministre des Pensions. Un projet de loi a été voté à la Chambre le 27 janvier 2022 afin de lancer une nouvelle centrale de marchés relatif à un 2e pilier de pension. Le cahier des charges a été validé par le SPF pour une IRP. Le marché a été lancé au mois de mars et devrait être attribué ce jour.

Dès que le marché sera attribué, les documents finaux seront soumis en négociation.

Les délais étant très courts, la zone, si elle adhère au marché, devra donner réponse à l'office des pensions pour le 15 octobre. Le dossier est donc présenté au préalable aux délégations avec :

- La présentation faite par le SPF aux pouvoirs publics

- Le cahier des charges approuvé

- La proposition de règlement, à adapter après attribution du marché et à soumettre à négociation.

- La ligne du temps du SFP pour la finalisation du marché et la participation des pouvoirs publics

- La note présentée en CCB en 2019 pour la mise en place du 2e pilier de pension, validé par le Conseil de zone La différence avec le dossier qui existait déjà : il s'agissait d'un système d'assurance avec une garantie de rentabilité, avec le nouveau système, il n'y aura pas de garantie de rendement (on ne connaît pas le montant que l'agent touchera à sa pension, ce sera au prorata du montant que la zone va payer pour les cotisations à savoir 3% du montant du salaire).

Remarque du S.L.F.P. : Le SLFP rappelle que le statut reste la règle dans la fonction publique. Le SLFP est satisfait d'un deuxième pilier de pension mais donne la priorité à la statutarisation des agents.

En conclusion, la secrétaire du CCB, est chargée de relever toutes les demandes depuis le début de l'année 2022 et de les transmettre aux intéressés pour pouvoir y répondre dans les délais impartis.


Bruxelles, le 18 septembre 2022

Vous trouverez l'avis motivé du SLFP relatif à plusieurs points abordés lors du CPTT du 12 septembre.

En ce qui concerne les travaux a effectué dans les casernes, le SLFP rappelle que l'employeur est responsable du bien-être au travail de ses travailleurs et pas le propriétaire de la caserne.

Si les bâtiments ne sont pas conforme, l'employeur n'a pas à y faire travailler ses agents.

Désinfection casque F2 :

Sur le SITE D'INTERVENTION :

  • Si possible, rincez le casque sur place avec de l'eau immédiatement après l'intervention
  • S'il n'est pas possible de le rincer à l'eau, effectuez un pré-nettoyage à sec avec des chiffons en microfibres directement sur place
  • Placez votre casque à un endroit isolé pour éviter toute contamination croisée dans le camion

De retour en CASERNE :

Nettoyez le casque aussi rapidement que possible après son encrassement en suivant les procédures décrites ci-dessous :

RÈGLES importantes :

  • Portez toujours des gants lorsque vous manipulez un équipement sale
  • N'utilisez pas de matériaux abrasifs pour nettoyer votre casque

Ø N'utilisez pas de produits à base de solvant (acétone, alcool,...) ou d'adoucissants pour nettoyer votre casque.

Il existe également des armoires à l'Ozone dont les cycles et niveaux d'Ozone peuvent varier en fonction des fabricants d'armoires.

  • Effectuez un pré-nettoyage manuel à l'eau tiède et chiffon doux
  • Retirez les composants électroniques du casque (lampes, systèmes de communication...)
  • Placez le casque complet dans l'armoire
  • Sélectionnez un programme adapté aux casques de lutte contre les incendies

Une fois que le nettoyage, la décontamination ou la désinfection sont effectués, il est important de procéder à un contrôle complet du casque avec une inspection détaillée de chaque composant critique (coiffe, calotte et calotin).

Le SLFP demande si la zone DINAPHI possède ce genre d'armoire ?

Formation spécifique eaux vives à l'arrêt, quand va-t-elle recommencer ?:

Le SLFP demande l'inventaire complet des tenues existantes et le nombre de personnes qui vont être formées pour l'Equipe « Eaux vives ». « Le Commandant se charge de répondre à cette demande ».

Le SLFP en déduit qu'il n'existe pas d'inventaire des EPI disponible dans la zone. Le SLFP demande l'inventaire des EPI dans la zone et rappelle que l'employeur doit remplacer, immédiatement, tout EPI endommagé.

Procédure pour se changer lors d'une intervention :

Le SLFP rappelle les points suivants qui figurent à l'annexe 1 de l'arrêté royal du 25 avril 2014 déterminant le contenu minimal et la structure du schéma d'organisation opérationnelle des zones de secours :

6.1. Sécurité en intervention. Le plan décrit toutes les mesures qui sont mises en place par la zone pour assurer la sécurité du personnel durant les interventions. Si des moyens particuliers doivent être engagés pour soutenir la sécurité des intervenants, le plan décrit les procédures à respecter.

6.2. Soutien logistique pour le personnel. La zone prévoit notamment les moyens pour fournir des boissons et de la nourriture aux membres du personnel en intervention si c'est nécessaire. Le schéma d'organisation opérationnelle détaille les modalités d'exécution du soutien logistique.

Le SLFP demande la procédure de désinfection/décontamination en place dans la zone DINAPHI de même que les moyens disponibles pour effectuer cette procédure.

Il s'agit de l'organisation du travail donc une matière à concertation.

Registre des faits de tiers (document obligatoire dans chaque poste) :

Le SLFP rappelle que ce registre est un document de prévention spécifique à la matière de la violence et du harcèlement moral ou sexuel au travail.

Lorsqu'un travailleur estime être victime de violence ou de harcèlement de la part d'un tiers, il doit pouvoir inscrire une déclaration dans ce registre. Cette déclaration contient une description et la date des faits.

En principe, l'identité du travailleur n'est pas mentionnée dans le registre, à moins qu'il accepte de la communiquer. L'enregistrement de l'identité du travailleur peut être utile si le registre est aussi utilisé pour assurer un suivi du travailleur afin de lui demander s'il veut introduire une demande d'intervention psychosociale.

Ce registre est tenu:

  • soit par la personne de confiance,
  • soit par le conseiller en prévention aspects psychosociaux s'il est interne,
  • soit par le conseiller en prévention chargé de la direction du service interne s'il n'y a pas de personne de confiance désignée et que le conseiller en prévention aspects psychosociaux est externe.

L'accès de ce registre est réservé:

  • aux personnes citées ci-dessus,
  • à l'employeur.

Le registre est tenu à la disposition de l'inspection de la Direction générale Contrôle du bien-être au travail du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, chargée du contrôle du respect de cette législation.

Les déclarations reprises dans le registre sont conservées pendant cinq ans à dater du jour où le travailleur les a consignées.

Y-a-t-il une personne de confiance dans chaque poste ?

Le SOO de la zone n'est pas conforme au point 1,4 de l'annexe 1 de l'arrêté royal du 25 avril 2014

Le SLFP rappelle que le SOO organise, en partie, le travail et est donc sujet à concertation.

Le SLFP demande que le SOO soit présenté lors d'un prochain CCB et fasse l'objet d'un avis motivé conformément à la législation.


Dans un but d'économie, il a été demandé au personnel l'impact économique qu'il pourrait apporter par des petits gestes comme par exemple éteindre les lumières des locaux pendant la nuit, ne pas laisser les téléviseurs allumés inutilement etc...

Dans un but d'économie, faires sortir une pompe à six agents au lieu de deux pompes à 4 serait déjà une belle économie.

Afin d'éviter de se chatouiller et dans un autre but d'économie, le SLFP demande d'inscrire à l'ordre du jour du prochain compétent (soit dans 30 jours au plus tard) , le point suivant :

  • Quid de la politique d'environnement interne et externe de la zone II de la zone DINAPHI ?

Documentation :

Aujourd'hui, le respect de l'environnement est impératif pour toutes les entreprises. Le respect de l'environnement est lié à la qualité et au bien-être.

En optant pour les investissements adéquats, vous diminuez l'impact écologique de votre zone tout en réduisant les coûts.

Un audit environnemental approfondi, un plan de gestion environnementale et une assistance en vue d'éviter les amendes et d'optimiser les coûts sont parfois nécessaire.

Un audit environnemental permet de radiographier la politique environnementale.

C'est ainsi que, d'année en année, vous pouvez réduire votre consommation énergétique (électricité, gaz, eau) ainsi que, par exemple, la consommation de papier.

Il est également possible de réduire votre consommation d'énergie sans pour autant toucher au confort des membres du personnel. Les efforts en matière de réduction des déchets et de recyclage, de promotion de l'alimentation durable et de la mobilité durable et (plus) verte sont également possible.

Le SLFP propose les étapes suivantes :

1 - Mesurer ses émissions de gaz à effet de serre et les analyser

La première étape pour toute entreprise qui souhaite réduire son impact sur le climat est de mesurer ses émissions de gaz à effet (GES) de serre.

Une fois les émissions de GES connues, il faut les analyser pour voir quelles activités de l'entreprise sont les plus polluantes. Une fois cette analyse faite, les entreprises peuvent alors commencer à réfléchir à des solutions pour réduire les émissions.

2 - Réduire sa consommation d'énergie

Éteindre les lumières en partant du bureau le soir, baisser légèrement le chauffage ou la climatisation, éteindre les prises lorsqu'elles ne sont pas utilisées... En faisant attention au quotidien, les entreprises peuvent réduire légèrement leur consommation d'énergie et donc leur impact sur le climat.

3 - Utiliser les énergies renouvelables

Aujourd'hui, de plus en plus de particuliers font le choix de l'énergie renouvelable, et pour les entreprises aussi c'est une solution intéressante. En évitant les énergies fossiles, on réduit sensiblement son empreinte sur le climat.

4 - Réduire ses déchets et lutter contre l'obsolescence

Une autre façon de réduire son empreinte sur le climat est de réduire ses déchets. Que ce soient les déchets industriels d'une grosse entreprise ou les déchets papiers d'une petite entreprise, toutes les entreprises produisent des déchets.

Éviter les tasses, les touillettes et les capsules jetables à la machine à café, réduire ses impressions, penser à réutiliser le papier comme brouillon, trier correctement ses déchets... Les solutions ne manquent pas.

5 - Optimiser les transports de vos salariés

Nous le savons, le transport est l'un des plus gros secteurs d'émissions de gaz à effet de serre. En incitant les employés à prendre les transports en commun ou à pratiquer le covoiturage, nous réduisons sensiblement les émissions de CO2 indirectes de l'entreprise et donc son impact climat.

Organiser des groupes de co-voiturage en interne est aussi une bonne manière de créer une solidarité dans l'entreprise.

6 - Choisir des infrastructures et des équipements plus écologiques

Il est aujourd'hui possible de choisir des infrastructures et des équipements plus écologiques. Cela va de la rénovation des bâtiments selon les dernières normes environnementales, jusqu'au choix de papier issu du recyclage. Toutes les fournitures peuvent être choisies en fonction des critères environnementaux : imprimantes, écrans basse consommation, produits d'entretien, et même les meubles (faits en bois certifié par exemple).

7 - Bien choisir ses partenaires commerciaux

Chaque entreprise a aussi une responsabilité dans le choix de ses partenaires commerciaux. Choisir un fournisseur est un choix écologique et chaque entreprise devrait faire l'effort de choisir des fournisseurs aux meilleures pratiques environnementales.

8 - Sensibiliser ses employés

9 - Favoriser les modes de travail écologiques

Certains modes de travail sont plus écologiques que d'autres : le télétravail par exemple a de nombreux avantages du point de vue écologique. On peut aussi penser aux vidéos-conférences qui évitent aux employés d'avoir à se déplacer en voiture pour les réunions.

10 - Militer pour la lutte contre le changement climatique

Les entreprises qui veulent lutter contre le changement climatique doivent être militantes.   


Remarques SLFP rapport mensuel du S.I.P.P. Juillet 22

Pour l'accident de travail relatif au balisage - levage de cônes (poids conséquent) pour les amener vers le camion (balisage) En soulevant les cônes (poids conséquent) la victime a probablement effectué un faux mouvement et a senti une douleur au niveau de l'entrejambe.

Pour les mesures de prévention et suite au poids conséquents de ces cônes, le SLFP propose l'achat de chariot qui permet de transporter en toute sécurité des cônes de signalisation, équipée de barres incurvées pour permettre de hisser le chariot chargé de cônes, dans un véhicule !

Remarques du SLFP relatives au schéma d'organisation opérationnelle.

Le point 7.6 (page 33) « Effectifs minimums de garde en caserne » mentionne les jours d'activité qui sont effectués sous toit.

Le point 1.4. de l'annexe 1 de l'arrêté royal du 25 avril 2014 déterminant le contenu minimal du schéma d'organisation opérationnelles zones de secours mentionne les effectifs (Pompier.es de garde en caserne ou rappelables par grade) minimum de garde en caserne ou rappelables par poste sous forme de tableau.

Le SLFP demande que le tableau soit chiffré en nombre de personnel de garde ou rappelable par postes de la zone.

Le SLFP demande le respect de la législation.


Remarques du SLFP relatives au PV du 13 juillet 2022 :

2. RAPPORT MENSUEL - MAI 2022

o Aménagement poste de Rochefort :

Le SLFP est satisfait d'apprendre la mise en conformité des installations électriques et d'incendie (détections incendie, portes RF ...).

Le SLFP demande cette mise conformité pour l'ensemble des postes de la zone et demande également un contrôle des installations au gaz/mazout des postes de la zone.

Lors des inspections, les contrôles suivants peuvent avoir lieu :

  • Nature des matériaux utilisés et leurs raccordements
  • Mode de placement
  • Conformité des composants utilisés (robinets, filtres, raccords, etc.)
  • Protection externe des tuyaux
  • Ventilation des locaux
  • Conformité des dispositifs placés
  • Sortie de cheminée
  • Canalisations et conduites
  • L'étanchéité de l'ensemble du système, y compris les appareils
  • Diamètres des tuyaux par rapport aux appareils raccordés

Le SLFP rappelle que le contrôle périodique doit être effectué tous les ans (toutes les chaudière au mazout) ou tous les trois ans (petites chaudière au gaz domestiques), par un technicien agréé en combustibles gazeux ou liquides. Le contrôle de la chaudière permet de vérifier qu'elle respecte bien certains critères de fonctionnement et que le local où elle est située (y compris la ventilation et la cheminée) est conforme. Le système de régulation et la pompe de circulation sont également contrôlés. https://energie.wallonie.be/fr/controle-periodique-et-diagnostic-approfondi-des-chaudieres.html?IDC=8603&IDD=125879

Le SLFP demande également si il existe un inventaire amiante et un programme de gestion pour les différents bâtiments de la zone ?

Comme mentionné à la page 3 du PV, le SLFP demande la ligne du temps pour la planification des travaux dans chaque caserne.

o Chaussures spécifiques pour les plongeurs en eaux vives.

Le SLFP demande quel est le matériel spécifique (casque, gilet, etc..), en dehors des chaussures, acheté pour les plongeurs afin d'évoluer en eaux vive ?

Þ Rapport prévention incendie 2022 - Beauraing

SLFP : Le SLFP demande les rapports de prévention incendie et la mise en conformité de l'ensemble des bâtiments de la zone.


Comité Prévention et Protection au Travail du 29 août.

A la demande du SLFP du 17 août 2022 :

Analyse des risques actualisée

Schéma d'organisation opérationnelle

Nombre d'interventions « rouge » par poste pour l'année 2021

Nombre de départ feu de broussailles, champs ou forêt pour le mois de juillet et août .

Matériel spécifique disponible pour feu de broussailles, champs ou forêt dans la zone DINAPHI.


Il y a quelques jours, à Falmignoul, quatre pompiers et une autopompe arrivent sur un incendie en cours dans un appartement. Informés par les voisins de la présence de deux personnes à l'intérieur, les pompiers comprennent qu'il faut agir vite.

Un binôme d'attaque pénètre ainsi dans le bâtiment en feu à la recherche des victimes. Ils les sauveront toutes les deux. L'une est intoxiquée par les fumées, l'autre grièvement brûlée.

Le SLFP rappelle que l'arrêté royal du 10 novembre 2012, exige la présence de six hommes par autopompe pour un départ incendie. Il en va de la sécurité de la population mais également des intervenant. Un départ à 4 est, parfois, autorisé plutôt que d'attendre que l'occupation minimale de 6 personnes soit réalisée et risquer une évolution négative de la situation. Ce départ est toutefois conditionné au départ simultané d'une deuxième autopompe avec au moins 4 personnes d'un autre poste. La zone ne peut pas être organisée structurellement sur la base de cette exception. Ce qui semble être le cas dans la zone DINAPHI !

A partir du 1er septembre, les pompiers volontaires dinantais fonctionneront via un système de Bipper en semaine. Cette réforme voulue par l'Etat-Major a pour objectif d'effectuer des économies (chaque garde de nuit étant défrayée) et de rétablir une équité entre les casernes (Dinant étant la seule caserne de la zone Dinaphi a fonctionner encore de la sorte).

La caserne de Dinant n'aura plus de personnels pompiers de permanence à la caserne la nuit et le week-end (dans quelques jours/semaines) augmentant ainsi considérablement le temps de départ des véhicules de secours.

Cet incendie doit servir de signal d'alarme. Le SLFP demande une garde sous toit, au minimum, au poste de Dinant. Organiser une zone sans garde sous toit est de l'inconscience à l'état pur ! un drame. Toutes les zones de secours du pays fonctionnent avec des gardes sous toit dans au moins une de leur caserne.

Le SLFP rappelle que la toponymie de Dinant et la situation de la caserne empêche un accès rapide au poste en cas de rappel sans compter la crainte qu'il n'y ait pas suffisamment de volontaires en « vert » habitant dans un rayon de 6 minutes de la caserne.

Changer des habitudes dans un souci d'harmonie zonale au détriment de la sécurité des habitants et des intervenants est également de l'inconscience et une excuse absurde !

En plus de centres de loisirs et d'attractions touristiques, il y a plusieurs hôtel, auberges, camping et de nombreux gites à Dinant. De plus, Dinant est traversée par la Meuse et connaît des périodes de fortes affluences qui bloque, parfois, la circulation.

Il y avait, au 1er décembre 2019, 13 415 habitants rien que pour la ville de Dinant, soit une densité de 134,42 habitants/km2.

Les postes les plus proches du poste de Dinant sont :

Yvoir ( +/- 9 Km)

Ciney (+/- 19 Km).

Beauraing (+/- 22 Km)

Florennes (+/- 25 Km)

Philippeville (+/- 25 Km)

Rochefort (+/- 33 Km)

Cerfontaine (+/-39 Km)

Gedinne (+/- 39 Km)

Clermont (+/- 47 Km)

Couvin (+/- 47 Km)

Vresse sur Semois (+/- 55 km)

Le SLFP demande d'inscrire au prochain comité compétent :

  1. L'analyse des risques actualisée de la zone DINAPHI ;
  2. Le schéma d'organisation opérationnelle de la zone mentionnant le nombre d'agents de garde sous toit par poste dans la zone.
  3. Le nombre d'interventions « rouge » par poste pour l'année 2021.
  4. Le nombre de départ pour feu de broussaille, champs ou forêt pour le mois de juillet et le mois d'août.
  5. Le matériel spécifique disponible pour feu de broussaille, champs ou forêt dans la zone DINAPHI.

Le SLFP rappelle que lorsqu'une organisation syndicale représentative demande par écrit au président d'un comité de concertation d'inscrire à l'ordre du jour une question relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail, il est tenu de réunir le comité dans les meilleurs délais, et au plus tard trente jours après la réception de la demande (Article 47 de l'arrêté royal du 28 septembre 1984 portant exécution de la loi du 19 décembre 1974 organisant les relations entre les autorités publiques et les syndicats des agents relevant de ces autorités).

Toute organisation syndicale qui siège dans un comité de concertation peut demander, par écrit au président d'inscrire à l'ordre du jour une question susceptible de faire l'objet d'une concertation.Dans ce cas, il est tenu de réunir le comité au plus tard soixante jours après la réception de la demande (Article 46 de l'arrêté royal du 28 septembre 1984 portant exécution de la loi du 19 décembre 1974 organisant les relations entre les autorités publiques et les syndicats des agents relevant de ces autorités).

Vu l'attitude des autorités zonales, les avocats du SLFP, en copie du présent courriel, ne manquerons pas de rappeler la législation en vigueur si les délais de convocations ne sont pas respectés.


Comité Prévention et Protection au Travail et du Comité de négociation du 13 juillet:
-PV du 20 mai 2022 

-Rapport mensuel mai 2022 :

• Avis SIPP - Aménagement arsenal de Rochefort

 • Avis SIPP - Achat polos ambulanciers 

• Avis SIPP - Achat chaussures eaux vives 

• Information Collège - Procédure ATG 

• Avis SIPP - Achat tronçonneuse d'élagage 

• Avis SIPP - Suivi des travaux Cerfontaine

• Rapport de prévention - Incendie arsenal de Beauraing 

•: Avis - Kit mains libres 

• Information SEPP

- Utilisation d'un support poignets pour clavier 

-Désignation SEPPT pour 2023 

-Appels à candidatures pour la promotion au grade de caporal, sergent, lieutenant, capitaine 

-Règlement de travail - Modification horaires



PV CCB 20.05.2022

Présents:

SLFP: PETIT D.-JACQUES O.

CGSP: -

CSC: -

Remarques PV 13.04.2022

Le SLFP :  Page 4, point 3.1 :

Sous-vêtements d'intervention

La procédure de décontamination fonctionne de manière optimale. Par contre, pour la tenue de réserve (sous-vêtement), aucune mesure n'est prise, les agents en ont assez de se trouver devant les citoyens en pyjama, ils veulent un endroit ou un système qui les met à l'abri des regards.

Le SLFP avait proposé :

- Que chaque agent puisse avoir une tenue d'intervention de rechange sous-vide sur son armoire, de telle façon, lors d'une intervention qui demande une décontamination, un agent du poste ou de la logistique pourrait l'amener sur place.

- Ou une tente gonflable dans chaque camion, les agents pourraient se changer à l'abri des regards.

Le Conseiller en prévention était chargé de présenter le point au prochain CCB. Qu'en est-il ?

Le CP : Le point devait être débattu en état-major.

Le Commandant : la zone va se voir livrer tout prochainement 3 ambulances pour remplacer celles qui ne sont plus opérationnelles pour l'AMU. Deux pourraient être équipées en REAB et la troisième pourrait servir pour l'équipe « drone ». Le SLFP demande d'accélérer le dossier.

Le CP : il serait intéressant, en attendant ces transformations, de passer par une solution tampon (tenue d'intervention sous-vide ou tente gonflable).

Le Commandant : la meilleure solution est d'utiliser deux anciennes ambulances et de les placer dans les postes où il y a un grand nombre de personnel afin de donner la possibilité aux pompiers de se changer sur place. Ils doivent être opérationnels au cas où une autre intervention survenait.

Le SLFP demande de faire vite, les vêtements dans des sacs sous-vide seraient une bonne alternative. Le Commandant se charge de présenter un dossier plus complet lors de la prochaine séance.

Þ Visite des lieux de travail

- Caserne de Beauraing : le SLFP avait demandé les rapports de conformité des installations électriques ainsi que le rapport de prévention. Il rappelle que la zone a accepté le transfert des pompiers dans la nouvelle caserne alors qu'il n'y a pas eu de visite préalable pour l'acceptation du bâtiment.

La zone peut-elle confirmer qu'il n'y pas de risque pour les pompiers au niveau du logement ?

Le Commandant : la société chargée d'établir le plan des installations électriques a été désigné, le bon de commande a été envoyé au CP.

La visite de prévention a été effectuée par le Lt L., le rapport sera transmis prochainement.

Le CP : des travaux devront être réalisés, l'éclairage de sécurité est présent mais il n'y a pas de détection obligatoire. Même si ce n'est pas obligatoire, il avait été demandé d'en avoir une au moins dans les lieux de vie.

- Caserne de Florennes :

Le CP : les travaux sont conséquents.

Þ Réunion avec la CAPI

Une affiche a été transmise dans chaque poste pour publication. La formation prévue à Liège sera dispensée gratuitement. Le Commandant a entendu que la formation se ferait sur plusieurs jours à Liège avec nuits dormantes sur place. Il estime que pour cette formation, les agents peuvent rentrer chez eux le soir. Le CP : attention, trois agents vont bientôt partir. L'objectif est d'être appelé systématiquement en fonction des circonstances par le CODIS.

L'idéal est de former 8 personnes.

Þ Recommandations COVID et interventions AMU

Une réunion a eu lieu avec la DIR AMU et la cellule hygiène : une note de service devait être rédigée par le Dir AMU sur le changement de tenue.

Questions SLFP :

Le SLFP : où en est le dossier des lunettes à porter sous l'ARI ? Au dernier CCB, on avait mentionné un problème de commande.

Le CP : le dossier est réglé, la société avait fait des changements dans les commandes en ajoutant des verres antibuée ou anti-rayure ce qui entraînait une augmentation du prix. Elle a rectifié, les premiers agents vont pouvoir être livrés.

Le CP constate une augmentation des lunettes détruites en intervention.

Le SLFP demande d'être attentif pour les commandes des chaussures, les ambulanciers avec le système à lacets perdent du temps lors des départs en ambulance.

Le CP : un système de fermeture avec un système BOA et/ou tirette a été demandé dans les critères de sélection. Une note doit sortir sur l'utilisation des tenues de caserne pour les tâches en caserne.

Le SLFP : les ambulanciers ne vont pas se changer en tenue de casernement pour effectuer les tâches, ce n'est pas normal.

Avec le nouveau plan du personnel, 7 professionnels seront en caserne, cela n'incombera plus aux ambulanciers. Le Commandant n'est pas d'accord, ils doivent effectuer les tâches au même titre que les pompiers.

On ne peut pas faire de discrimination.

Le SLFP : les ambulanciers ne peuvent pas effectuer ces tâches en tenue d'ambulancier, c'est illégal. Il faut prévoir des tenues de casernement. Au poste de Gedinne, il remarque que la discrimination est déjà existante, seuls les ambulanciers nettoient les casernes. Le Commandant : un planning journalier a été transmis dans chaque poste avec une répartition des tâches pour tous. Il se charge de contacter le chef de poste de Gedinne.

Þ Suivi contrôles Vinçotte :

Les encodages sont assurés par la logistique. Le Commandant : un étudiant va être engagé pour alléger le travail d'encodage de la logistique.

Le CP : suite au rapport de la société, l'auto-échelle de Vresse a été mise hors service, le chef poste et la direction opérationnelle ont été avertis. Le problème est administratif, le SIAMU de Bruxelles n'a jamais transmis le certificat de conformité de mise en service. Cela fait trois fois que la société Vinçotte demande ce document, il est dommage que le véhicule soit hors-service alors qu'il est tout à fait opérationnel. Le Commandant se charge du dossier.

Þ Réunion aménagement poste de Rochefort

La zone peut bénéficier des locaux qu'occupait la Maison de l'Emploi et qui se trouvent dans le bâtiment de la caserne de Rochefort. Une première réunion a eu lieu avec les services de la logistique et de la prévention, la direction et le CP pour connaître les besoins. Les organisations syndicales n'ont pas été conviées mais une autre réunion sera prévue. Le CP a remis un avis qui sera présenté lors du prochain CCB.

Le Commandant : il reste 34.000,00 € au budget, il faudra effectuer dans un premier temps les travaux prioritaires à savoir les chambres, les sanitaires et la conformité des installations électriques.

Þ Casques F2

Les casques se trouvent à Dinant mais ne sont pas livrés, qu'en est-il ? Le Commandant a appris que les 80 casques commandés en urgence au mois d'août 2021 se trouvent toujours à la logistique. On avait demandé au poste de Rochefort de rapatrier les casques F2 pour en placer dans les véhicules, ce n'est toujours pas fait, chaque agent a encore le casque F2.

Il a fait le nécessaire pour que les casques soient livrés dans les postes.

Þ Oxymètres NONIN dans les ambulances :

Le SLFP : un dossier aurait été introduit pour remplacer les oxymètres qui se trouvent dans les ambulances par des nouveaux appareils qui coûtent 15.000,00€.

Outre le fait que les appareils existants fonctionnent bien, ils calculent la tension et la saturation, ils sont très légers et ne prennent pas de place. Les nouveaux permettent de placer des électrodes et des examens que l'ambulancier n'a pas le droit d'effectuer , seul le médecin peut les faire.

Le Commandant : le projet a été présenté en Etat-Major.

Le Capitaine B. va présenter le dossier au Collège, seul le Conseil de zone décide de l'achat ou non. Il n'y a encore aucune directive de prise. Ce que le Commandant a retenu des capacités de l'appareil est qu'il envoie les paramètres directement via AMBUWEB, ce qui est très intéressant. Le SLFP pense que passer de 2000 euros à 15000 euros est énorme.

Le Commandant : le dossier peut être présenté en CCB.

Décision du tribunal sur les gardes ambulances

Le dossier est-il passé au Collège ?

Le SLFP : à Vresse, le personnel est toujours en garde domicile, alors qu'il y a eu une décision de justice.

Le Commandant : rien n'est définitif, le tribunal considère les gardes à domicile comme prestations.

Le SLFP : une ambulance à Vresse fonctionne de cette manière.

Le Commandant : pour l'instant, les nuits en semaine se font à domicile, il va falloir envisager de passer par la garde sous-toit. Pour ce faire, il faut contacter le Ministère de la santé publique qui est l'autorité pour ce dossier. Pour une garde sous-toit à Vresse Il faudra prévoir du budget en 2023.


Le SLFP vous remercie pour les réponses apportées à nos différentes questions.

Pour les différents avis demandés, le SLFP prend note qu'aucun des points n'a fait l'objet d'un avis spécifique mais ont été intégré dans le rapport de visite des lieux de travail pour chaque caserne.

1. Le SLFP demande les derniers rapports des visites de lieux de travail de la zone DINAPHI (Par retour de courriel)

Pour les vestiaires, un avis du SIPP a été rédigé en 2019 concernant l'aménagement des vestiaires, le choix des armoires et la nécessité de disposer d'un vestiaire personnel. Cet avis a été présenté au CCB du 18/09/19.

2. Quid du suivi de cet avis par l'employeur ?

Pour le personnel administratif féminin, un local pour femmes enceinte et allaitantes est prévu dans le bâtiment de Beauraing. Comme signalé dans le rapport de visite des lieux de travail du 07/06/21, celui-ci doit encore être aménagé en respectant les conditions fixées par la législation.

3. En avril 2022, le local est-il aménagé conformément à la législation ?

Concernant le point 3.1 (donner les mesures les plus importantes prises en 2021 pour promouvoir ou assurer la sécurité au travail).

La note de service sur l'entretien des sous-vêtements d'intervention n'est pas encore parue et chaque poste prend ses propres petites initiatives.

Le SLFP rappelle que le schéma d'organisation opérationnelle doit décrire les moyens mis en œuvre pour la sécurité en intervention (Point 6.1) et pour assurer un soutien logistique pour le personnel (Point 6.2).

La zone prévoit notamment les moyens pour fournir des boissons et de la nourriture aux membres du personnel en intervention si c'est nécessaire. Le schéma d'organisation opérationnelle détaille les modalités d'exécution du soutien logistique.

4. Le SLFP demande la procédure d'hygiène à l'intervention utilisée par la zone DINAPHI ainsi que la formation relative à cette procédure donnée à l'ensemble du personnel de la zone ainsi que les moyens mis à disposition du personnel pour effectuer une procédure de décontamination correcte (Véhicule réhab, douche portable, tente, etc..)

Des exemples sont disponibles :

https://www.apsam.com/sites/default/files/docs/clienteles/pompiers/gome-decontamination.pdf

https://www.epsu.org/sites/default/files/article/files/Pompiers-Prot%C3%A9gez%20vous%20avant%20pendant%20et%20apr%C3%A8s%20l%27incendie__0.pdf

Pour ce qui est de l'état de certaines casernes. Certaines de ces casernes ne sont plus du tout aux normes, Florennes en particulier alors qu'il y a des gardes sous toit et Dinant, une des plus grosses casernes en termes d'occupation, n'est pas du tout aux normes.

Plan du Personnel - application

Les agents du poste de Dinant ont marqué leur inquiétude sur:

- Le manque de réponses aux questions.

- Les volontaires qui sont domiciliés à plus de 6 minutes de la caserne font part qu'à Dinant, il y a toujours eu une garde sous toit non pas pour le plaisir mais parce que Dinant est une ville difficilement accessible ce qui justifie les gardes sous-toit. Ces volontaires sont motivés mais ne savent pas ce que sera leur avenir professionnel au sein de la zone.

- Le plan du personnel va engager des volontaires, réharmoniser avec de belles ambitions mais il ne faut pas que ce soit au détriment des volontaires qui se trouvent à plus de 6 minutes.

SLFP : Une pré-réunion a eu lieu, les agents de Dinant avaient été convoqués pour expliquer le plan. Dans ce plan, le Commandant avait expliqué qu'il n'y avait plus de garde caserne à Dinant par les volontaires en semaine mais que le vendredi soir et le week-end, il y avait toujours des gardes volontaires en caserne. Or, maintenant, ils apprennent qu'il n'y a plus du tout de garde en caserne pour les volontaires.

Le SLFP : suite à la réunion d'Etat-Major du 11 avril 2022, le chef poste de Dinant a convoqué son personnel en donnant les directives de ce qui allait se passer, entre autres que les gardes sous toit volontaires étaient supprimées à partir de septembre.

Le Président : c'est étonnant de la part du Commandant qui normalement passe toujours par la discussion et la collaboration. Il doit y avoir une explication.

- Pour les volontaires de Dinant qui habitent à 6 à 7 minutes, le SLFP a appris qu'ils ne presteraient plus à Dinant mais à Yvoir, ceci sans leur avoir demandé quoi que ce soit. Ils sont mutés sur le poste d'Yvoir alors qu'ils sont dans les délais pour être à Dinant. Quelle en est l'utilité ?

Le SLFP donne un exemple : un pompier avait demandé sa mutation à Beauraing parce qu'il est domicilié à Baronville. Le Commandant lui promet qu'il est prioritaire et maintenant il lui annonce qu'il doit rester à Dinant, le SLFP ne comprend pas.

Le SLFP : le plan du personnel se basait sur l'application de l'arrêté royal sur l'AAPR qui devait être effective pour fin mai. Le chef poste a communiqué que le plan serait mis en place pour le 1er septembre, ce n'est pas logique.

La DA : ce n'est pas ce qui a été dit à l'Etat-Major : au 1er septembre, c'est la suppression des gardes sous-toit volontaires pompiers. Celle qui se fera au 1er juillet est la réaffectation du personnel (on garde 14 professionnels et les autres sont réaffectés).

AVIS DU SLFP : Le SLFP donne un avis négatif sur le Règlement de travail et l'application du nouvel horaire à Dinant. Il souhaite des réponses aux questions.

Le SLFP demande une communication claire et sans équivoques possibles sur le sujet et l'avenir du poste de DINANT ! 


Pompiers de Dinant : les volontaires "joueront-ils le jeu" ?

https://www.matele.be/pompiers-de-dinant-les-volontaires-joueront-ils-le-jeu

Le syndicat SLFP salue l'effort de Dinaphi : le poste de Dinant pourra garder 4 pompiers volontaires en garde caserne les week-ends. Mais les volontaires de garde chez eux resteront-ils disponibles?

La caserne de Dinant dispose actuellement du contingent le plus fourni des casernes de la zone Dinaphi.

Un plan de répartition du personnel de la zone a été approuvé par les bourgmestres ce mois-ci (à l'abstention de Thierry Bodlet) : ce plan prévoit à Dinant une drastique diminution du nombre de pompiers volontaires et un abandon des gardes en caserne, dites "sous toit", au profit des gardes à domicile (les pompiers sont disponibles mais chez eux).

Ces gardes à domicile sont moins bien rémunérées que les gardes en caserne, qui supposent une présence physique nuit et jour. Elles sont donc moins coûteuses pour la collectivité et n'existent plus qu'à Dinant.

Mardi, les représentants du personnel ont rencontré le Major Lallemand, Commandant de zone, pour une discussion informelle. Dimitri Petit, délégué SLFP, résume la rencontre:

Suite à la mauvaise communication du Commandant, on a souhaité cette rencontre pour vérifier si les accords passés entre syndicat et autorité étaient respectés. Le Commandant a redit son engagement en faveur d'un maintien de la garde en caserne de quatre volontaires les week-ends du vendredi soir au lundi matin à Dinant, parce que les pompiers craignent tout simplement qu'il n'y ait plus assez de volontaires disponibles pour des interventions. Ce prolongement d'une garde en caserne se fera jusqu'à ce que la zone ait recruté suffisamment de volontaires habitant à proximité de la caserne et disponibles pour réagir rapidement.

"Les pompiers volontaires à Dinant ne sont pas habitués aux gardes à domicile"

A partir de la mi-mai, les départs incendie doivent se faire impérativement à six hommes, donc il faudra que deux volontaires disponibles supplémentaires rejoignent la caserne en cas d'intervention sur un incendie. C'est là que cela coince, explique Dimitri Petit:

Syndicalement, on salue l'effort de Dinaphi pour maintenir la garde en caserne à Dinant alors qu'il n'y en a aucune ailleurs. On peut comprendre la volonté de Dinaphi d'harmoniser tous les postes. Le Commandant a annoncé qu'il évaluera le dispositif à la fin de l'année et examinera si les volontaires jouent le jeu. Or ce n'est pas gagné, d'après les échos que j'ai. Les volontaires, qui sont habitués depuis toujours à cette manière de fonctionner à Dinant, pourraient très bien se mettre systématiquement en "indisponibles" lors des week-ends, comme c'est leur droit d'ailleurs. Mais cela paralyserait les départs incendie de la caserne de Dinant, qui devrait alors compter sur le renfort des autres postes.

Une nouvelle épreuve de bras-de-fer pourrait donc se dessiner entre l'Etat-major et les volontaires dinantais.



Bruxelles, le 27 mars 2022

Monsieur le Président du Comité de prévention et de protection au travail,


Le SLFP souhaite rajouter à l'ordre du jour les points suivants afin, d'éventuellement, complétés la liste d'actions à entreprendre au sein de la zone afin de respecter la législation.


1. Le SLFP demande copie de l'avis du conseiller en prévention-médecin du travail et du Comité relatif à la localisation, l'aménagement et le matériel des équipements sociaux (Article III.1-39 du CODEX)
2. Le SLFP demande copie de l'avis du SIPP, du SEPP et du comité relatif aux vestiaires, lavabos et douches des postes de la zone (Voir article III.1-44, III.1-45, annexe III.1-1, points 2.3 douches du CODEX).
3. Le SLFP demande copie de l'avis du SIPP, du SEPP et du comité relatif aux vestiaires des postes de la zone (Article III.1-48 du CODEX).
Les vestiaires sont équipés d'armoires qui permettent à chaque travailleur de mettre sous clé ses vêtements pendant le temps de travail. Chaque travailleur qui utilise le vestiaire dispose d'une armoire individuelle.
Lorsque les travailleurs sont exposés à l'humidité ou à la saleté ou lorsqu'il existe un risque d'intoxication ou de contamination, ils disposent de deux armoires individuelles, l'une pour les vêtements personnels et l'autre pour les vêtements de travail.
Les armoires-vestiaires individuelles, sont complètement séparées par des cloisons entièrement pleines. Leurs dimensions intérieures sont au minimum de 30 cm de largeur, 48 cm de profondeur et 1,60 m en hauteur. Elles renferment au moins une patère ainsi qu'une planchette à leur partie supérieure.
4. Le SLFP demande copie de l'avis du SIPP, du SEPP et du comité relatif aux toilettes des postes de la zone (Article III.1-56 du CODEX).
Les toilettes sont complètement séparées pour les hommes et pour les femmes, et se situent à proximité de leur poste de travail, des locaux de repos, des vestiaires et des douches.
5. Le SLFP demande copie de l'avis du SIPP, du SEPP et du comité relatif aux réfectoires des postes de la zone (Article III.1-58 du CODEX).
Les réfectoires sont établis dans un ou plusieurs locaux complètement séparés du lieu de travail.
Les réfectoires doivent être pourvus:
a) d'un nombre suffisant de tables et de sièges à dossier;
b) d'un poste d'eau potable;
c) des moyens appropriés pour laver la vaisselle;
d) d'installations appropriées pour entreposer convenablement et réchauffer les aliments et faire bouillir de l'eau et de poubelles à couvercle pour jeter les déchets et les détritus. (Annexe III.1-1, point 4)
Le SLFP demande copie de l'avis du SIPP, du SEPP et du comité relatif aux locaux de repos des postes de la zone (Article III.1-61 du CODEX).
Le local de repos peut soit être annexé au réfectoire, soit situé dans un local qui peut également être affecté à une autre destination. Il est protégé contre la nuisance qui a entraîné l'installation du local de repos.
6. Le SLFP demande copie de l'avis du SIPP, du SEPP et du comité relatif au local pour travailleuses enceintes de la zone (Article III.1-62 du CODEX).
L'employeur met un local discret et fermé à la disposition:
1° des travailleuses enceintes dans lequel elles peuvent se reposer en position allongée dans des conditions appropriées de confort;
2° des travailleuses allaitantes pour leur donner la possibilité:
a) d'allaiter, si la présence de l'enfant n'est pas interdite sur le lieu de travail eu égard aux risques;
b) de recueillir du lait à l'aide du tire-lait et de le conserver dans des conditions hygiéniques.
Ce local est également muni d'équipements qui permettent de se laver.
Prévention incendie :7. Le SLFP demande copie du rapport de prévention incendie des postes de la zone.
8. Le SLFP demande si :
Les voies d'évacuation, les sorties et sorties de secours de l'ensemble des postes sont équipés d'un éclairage de sécurité et d'une signalisation appropriée (Article III.3-11). Les voies d'évacuation, les sorties et sorties de secours sont signalées (Article III.3-11). Le plan d'évacuation et ses modifications ont été soumis à l'avis du Comité (Article III.3-13). Un plan d'évacuation est affiché à l'entrée du bâtiment et à chaque niveau (Article III.3-13). Un dossier d'intervention est mis à disposition à l'entrée du bâtiment (Article III.3-21). Les équipements non automatiques de protection contre l'incendie sont placés à des endroits visibles ou clairement signalés (Article III.3-17). Les contrôles et les entretiens des équipements de protection contre l'incendie sont effectués conformément aux prescriptions du fabricant ou de l'installateur. Les dates des contrôles et entretiens et les constatations qui y sont faites doivent être conservées et tenues à la disposition du Comité. Date du dernier contrôle ? (Article III.3-22).​
9. Le SLFP demande copie de l'avis du conseiller en prévention sécurité du travail et du Comité relatif au plan d'urgence interne? (Article III.3-23 du CODEX).
10. Le SLFP demande copie du «dossier relatif à la prévention de l'incendie» (Article III.3-24).
11. Le SLFP demande l'analyse des risques relatives au choix des sièges de travail et siège de repos achetés par la zone (Article VIII.1-3, &1 du CODEX)Le SLFP rappelle également que l'analyse des risques est la base de la législation en matière de bien-être au travail.Ces quelques analyses des risques sont prévues par le CODEX :1. Analyse des risques postes de travail ;
2. Analyse des risques éclairage des lieux de travail ;
3. Analyse des risques de la qualité de l'air intérieur des locaux de travail ;
4. Analyse des risques de chaque installation électrique ;
5. Analyse des risques relative au risque d'incendie ;Les résultats de l'analyse des risques et les mesures de prévention sont repris dans un document qui est soumis pour avis au Comité.
6. Analyse des risques et mesures de prévention des ambiances thermiques d'origine technologique ou climatique ;
7. Analyse des risques agents chimiques dangereux ;
8. Analyse des risques agents biologiques ;
9. Analyse des risques manutention manuelle de charges ;
10. Analyse des risques protection de la maternité ;
11. Analyse de risque au niveau de chaque groupe de postes de travail à écran de visualisation et au niveau de l'individu.
L'employeur est tenu de réaliser au moins tous les cinq ans une Analyse de risque au niveau de chaque groupe de postes de travail à écran de visualisation et au niveau de l'individu, afin d'évaluer les risques liés au bien-être pour les travailleurs, qui résultent du travail sur écran, notamment en ce qui concerne les risques éventuels pour le système visuel et les problèmes de charge physique et mentale (Article VIII.2-3 du CODEX).
Le SLFP demande quelles sont les analyses des risques disponibles au sein de la zone et celles encore à réaliser ?
Le SLFP demande si l'ensemble des contrôles techniques qui concernent les examens et les contrôles effectués en application des dispositions légales et réglementaires concernant notamment des machines, des installations, des équipements de travail et des moyens de protection, en vue d'établir leur conformité avec la législation et en vue de déceler des défectuosités pouvant influencer le bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail ont été exécutés ?



Les différents horaire zonaux sont répartis de cette façon :

Poste de Ciney, Yvoir, Philippeville, Gedinne, Vresse, Beauraing, Rochefort :

De 08H00 à 16H06.

Du lundi au vendredi sauf jours fériés et congé légaux.

Poste de Dinant :

De 06h30 à 18h30

Du lundi au dimanche.

Poste de Couvin :

De 06h30 à 18h30

Du lundi au Vendredi sauf jours fériés.

Bien que la directive laisse aux conventions collectives ou à la législation le soin de définir les conditions d'octroi du temps de pause, celui-ci devrait effectivement permettre aux travailleurs de se reposer pendant leur journée de travail, lorsqu'elle dépasse six heures. Le temps de pause doit donc être adapté à l'horaire du travailleur et avoir lieu au plus tard après six heures de travail.

À la lumière des définitions des notions de «temps de travail» et de «période de repos», les travailleurs ne devraient pas être tenus de rester à leur poste de travail, d'être à la disposition de leur employeur ni de continuer à exercer leur activité ou leurs fonctions. Les pauses pendant lesquelles les travailleurs sont autorisés à gérer leur temps sans contraintes majeures et à se consacrer à leurs propres intérêts ne constituent pas du temps de travail.

Les temps de pause ne doivent donc pas être comptabilisés comme du «temps de travail» étant donné qu'ils constituent des «périodes de repos».

Les législations nationales peuvent différer, étant donné que, les États membres sont autorisés à appliquer des dispositions plus favorables à la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs, par exemple en comptabilisant les temps de pause des jours ouvrables comme du «temps de travail».

En revanche, les périodes pendant lesquelles les travailleurs doivent, à la demande de leur employeur, rester à leur poste de travail et être disponibles en vue de la prestation de leurs services, le cas échéant, même si leur activité est nulle, seraient considérées comme du «temps de travail» et, dès lors, ne sauraient correspondre au temps de pause auquel les travailleurs ont droit pendant leur journée de travail.

Pouvez-vous confirmer au SLFP que toutes les pauses que les agents passent à leur poste sont rémunérées ?


D'avance merci d'apporter une réponse à nos questions.​



Réunion du Comité de Prévention et de Protection au Travail, du Comité de concertation et du Comité de négociation, le mercredi 2 mars 2022 à 13h30.

Ordre du jour :

POINT 1 : PV du 21 janvier 2022 - Approbation BIEN-ETRE

POINT 2 : Rapport mensuel - janvier 2022

• Annexe 1 : Avis procédure de contact du SIPP

• Annexe 2 : Rapport de visite arsenal d'Yvoir

POINT 3 : Périodicité des examens complémentaires pour le personnel opérationnel

POINT 4 : Formation secourisme pour le personnel administratif

CONCERTATION

POINT 5 : Plan du personnel

NEGOCIATION

POINT 6 : Gardes informatiques - règlement pécuniaire complémentaire


Monsieur le Président de zone,

Le SLFP demande d'inscrire le point suivant à l'ordre du jour du prochain comité compétent au sein de la zone :

• Quid de l'application de la jurisprudence relative aux frais de déplacement des volontaires vers le lieu de formation ? À la suite d'une décision de justice, le SLFP demande que la zone applique la précédente disposition qui prévoyait que le déplacement entre la caserne et le lieu de la formation est assimilé à une activité de service pour les agents volontaires également.

Documentation :

Un récent arrêt de la Cour européenne de Justice a relancé le débat concernant le temps de déplacement. Quand le temps de déplacement est-il considéré comme du temps de travail ? La Cour a estimé que les travailleurs sont à la disposition de l'employeur à partir du moment où ils entament leur déplacement vers le premier client. Elle assimile le déplacement effectué en voiture à une période durant laquelle les travailleurs 'sont au travail', dès lors que ces derniers n'ont pas de lieu de travail fixe et que les déplacements font indéniablement partie de leur travail. L'argument selon lequel l'assimilation du temps de déplacement à du temps de travail conduit à une hausse des coûts est rejeté par la Cour au motif que la directive européenne ne régit pas la rémunération du temps de travail.

Temps de déplacement dans la jurisprudence belge La loi sur le travail du 16 mars 1971 définit la durée du travail comme le temps pendant lequel le personnel est à la disposition de l'employeur. Tel qu'il ressort de la jurisprudence, être à la disposition implique qu'on ne peut disposer librement de son temps. Le fait d'être à la disposition de l'employeur ne signifie pas que des prestations sont effectivement fournies.

Ni la réglementation européenne ni la législation belge ne prévoient toutefois des dispositions spécifiques concernant la rémunération du temps de travail. La rémunération constitue en effet la contrepartie du travail fourni, et non du temps de travail. Le secteur ou l'entreprise pourrait donc instaurer, pour le temps de déplacement, l'attribution d'une rémunération inférieure à la rémunération horaire. L'article 151 alinéa 3 du statut administratif était libellé ainsi avant : « Le déplacement entre la caserne et le lieu de la formation est assimilé à une activité de service »

Cela concernait donc tout le membre du personnel opérationnel. Avec la publication de l'AR du 26-01-2018, en son article 45, cette disposition a été modifiée : « Le déplacement entre la caserne et le lieu de la formation est pour les membres du personnel professionnel assimilé à une activité de service ».

Cette disposition introduit donc, ce qui doit être considéré comme temps de service, une distinction entre le personnel volontaire et le personnel professionnel.

Elle est entrée en vigueur le 02-03-2018. Récemment une zone de secours, a accepté d'introduire une requête conjointe avec un pompier volontaire de la zone de secours pour discrimination. Le jugement de la justice de paix du 17 juin 2019 confirme une distinction injustifiée et discrimination. En vertu de l'article 159 de la constitution qui prévoit que les cours et tribunaux n'appliqueront les arrêtés et règlements généraux, provinciaux et locaux, qu'autant qu'ils seront conformes aux lois, la justice de paix a écarté l'article 151, alinéa 3, de l'arrêté royal du 19 avril 2014 doit être écarté. Bien que ce jugement soit en théorie "nominatif" et ne concerne qu'une seule personne, le collège de la zone en question a décidé qu'à partir du 01/09/2019, le temps de trajet des volontaires serait à nouveau payé.

Le SLFP demande donc à la zone de secours de considérer, dès le 1er septembre, que le déplacement entre la caserne et le lieu de la formation comme activité de service pour l'ensemble du personnel de la zone. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos salutations syndicales.

Eric LABOURDETTE

Dirigeant responsable

SLFP-AFRC

Secteur zones de secours


Objet : Avis motivé du SLFP relatif à la demande de remboursement de la prime syndicale

Monsieur le Président de zone,

La chancellerie du ministre verse des fonds à une ASBL et c'est l'ASBL qui paie ensuite les membres. La chancellerie établit dès lors des règles strictes et en contrôle minutieusement le respect. Le membre du personnel ne peut ainsi introduire qu'un seul formulaire. Ce formulaire est transmis au travailleur par l'employeur.

L'affiliation auprès d'un syndicat est une donnée à caractère personnel, protégée par la législation relative à la protection de la vie privée. L'employeur, ne sait ni ne peut disposer de cette information. Ceci implique que le formulaire intitulé "Demande de prime syndicale" doit être envoyé, SANS DISTINCTION, à TOUS les membres du personnel ayant fait partie de l'effectif au cours de l'année de référence.

Une prime syndicale est un avantage social octroyé tous les ans aux travailleurs qui sont membre d'un syndicat reconnu.

Distribution des formulaires de demande de la prime syndicale.

- Paiement de la contribution annuelle pour les primes syndicales.

Réglementation :

- Loi du 1er septembre 1980 relative à l'octroi et au paiement d'une prime syndicale à certains membres du personnel du secteur public.

Art. 1M1. Personnes ayant droit à une prime syndicale.

La prime syndicale est octroyée aux membres du personnel qui ont été, durant l'année de référence, membres cotisants d'une organisation syndicale représentative et qui ont fait partie, en tant que travailleurs à temps plein ou à temps partiel, quelles qu'aient été la durée de l'occupation, la position et la situation administrative, de l'effectif d'un service public relevant de l'application de la loi.

Les administrations, services ou organismes tombant sous la loi du 1er septembre 1980 mais qui, pour une raison quelconque ne seraient pas repris dans la liste annexée à la circulaire du 30 novembre 1990 concernant l'octroi et le paiement d'une prime syndicale à certains membres du personnel du secteur public., ne sont toutefois pas dispensés de l'obligation de distribuer des formulaires (et sont tenus d'en avertir la Commission des Primes Syndicales).

Un agent volontaire opérationnel est un membre du personnel au même titre que les autres (pro, ambulancier non pompier)

Loi du 15 mai 2007 relative à la sécurité civile.

Art. 103. Le personnel opérationnel de la zone est composé de :

1° pompiers professionnels ;

2° pompiers volontaires ;

3° ambulanciers professionnels, non-pompier ;

4° ambulanciers volontaires, non-pompier

19 avril 2014- Arrêté royal relatif au statut administratif du personnel opérationnel des zones de secours.

Art. 2. § 1er. A l'exception de l'article 332, le présent statut s'applique aux membres du personnel professionnel de la zone.

§ 2. A l'exception de l'article 332 et sauf dispositions contraires, le présent statut s'applique aux membres du personnel volontaire de la zone. Ils se trouvent dans une situation statutaire sui generis.

§ 3. Le présent statut est également applicable aux stagiaires, sauf dispositions contraires.

28 SEPTEMBRE 1984. - Arrêté royal portant exécution de la loi du 19 décembre 1974 organisant les relations entre les autorités publiques et les syndicats des agents relevant de ces autorités.

CHAPITRE II. - Champ d'application du régime institué par la loi.

Art. 3. § 1er. Sauf les exceptions prévues à l'article 4, le régime institué par la loi est rendu applicable aux membres du personnel :

e) des zones de secours et des prézones, visées dans la loi du 15 mai 2007 relative à la sécurité civile.

Les agents des zones de secours sont des membres du personnel de la zone (article 103 de la loi du 15 mai 2007) et doivent donc recevoir à ce titre de leur employeur (la zone) un document de demande de remboursement de prime syndicale.

Avis motivé du SLFP relatif au remboursement de la prime syndicale :

Pour le SLFP, l'employeur doit OBLIGATOIREMENT envoyer cette demande de prime à l'ensemble de son personnel et l'ONSS n'a aucune compétence sur ce sujet. La réponse de l'ONSS n'est d'ailleurs pas catégorique.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos salutations syndicales.

Eric LABOURDETTE

Dirigeant responsable

SLFP-AFRC

Secteur zones de secours